Aller au contenu principal

Radioactif 585

décembre 15, 2022

Textes de 2010, p. 1363/1708

Radioactif  585

18 Juillet 2010

Le retour du Jedi.


Eh oui. Je suis bien de retour.  Shuhed, le plus vieux de mes fils adoptifs, est maintenant le père d’une magnifique petite fille, nommée Mariam.         

Jahed, Mehad et Nabila étaient excités d’avoir une nouvelle petite sœur.  Un moment de bonheur ponctué par des inquiétudes, mais tout est parfait.      

Je poursuivrai demain l’écriture de  » Un sourire d’enfer », un texte fait en 1978.  Une commande.     

Il est possible de lire de plus en plus de textes sur ma page personnelle.  Espérons, puisque maintenant je peux compter le nombre de visiteurs que je n’en arriverai pas à la conclusion que j’écris pour rien. (C’est effectivement ce qui arrivera.)

30 Juillet 2010

Québec- colonie.  

Grâce à la reine, on est encore une colonie !                    

Je ne savais pas qu’il fallait être parmi les martyrs canadiens pour avoir droit à notre indépendance. Je pensais qu’il suffisait d’être une colonie qui décide de devenir autonome, le plus pacifiquement possible.       

Que les fédérastes aiment ça ou pas, c’est exactement ce que nous sommes : une colonie d’Angleterre.            

Faut-il essentiellement devoir créer une guerre civile pour avoir droit à devenir un pays? En quoi la lutte pour notre autonomie actuelle est-elle différente du combat des patriotes de 1838 ? L’Angleterre ne nous a-t-elle pas fusionnés de force, en nous obligeant de payer la dette de l’Ontario ?  Le colonialisme canadien est un fait historique. Octobre 70 le prouve.          

Ce n’est pas parce que le grand PET a signé le retour de la Constitution et ajouté une Charte des droits que nous ne sommes pas, dans les faits, une nation colonisée.

Effectivement, l’armée canadienne est encore sous le commandement de la Gouverneur générale, Mme Michaël Jean, représentante en titre de la reine d’Angleterre. Pour une fois, je suis content que le Canada soit dominé par la reine ! Ça prouve notre lien de colon.  

D’autre part, sur un plan économique, le Canada anglais a toujours vu à ses intérêts, oubliant le Québec. La centralisation fédéraste va à l’encontre des intérêts du Québec. L’histoire est encore là pour le prouver. D’ailleurs, la Cour Suprême a reconnu l’obligation pour le Canada de négocier avec le Québec, advenant un résultat positif à un référendum sur l’indépendance du Québec. Le refus d’Ottawa démontre seulement sa mauvaise foi.  

Pire, l’anglicisation galopante de Montréal prouve que sans l’indépendance nous assistons au génocide culturel des Québécois francophones. Voulons-nous exister ? Pourquoi acceptons-nous que le fédéral ne respecte pas notre gouvernement, sous prétexte que nous sommes qu’une province comme les autres. C’est précisément pourquoi nous voulons le plus vite possible devenir un pays comme les autres.

10 Août 2010

Pourquoi écrire de vieux textes ?       

Certains se demandent peut-être pourquoi écrire de vieux textes plutôt que d’en composer à nouveau ?           

C’est que ça me permet de digitaliser tous les textes que j’ai déjà publiés dans les Éditions du temps, et ailleurs, ce qui me permettra dans un an environ de pouvoir me consacrer entièrement à écrire de nouveaux textes, tout en ayant complété la réédition sur internet de tout ce que j’ai fait avant.          

Ainsi, dans un an, je pourrai vendre un CD de mes œuvres complètes.  Si je le pouvais, j’en vendrais aucune et elles seraient toutes gratuites sur internet, ce serait ma faible contribution à l’avenir de l’humanité.     

J’espère aussi changer de sujets, aller vers des préoccupations qui sont plus générales.  Parler de politique et de pédérastie, c’est assez restrictif.  La planète risque de disparaître à cause de l’économie, de la surpopulation, de l’irrespect que les riches ont de la terre. 

Aider à une prise de conscience planétaire avant qu’il ne soit trop tard, ça vaut la peine d’essayer. On y arrivera que si tout le monde se met ensemble pour changer les choses…         

J’aimerais bien retourner à l’action.  C’est encore plus intéressant ; mais je me sens vieillir et je ne vois pas en quoi je peux être utile aux jeunes.  Il faut aller vers l’avenir et non le passé.     

C’est mon problème.  Il ne reste plus beaucoup d’années à vivre.


Ma poésie sur centerblog.net   

Ceux qui veulent lire mes poèmes seulement pourront le faire en allant à http://jeansimoneau.centerblog.net .  C’est en France. Pour le moment, je pense y publier que mes poèmes.

15 Août 2010

500,000 visites, et après ?         

Je m’étais à un certain moment créé comme objectif d’avoir 500,000 visites sur mon carnet, à Radioactif.tv.   La position des billets quotidiens a aussi beaucoup d’importance ; mais plus encore, le fait d’écrire d’anciens textes, ça me permet de tout digitaliser.         

Bientôt, je serai capable de créer un CD qui contiendra tout ce que j’ai écrit à date.  J’espère l’avoir terminé dans un an.          

Par la suite, je me devrai de recommencer à écrire de nouveaux textes. J’aurai presque fait le tour de ma vie et je devrai décider comment je veux la terminer.  Un perdu ? Un batailleur pour le droit de revendiquer son orientation sexuelle véritable ?  Maintenant, l’objectif est de un million sur radioactif et de 5,000 sur Nipox, un autre carnet, où je publie présentement Virus.      

Au cours des prochaines années, l’indépendance du Québec occupera plus de place, car il est urgent qu’on la réalise.  Non seulement pour sauver le Français, mais en récupérant notre droit comme peuple de décider de ce qui nous convient le mieux. Il faut finir la bataille des Patriotes qui voulaient un gouvernement responsable.

Je viens d’ajouter un autre billet de poésie en France, à http://jeansimoneau.centerblog.net  . Je n’y publierai que de la poésie.   Peut-être qu’un jour je serai reconnu comme écrivain au Québec ?  J’ai probablement le temps de mourir avant. Les esprits étroits dominent encore la littérature, sous prétexte de préserver les jeunes de la sexualité.  Une maladie entretenue durant des siècles par l’Église. 


Il n’est donc pas étonnant que le Québec vive une forme de régression avec les féminounes.  Elles essaient de nous faire croire que leur aliénation est de la pureté.

Un moment donné j’essaierai de créer un blog en anglais, une traduction de mes écrits probablement, mais c’est tellement de travail que je ne suis pas certain que je m’y livrerai.

22 Août 2010

L’arnaque : prix Naji Naaman 2010.    

Maintenant que j’ai reçu officiellement le prix Naji Naaman 2010 pour la créativité.   J’ai reçu une copie du livre dans laquelle sont publiés tous les textes qui ont remporté un prix.  Je sais maintenant que c’est l’Arnaque qui m’a mérité ce prix. Je croyais avoir envoyé Le chantage, c’est ça quand on vieillit, on se mélange même dans ce que l’on fait.          

Pour permettre à tous de pouvoir lire cette nouvelle littéraire, je l’ai mise sur ma page http://jeansimoneau.com . Il y a aussi Le chantage qui est, à mon avis, une des meilleures nouvelles littéraires que j’ai écrites.  

Le Reflet de Magog, grâce à son journaliste M. Vincent Cliche a écrit un très bel article qui a été repris par Plogg Sherbrooke, un réseau communautaire   Seule La Tribune a décidé de ne pas en parler.  Ce n’était pas assez important pour eux.  Seulement 1012 textes avaient été soumis, venant de 51 pays.  Pour moi, ça me suffit pour être un peu plus orgueilleux.    

C’est vrai que ça ne nous donne pas de sous. C’est vrai qu’écrire au Québec ça ne donne rien ; mais on aime ça être reconnu, autrement qu’en étant expulsé des mouvements littéraires bornés. 

Je n’ai pas tellement de talent, si je regarde tout ce qui se fait, mais je suis bien fier d’avoir passé « à écrire plus de fautes que de mots », à gagner un concours de création littéraire.

L’arnaque est une fiction quoique je me sois servi de ma petite paranoïa personnelle pour l’écrire.  Malheureusement, à cette époque, on exigeait un texte d’au moins 20 pages pour le publier.  Je trouve que la nouvelle est plus efficace si on peut mieux serrer l’intrigue. La nouvelle version me semble mieux structurée ; mais si un jour j’ai le temps de redevenir un créateur, je voudrais que mes nouvelles littéraires n’aient pas plus que cinq pages.      

Donc, si vous voulez connaître ces textes allez sur ma page.  Pour ce qui est de la poésie, j’écris un poème par jour dans mes pages à http://jeansimoneau.centerblog.net à partir d’Autoportrait d’une révolte.  Merci à ceux qui me lisent.  L’écriture est devenue pour moi une raison de vivre.

25 Août 2010

Pourquoi est-on pédéraste ?    

Je me suis toujours demandé pourquoi on peut naître pédéraste.   Mes recherches ont donné des résultats assez spéciaux, mais non surprenants. 

La pédérastie est une orientation sexuelle, qui sans violence, peut être très bénéfique aux jeunes, car, l’amourajeux (pédéraste) fera tout ce qui est possible pour permettre au jeune dont il tombe amoureux de se réaliser pleinement.   Il n’hésitera devant rien pour plaire à son jeune amoureux.  Le pédéraste est un homme avec une âme d’homme-mère.   

Premièrement, je suis maintenant absolument convaincu que les féminounes sont encore plus détraquées qu’un pédéraste et mille fois plus dangereuses, car, leur peur du sexe est carrément paranoïaque et de plus, elles essayent de propager leur hystérie. . Rien ne justifie l’interdit sexuel si tout se déroule dans la tendresse. La peur de la sexualité est contre nature.          

Le livre Le pouvoir de l’horreur, de Julia Kristeva, au Seuil, 1980,   nous apprend pourquoi il en est ainsi chez les filles.  Une situation qui vient directement des machos et des curés, voulant que les femmes soient inférieures à l’homme.  C’est une réalité que les siècles ont développé à un point tel que certaines femmes sont devenues capables de croire une telle aberration.          

Chez les Grecs de l’antiquité, la pédérastie était carrément reliée à la connaissance philosophique et religieuse de la civilisation grecque.  Le sexe était un plaisir qu’il fallait apprendre à contrôler. Les jeunes pouvaient et devaient avoir un amant adulte, plus âgé qu’eux pour la simple raison, que l’adulte lui montrait son travail et l’introduisait dans les connaissances nécessaires pour atteindre le rang hiérarchique digne du petit amant. L’avenir du garçon dépendait de la qualité de son amant adulte. Il occupera le même rang que le vieux qui est tombé en amour avec lui.    

Pour ce qui était du sexe comme tel, le jeune devait un jour accepter de forniquer, mais par contre, pour ne pas passer pour un gars trop facile, il devait refuser un certain bout de temps.  La cruise a toujours été une des opérations les plus envoûtantes de la sexualité. C’est la même chose dans la pédérastie.           

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les pédérastes ont commencé à préférer la vie de couple, car celle-ci permettait de faire l’amour quand ils le voulaient et en vieillissant la femme devenait un partenaire sûr.   Elle pouvait s’occuper de son homme.  Dans le couple d’alors, l’amour avait moins de place que la sécurité.        

Les gens croyaient que le sperme était une partie ou du cerveau ou de la colonne vertébrale, d’où la naissance possible de l’enfant, à l’image du père évidemment.  Ce qui impliquait une vie équilibrée pour créer un sang digne de son rang dans la société.        

D’autres croyaient que le sperme était l’écume qui se formait sur le sang à cause de l’intensité de la chaleur que l’on produisait en faisant l’amour. Faire l’amour, sans s’occuper de respecter les règles qui existaient dans ce rituel, c’était pour certains provoquer un geste d’épilepsie à cause de ce que ressentait le corps de l’homme.   

Leur conception était aussi erronée que celle des religions ou de ceux qui voient encore du mal dans une relation sexuelle. 

Aujourd’hui, le gars a plus peur d’être un mauvais performant que de tomber malade.  On s’imagine que la longueur et la fermeté du pénis est directement rattaché à ta qualité physique alors que ça n’a aucun rapport.  Une petite queue fait tout aussi bien l’affaire et ça se suce mieux.        

La raison pour laquelle on pouvait faire l’amour à un petit gars, c’était strictement parce qu’il ne pouvait pas éjaculer.  Donc, ça ne lui nuisait pas dans la vie. Et, ce qui comptait, c’était de toujours assurer la qualité de son sang, de son rang. 

Le jeune apprenait ainsi la jouissance sans que l’avenir ne soit compromis.  Par contre, ces relations devaient prendre fin quand il commençait à avoir de la barbe, car alors, il pouvait aussi mettre en péril la qualité du sang qu’il devait transmettre pour se créer une descendance de qualité. 

Aussi, dans une relation entre gars assez vieux, l’un devait être la femme, celui qui reçoit, donc, l’être l’inférieur, d’où le mépris pour les transsexuels.         

Puisque la sexualité n’était pas vue comme un mal, mais comme un plaisir, il n’y avait pas de culpabilité ou de déchéance rattachée à la sexualité, sinon si elle se passait entre gars d’âge mur. 

Un homme adulte devait avoir une femme pour s’occuper de ses domaines et lui permettre de s’intéresser à la politique.  C’était la seule qui était digne de recevoir la semence de son mari, même s’il y avait des esclaves ou des prostituées. 

La fille était choisie très jeune pour devenir l’épouse, car elle devait apprendre son métier de son mari qui, lui, ne pouvait pas se marier avant 30 ans.  Dans d’autres pays, on doit obéir à des castes. Ainsi, le mariage est une action économique et non d’amour. La folie des crimes d’honneur le confirme.      

Jusque-là, on peut reprocher à notre civilisation d’avoir caché ces faits.  La religion et la médecine ont ensuite multiplié les interdits sexuels comme le démontre Foucault, W. Reich, Fourrier, etc.    

Tout a été si déformé que maintenant certains vivent le contraire de leur nature profonde à leur développement comme  individus. On s’imagine que l’on est tous pareils, ce qui est vrai sur le fond, mais on oublie qu’on est aussi tous différents à cause de la petite particularité apportée par nos gênes. 

C’est une des explications historiques de ce qui s’est passé dans le développement de la sexualité. On n’a jamais été assez intelligent pour réviser comment vivre notre sexualité au fur et à mesure qu’on eut de nouvelles connaissances sur le sujet.  Le propre des religions est de ne rien vouloir changer pour ne pas perdre le contrôle.   

L’autre m’est venue à travers des discussions avec un ami transgenre qui m’expliquait que sa grand-mère lavait les planchers avec un produit toxique très fort.  Cela aurait produit un changement hormonal chez sa fille.  J’ai pensé que cela peut être aussi une explication de cette modification dans mon orientation sexuelle parce que mon père travaillait aux textiles dans des produits toxiques. 

Ainsi, il peut y avoir eu une modification au niveau du cerveau quand j’ai été conçu.  Une petite différence, toute petite, qui fait que je suis attiré par les petits gars au lieu des femmes.  Une belle recherche à faire. (À date, le seul effet de la pollution est de rendre stérile).          

Mais, si on nous ment toujours avec la politique, imaginez quand il est question de cul.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :