Aller au contenu principal

Radioactif 615

janvier 15, 2023

Radioactif 615

Textes de 2012, p. 1546/1708

24 Septembre 2012

Spiritualité et religion…

Il y a une différence fondamentale entre la spiritualité et les religions. Quand on est jeune, on ne le sait pas et on suit ses parents comme des moutons.        

C’est d’ailleurs cette formule de l’imitation-exemple qui exprime le mieux l’autorité. Les jeunes sont des esclaves moraux tant qu’ils n’atteignent pas l’âge qui leur permet de penser par eux-mêmes. Ainsi se perpétuent autant les vérités que les mensonges. Ainsi, les adultes s’imaginent avoir tous les droits sur les jeunes en passant par le manque de respect pour leur émancipation, car, le rôle des parents est de protéger leur progéniture, mais aussi de lui permettre de devenir libre.    

La spiritualité est une forme d’attachement à l’ensemble de l’énergie cosmique, un feeling. Une perception qui n’a rien à voir avec le matériel même si la pensée est aussi une énergie matérielle qui tient plutôt de l’électricité. L’âme est probablement une sorte de champs magnétiques d’où la reproduction d’individus différents, mais de qualité identique, d’où légalité absolue entre chaque être vivant. Malheureusement, en inventant des scénarios d’après mort, on a défiguré la perception de notre réalité confondant ce qui est à ce que l’on voudrait qu’il soit.

Quant aux religions, elles furent créées pour montrer aux gens comment agir. J’ai été très frappé du fait que l’on expliquait que la religion musulmane avait été inventée par Mahomet pour donner des règles de vie aux gens de sa tribu. Ces règles étaient d’autant plus sévères que les gens de ces nations ne savaient pas vivre en dehors de la barbarie et de la violence. Mahomet est devenu un chef religieux qui s’est imposé par les armes parce qu’il a tenté d’établir des règles de vie.

En fait, toutes nos religions s d’ici viennent de la foi juive et on n’a jamais été assez sage ou fort pour commencer à vouloir penser par nous-mêmes plutôt qu’à travers des institutions qui sont devenues la recherche du pouvoir absolu sur tous les humains. Le pouvoir moral est aussi le pouvoir économique, car la peur et la culpabilité forcent les gens à des sacrifices et des dons pour pouvoir rétablir leur innocence. Ce n’est pas pour rien que les religions interdisent toute la sexualité, car une telle règle contre nature ne peut que forcer les gens à vouloir par les dons rétablir leur valeur morale. On a qu’à penser à la création du protestantisme avec Calvin pour comprendre jusqu’à quel point les religions sont des pouvoirs économiques.        

Prier n’a jamais fait de mal à personne; mais tuer une autre personne parce qu’elle ne pense pas comme nous c’est de la barbarie. Le pire est que cette folie existe encore en 2012.      

Les religieux font une vie de sacrifices, donc, de frustrés. Ils essaient par projection d’imposer à tout le monde leur mode de vie. Ils seraient différents s’ils travaillaient comme tout le monde pour gagner leur vie. Car si la réalité de l’âme existe, celle du corps aussi. Le problème avec les religions est de prétendre que le spirituel l’emporte sur le matériel alors que la spiritualité est juste une façon de vivre son émotivité.      

Aujourd’hui, avec la science, on sait que l’esprit sans corps existe, mais ne sait probablement pas qu’il existe. La conscience est un effet miroir.

30 Octobre 2012

Le combat de Simoneau.


Critiquer la civilisation, affirmer que depuis des siècles l’homme erre dans l’erreur en combattant davantage la sexualité que la violence s’inscrit dans un processus d’évolution de la pensée humaine.            

Avoir tort ou raison n’est pas la raison fondamentale de la recherche. Il faut réfléchir et connaître le pourquoi des valeurs qui nous guident de nos jours afin de mieux les accepter ou les remettre en question.

La société est présentement sous le joug d’une mafia légale mondiale qui est associée directement à la finance et à l’économie. Ses supporteurs se recrutent dans les partis politiques comme le parti libéral et la CAQ qui ont pour but d’empêcher le Québec de devenir un pays. Ces partis politiques défendent les intérêts des mieux nantis.          

Le temps qu’on présente la mafia comme un organisme qui a infiltré le système nous fait oublier que les crises économiques sont de vastes mouvements de fraude à l’échelle mondiale. Au-delà des banques, il y a les religions.

La vraie mafia ne se confond pas avec la pègre. Elle se recrute dans ceux qui dirigent le monde actuel donc chez les multimillionnaires. La pègre n’est que l’homme de main.

Le système a été érigé en divisant l’humanité entre les bons et les mauvais; mais les deux fonctionnent en se servant de l’autre. Ils ne peuvent pas faire de profits suffisants sans l’existence de l’autre et les deux justifient leur existence surtout dans le domaine judiciaire par les statistiques.

Je me rappelle que la pègre disait regretter que je sois séparatiste et qu’elle m’a offert un poste comme journaliste dans un grand quotidien afin de passer ses messages aux gars qui étaient en prison. L’autre offre plus tard était de me rendre en Colombie pour opérer un commerce. Dans leur langage, c’est de devenir un <front>. Le bon gars qui permet l’activité illicite. J’ai toujours refusé d’où je suis encore pauvre.

La lutte à la pédophilie est une nouvelle branche d’opération dont les revenus sont basés sur le chantage. C’est pourquoi on veut un accès public aux listes des prédateurs sexuels.

Quand je suis allé dedans, on m’a averti que si je ne versais pas 10,000$ je faisais de la prison. Quelque temps, plus tôt, on demandait au psychiatre en chef de l’hôpital de Val-d’Or de verser 90,000$ ; mais lui était assez riche et français, il a pris l’avion. Avec ce chantage, la société s’est privée d’un bon prof (moi) et d’un bon psychiatre.

05 Novembre 2012

Terminus d’autobus à Magog.


M. Sylvain Gaudreault,     
Bureau du ministres des transports,      
700 Boul. René-Lévesque, 27è étage,  
Québec G1R 5h1   


Monsieur le ministre,         

Je me permets de vous demander d’intervenir afin de s’assurer que la ville de Magog soit mieux desservie par le service d’autobus actuel.        

Il y a plusieurs mois, Transdev-Limocar a déménagé son terminus en dehors de la ville de Magog, à la sortie 118 de l’autoroute des Cantons de l’Est.           

Cependant, cette compagnie n’a pas fourni à ces usagers les moyens de se rendre prendre l’autobus à cet endroit. Cette décision permet à cette multinationale de se faire plus de profits au détriment des usagers de Magog. On ne peut même pas s’y rendre à pied. C’est comme si les usagers des autobus avaient tous une automobile. Il en coûte présentement plus cher de prendre un taxi pour l’aller-retour du centre-ville que l’achat du billet d’autobus pour se rendre à Sherbrooke.            

La raison de cette situation plus qu’idiote tient du fait que la ville de Magog, Transdev-Limocar et les autobus des alentours ne s’entendent pas et n’arrivent pas à mettre sur pied un service de navette entre le centre-ville et le nouveau terminus. Qui paye encore pour cette ignoble situation? La population de Magog.

Je comprends que l’on ait remis le transport entre les mains des villes, mais quand il s’agit de transport entre localités (Montréal – Magog — Sherbrooke), il me semble qu’il appartient au ministère des Transports de délivrer le permis d’opération. Il appartient à Transdev-Limocar de fournir la navette puisque cette compagnie a décidé de s’installer dans le champ en se fichant bien des besoins des gens de Magog. Il s’agit là d’une situation inacceptable dans laquelle les forces mondiales imposent leur caprice aux gens d’ici. Le ministère devrait refuser d’octroyer un permis d’opération si le service n’est pas adéquat.       

Nous savons tous que la création de paliers de gouvernement sert souvent à obtenir plus d’impôts tout en offrant moins de services. C’est d’ailleurs une des principales raisons pour laquelle le Québec doit devenir un pays.    

J’espère, Monsieur le Ministre, que vous ne vous laverez pas les mains comme Ponce Pilate ou le député libéral d’Orford, M. Reid.


18 Novembre 2012

Soirée de poésie du 11 septembre 2012.

J’ai participé à une soirée de poésie à Montréal, le 11 novembre dernier, malgré un sévère rhume et un début d’infection à cause d’une biopsie pour mon cancer de la prostate. Il me fait plaisir de mettre un lien sur you tube qui présente cette soirée en différents segments. Ça s’appelle sur you tube. La cour des poètes.

20 Novembre 2012

Legault : la guidoune fédéraste.          


C’est assez incroyable d’entendre François Legault jouer au gars qui a des principes. C’est la pire guidoune de l’histoire du Québec parce qu’il est passé de ministre péquiste à fédéraste caquiste. Non seulement il nie ses convictions, mais il en emprunte qui sont tout à fait en contradiction avec ce qu’il était. Rien n’est pire que les Messieurs Net. Combien pour ce virement de principe ?  

Un gars qui a si peu de conscience pour passer de l’indépendance au fédéralisme dur, c’est une guidoune. Quel prix les fédérastes payent-ils pour avoir un tel hypocrite comme chef de la troisième opposition ? Est-il au moins conscient qu’il est une putain politique ? Je préfère encore Charest à une ordure de cette espèce.


28 Novembre 2012

Vive le carré bleu

Il faut créer un mouvement pour l’indépendance qui transcende le goût du pouvoir de nos partis politiques et les petites mesquineries. L’indépendance doit être réévaluée et devenir un objectif national. On se chicanera entre la droite, la gauche et le type de société quand elle sera faite. Sinon qu’on l’enterre tout de suite.

 
 03 Décembre 2012

Récital du 2 décembre, à Montréal.

Ma fin de semaine a été vive en émotion. J’ai d’abord assisté à l’enterrement des cendres de mon ami Marcel Raymond.   Marcel est la personne qui s’est occupée de mes archives aux Archives gaies du Québec. Cela a permis à mon ami Alain Raymond de savoir où se situe Marcel dans la lignée des Raymond au Québec.

Le lendemain, j’ai assisté à un récital organisé par l’Arc-en-ciel littéraire pour la remise du prix Marcel Raymond.  Mon ami Normand Lebeau a remporté le prix de la troisième place. Mes félicitations ! Puis, j’ai comme bien d’autres participé au récital à cette occasion. Je fus présenté pour la première fois de ma vie comme le très controversé Jean Simoneau. Je me savais haï par plusieurs, mais c’est la première fois que ça devient aussi officiel. En voici le contenu :    

Mon sermon sur la montagne:
Quand j’étais jeune, on nous lavait la cervelle avec l’obsession religieuse de la chasteté. Les enfants n’avaient pas de sexualité. On entretenait la haine du sexe par la peur et le silence.  Aujourd’hui, grâce aux médias et aux comités de déontologie, comme à l’UNEQ, on perpétue l’idiotie.      

Le plaisir devenu péché est maintenant un crime.    

Le sexe, qui sans violence ou domination est en soi un plaisir, est devenu un crime très payant. On sert de l’actualité pour maintenir la peur et la haine du sexe.


BERCEAU FASCISTE.    


Quand la beauté est interdite      
le fascisme perce des dents        
grignote les droits individuels     
la liberté de conscience    

Ça met la vie privée au pilori       
se proclame censure         
cadenasse la libido           
tue l’envie folle d’aimer.    

La passion naît sous les doigts   
au bout des langues         
ivre de la beauté des ados           
toute charnelle et esprit libre       
nourriture sans prix           
de la communication universelle.          


La courbe des fesses, la ligne du corps,          
la beauté fascinante d’un regard complice,     
la fraîcheur de l’esprit et l’extase des yeux      

chemin de l’amour universel :     
plaisir antiracisme , illumination
malheureusement que trop passagère.            

La vie est un petit sexe bon à dévorer   

malgré les pims et proxénètes     
de la pauvreté, de l’exploitation  
de la main-d’œuvre à bon marché …     


Malgré les castrations morales    
fruits des religions et des bourgeois      
pour criminaliser l’amour.

Jadis, on disait que l’Amour est Dieu …            

J’accuse le temps des non-dits   
D’avoir étouffé l’époque des baisers et des joies.      

J’accuse l’invasion des haines religieuses     
De tuer la communication au nez de tous.      

Enfants de l’ignorance     
Les dieux se chamaillent
Ivres de pétrole       
hésitant quant à la coupe            
de viande à dévorer.

L’itinérant

Je suis l’itinérant    
de première classe
privé de travail, privé d’argent      
du droit de parole   
parfois même de trottoir.   

Celui qu’on tchèque         
qu’on étouffe          
qu’on écrase           
dans sa solitude.    

Notre système gangrené,
cancer moderne     
mangeur d’âmes fragiles  
m’apporte sur un plateau
mon seul droit : « Celui de pleurer,        
si je braille sur mon passé. »       


Aujourd’hui, il faut se taire, se terrer      
même pour roucouler en cachette         
devant des petits films pornos     
regarder sans jamais les vivre.    

La vie danse dans l’iPod de mon silence.        
Les feux d’artifice de ma boisson           
éclatent dans ma mémoire qui s’endort.           

Dieu money
n’accepte pas les changements
de couches sociales         
sans savoir avant   
quelle sorte de compost    
fera cette nouvelle merde.           


Je respire l’air libre
j’aspire devenir étoile        
après avoir été comète.     

Le vent tornadine   
siphonne mes ambitions  
créant le vide parfait          
de mon impuissance.        


Daniel fut mon premier amour passion.        

Le passif

À Daniel Roberge.


Allongé dans mon lit, la tête sur ta main           
tu me regardais impassible et muet       
boire des baisers sur ton corps lascif.   

Tu semblais étonné d’une telle avidité  
et sans trop frémir, tu te réjouissais        
d’être enfin un repas voulu et prisé.      
Tu goûtais mes caresses, mes lèvres    
les yeux révulsés pour mieux les sentir

J’ai même cru que tu m’aimais    
quand t’as mis ta main sur ma tête         
pour mieux sauter  
au septième ciel.

Je te veux         


L’éternité coule et embrasse tout
une semaine, est- ce possible?  

Une semaine sans te voir            
le temps s’est figé dans l’espace            
et tourne à reculons dans mon coeur.  

Tout est si beau à ton souvenir   
et pourtant, ton absence en emporte le sens.  

Ma ville est plus belle, elle, par toi          
plus importante que le ciel et la terre.    

Tous les cheveux blonds sont tes cheveux     
toute jeunesse naît à ton rappel.            

Tout respire au seul mot : le voilà           
mirage de mes amours qu’est le monde.

Mon beau         

Je veux mourir pour toi     
mourir d’amour et de volupté       
mourir condamné de t’avoir caressé      
d’avoir déchiré le voile de la haine        
pour entrevoir le ciel toujours bleu         
toujours chaud des caresses du soleil  
hypnose permanente de beauté            
de soif de ton corps.          

Ange, je serai enfin en toi            
la mort est une porte d’entrée      
un accès interdit aux hypocrites
une bouche chaude qui t’aspire            
dans l’infini qui se révèle
indifférent à la haine des hommes        
drogués de pouvoir et d’argent.  

Je mourrai    
fier de t’avoir fait connaître          
la jouissance et la liberté.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :