Aller au contenu principal

Radioactif 498

septembre 16, 2022

Radioactif  498

Textes de 2008, p. 947

Charest : l’obsession du pouvoir.

Jean Charest prépare les élections depuis qu’il a reçu un faible coup de pied au cul, lors des élections précédentes.  Sa seule obsession depuis : comment reprendre le pouvoir. 

Le pouvoir, ça signifie que tu as assez de députés pour agir envers et contre tous : tu es le seul maître à bord.  Tu peux faire ce que tu veux dans des dossiers comme Orford ou la santé. C’est redonner confiance à ses lobbyistes.et trouver pour qui la crise sera payante.  C’est répéter le crédo de Georges Bush : la liberté absolue en économie.   Le vol légal : Profits exorbitants étant de règle…       
Or, après s’être excusé, avoir prétendu qu’il avait compris, il a recommencé.  Cependant, il est allé chercher les spécialistes en communication de l’époque de Robert Bourassa.  La recette de Bourassa a toujours été d’être assis entre deux chaises pour suffire suffisamment aux besoins de chaque fesse.  Ainsi, après Meech, il a pris un ton digne des souverainistes, tout en prenant bien garde de se servir de l’économie pour endormir tout le monde et faire croire qu’il s’agit de la principale raison pour ne pas être séparatiste.          

Au lieu de faire un pas vers la responsabilité, on est repartis la queue entre les deux jambes, en se disant que le fédéralisme centralisateur ne pouvait pas être acceptable ; mais qu’on n’était pas encore assez intelligent pour devenir un peuple qui comme tous les peuples du monde ont un pays.         

Les fédérastes ont arrangé la Constitution pour qu’elle devienne à toute fin pratique intouchable.  IL N’Y AURA DE CHANGEMENT QUE LE JOUR OÙ L’ON AURA VOTÉ OUI À NOTRE INDÉPENDANCE.   Alors seulement, les fédérastes trouveront qu’il faut négocier parce que c’est une exigence de la Cour Suprême.
 
Mario Dumont a fait son apparition avec le rapport Allaire. C’était une formule intéressante, car elle décrivait exactement à quelques revendications près, ce que devrait être le fédéralisme renouvelé… le minimum de ce que le Québec devrait accepter.  Malheureusement, il s’est immédiatement fait planter par le NON catégorique fédéraste et il a dû se trouver un nouveau créneau.  Il a développé celui de la droite libérale.  L’ADQ est un parti libéral de droite.   

Ainsi, Charest n’a pas besoin de s’attaquer au Parti Québécois, Mario Dumont est là pour le faire pour lui.  Il lui a laissé toute la place et s’est donné le visage du gars qui n’a pas de problème. Pour bien paraître quoi de mieux que d’annoncer une bonne nouvelle quotidiennement?  Et, c’est ainsi que le «fendant naturel» s’est pris des airs de Monsieur -tout- le- monde bien gentil, bien «focus» sur les problèmes du Québec.                                                                                                      
 
Même que les mauvais événements se sont mis à le privilégier : le viaduc de la Concorde a forcé des travaux de réaménagement invraisemblables parce qu’on avait trop négligé les transports.  Par hasard, ce fut une des meilleures réponses que l’on pouvait espérer en temps de crise économique : faire travailler les gens, combattre la pauvreté.        

Le problème, les libéraux ne se sont pas encore débarrassés du ciment, donc, des petits amis. On le voit surtout en santé ou à l’UQAM…  Cependant, il faut bien l’avouer, souvent les libéraux ont mieux aidé les milieux défavorisés, mais ça ne semble pas les préoccuper cette fois-ci.  Pourtant, ça devrait être la priorité dans une crise. Le gouvernement doit d’abord s’occuper de ceux qui peuvent le plus en souffrir.                    

C’est la raison même pour laquelle on a des gouvernements.  Les pauvres, ça ne votent pas.  Donc, c’est moins intéressant.  On laisse ça aux artistes parce qu’ils peuvent mieux comprendre, la majorité d’entre eux étant pauvres 
 
La gauche s’est divisée.  On multiplie les virgules, on divise le vote, ce qui permet à Charest de trôner seul et ne pas à avoir trop peur, d’autant plus que les médias lui donnent le double de l’espace de celui de tous les autres partis politiques confondus.  On exploite le féminisme pour les votes.  Comme si le sexe avait vraiment de l’importance en politique.  Je n’ai jamais compris en quoi pleurer sur les problèmes spécifiques des femmes en politique permet d’aller chercher des votes.     

Sans la souveraineté, les libéraux et les péquistes sont pratiquement pareils. On se sert de ce fait pour se demander pourquoi on changerait de boss pour en avoir un pareil.  Comme à l’époque où le Parti Québécois a remisé la social-démocratie pour faire face à une autre crise.  Finalement c’est l’économie qui mène. 

À cette époque, bien des péquistes ont commencé à croire que le PQ ne valait pas le cul ; mais, il y a une différence fondamentale : le but.     

Seul, le PQ peut nous amener à créer le pays du Québec.  Charest est définitivement un fédéraste.  On ne verra peut-être pas l’indépendance de notre vivant, mais donner la chance à Pauline Marois de devenir premier ministre est le premier pas à accomplir.            

Si on remet Jean Charest aux commandes et de façon majoritaire, on n’aura qu’à se dire qu’il l’est là par notre faute, par manque d’union de la gauche et que par conséquent, on a qu’à l’endurer.  Jean Charest majoritaire, c’est un recul pour le Québec.    

C’est évident qu’avec Jean Charest, on continuera d’être fédéraste, même s’il prétend nous avoir compris.  Dans la culture, il ne demande pas le rapatriement de tous les pouvoirs au Québec, il veut être le maître d’œuvre, le gérant d’estrade.

L’indépendance et la mondialisation.

Quand on se demande pourquoi le Québec devrait être indépendant, il y a trois réponses possibles ou toutes ces réponses : a) aller chercher l’argent qu’Ottawa nous doit – 2)  le Québec demeure francophone –  3) une nation doit avoir son propre territoire, son autonomie, afin d’évoluer. 

Les peuples sont comme les individus.   Ils ont leur propre libido et leur personnalité est ensuite modelée, selon l’environnement.  Puisque nous vivons dans un monde économique sans âme, on s’imagine que c’est ça le meilleur de la vie.  Quelle connerie !  On prétend vouloir faire face à une crise économique qui n’est en réalité qu’une fraude capitaliste.    Les riches en veulent plus et on semble assez niais pour les croire encore une fois.    

Bush aura été un bandit jusqu’à la fin de son règne : il a forcé une guerre et il a préparé avec les pétrolières et les banques une fin de mandat sur une arnaque économique mondiale.  Du jour au lendemain, on doit serrer la ceinture des pauvres pour sauver une bande de milliardaires.  Le système est une mafia légale mondiale.             

Je ne nie pas l’importance de l’argent, mais quant à moi, faire l’indépendance du Québec, seulement pour de l’argent, ça ne vaut pas cher comme motivation.  Il ne faut pas croire pour autant que l’argent est secondaire. Si on peut être heureux sans être riche, on ne peut pas être heureux, se réaliser, si on n’a pas le minimum vital. 

Un gouvernement ne peut pas mettre sur pied des programmes pour sa population s’il n’a pas les argents nécessaires.  C’est un outil essentiel à son épanouissement.  Tu ne peux même pas publier un livre, si tu n’as pas suffisamment d’argent, car tu dois au moins produire un manuscrit et pouvoir l’envoyer à d’éventuels éditeurs.   Le rôle fondamental de la politique est d’assurer la justice sociale, de combattre les inégalités.  C’est inacceptable que la pauvreté ait encore droit de vie en Amérique.  La justice sociale est une question de partage.    
 
Les Québécois ont des idées très souvent différentes du reste du Canada.  Notre culture est différente.  Nous sommes plus humains, plus chrétiens.  Nous pensons encore un peu aux autres.  Nous croyons dans l’urgence de s’attaquer au problème de la pauvreté.  Comment un pays du G7 (le Canada) peut-il encore subir ce problème au point où l’ONU le blâme pour son insensibilité aux problèmes des autochtones entre autres ?  La politique existe exactement pour garantir une justice sociale pour tous.  Comment peut-on accepter qu’il y ait autant d’itinérants quand on est condamné à la richesse ?    

L’itinérance est un scandale dans un pays riche, mais elle est très abondante à Montréal.  Il est incroyable que ce soit encore l’immobilier qui décide des besoins des gens alors que nous savons tous que le seul souci des responsables de l’immobilier est de faire de l’argent.  Plus t’as de l’argent, plus tu en veux et moins tu comprends ceux qui n’en n’ont pas.  Pire, quand j’étais dedans, on soulignait que les deux portes d’accès au blanchiment de l’argent sale étaient l’immobilier et la pharmaceutique. 
 
La vraie mafia internationale se concentre surtout autour du pétrole.
  Tout y passe, même les religions.  Au nom de l’argent, on rend des gens responsables de leur malheur plutôt que d’essayer de les comprendre et de les aider à trouver une solution.  Comment expliquer la pauvreté dans des pays pétroliers ?  Les magnats du pétrole n’hésitent même pas à provoquer des guerres. Poutine et sa pensée KGB dominent encore en Russie : a-t-on oublié la Tchétchénie ?           
 
Tant que l’argent domine les valeurs, on assiste à des incongruités. C’est comme avec les aînés, on nous démontre le besoin de zoothérapie pour eux, mais en même temps, on leur interdit d’avoir un petit animal ou on rend la vie impossible à ceux qui en ont (les petits animaux dans le métro, par exemple).  Nos lois sont souvent des règles de bourgeois.  
 
** Je viens de perdre encore quelques paragraphes, ce n’est pas tellement le temps, mais c’est la vie. La grippe l’emporte.  ** Ce doit être un moyen inventé par Charest pour qu’on n’aille pas voter… une farce bien évidemment. **

Le Québec a une décision importante à prendre lors des prochaines élections : s’oriente-t-on vers un système fédéraste (avec Charest) ou autonomiste avec Pauline Marois.  Ce n’est pas un match définitif, mais celui qui peut tuer tous les espoirs.  

Si le PQ ne prend pas le pouvoir, éclatera-t-il?  Comment calmer les ardeurs quand le fédéral cherche encore à nous diluer davantage dans le grand Canada?

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :