Aller au contenu principal

Radioactif 481

août 30, 2022

Texte de 2008, p. 901

La mafia internationale.  

Le blanchiment d’argent passe surtout présentement par l’immobilier (USA) et le pharmaceutique (la Chine et l’Afrique). 

La crise financière actuelle est une preuve éloquente que notre système a été assez idiot pour oublier que pour acheter des produits, les consommateurs doivent avoir de l’argent pour les payer.  Il paye pour son insensibilité à la misère des pays pauvres…        

Non seulement la fraude (subventionner des milliardaires, des banques, pour les sauver d’un délit d’initiés) est mondiale ; mais elle est purement artificielle, grâce à la bourse. 

Le marché perd de la valeur, mais l’argent est toujours là.  Quand une industrie ferme, ce sont les travailleurs qui écopent.  Pour eux, la crise est vraie.  

La mondialisation n’a qu’un avenir dans le capitalisme : une révolution mondiale comme en 1789.  Parce que les riches n’ont aucune sensibilité à la misère des autres. 

La crise alimentaire a été maintenue presque seulement en Afrique jusqu’à maintenant ; mais à force de serrer le citron des plus pauvres, la misère s’installe partout, comme la mondialisation.            
 
La mondialisation, c’est permettre à un plus petit nombre de riches déjà établis de mieux exploiter les plus pauvres avec la bénédiction des états (les privilèges, les subventions, etc.).  

On exploite le danger de convertir la crise (la fraude) financière en crise économique, c’est-à-dire en perte d’emplois.          
 
C’est une honte que nos gouvernements appuient le fait que l’on puisse jouer nos fonds de retraite à la bourse, simplement pour avoir un plus grand profit.  On risque que nous nous (les vieux) ramassions avec moins d’argent alors que le coût de la vie augmente. 

Qui paye pour une augmentation du coût de la vie?  Ceux qui n’ont pas d’argent.  Les gens dans la misère.  Les riches sortiront plus forts de cette crise.  Ils auront vidé les poches de la classe moyenne.   Et, sous prétexte de protéger les gens juste un peu plus riches, on fait des coupures dans tous les programmes sociaux aptes à assurer un minimum de vie décente aux indigents.  Il faut couper les dépenses.  Nos gouvernements parlent déjà de déficits.   

Plus t’es pauvre, plus tu es condamné à l’impuissance. Un affamé se bat mal.  Ce n’est pas important ce sont des pauvres et les pauvres sont improductifs.  Ils ont une valeur négative dans le portefeuille.             

Pour éviter que ce soit plus dangereux (1789, ça déjà existé), nos gouvernements entretiennent la peur d’Al qu’Aïda ou des Talibans (qui nous viennent des producteurs de pétrole autant que de la religion qu’ils entretiennent) ainsi que de la manipulation des médias d’information d’ici, ce qui permet d’investir plus d’argent dans la répression.  (On voit la mauvaise influence de Desmarais sur Sarkozy). 

Les bons emplois (surveillants de prison, policiers) créent de bons salaires, donc, l’argent qui circule bien.  Il faut entretenir la construction pour avoir d’autres prisons.

Sauf, que le système capitaliste est rendu au bout de son rouleau avec l’endettement.  Pour que les choses reprennent vie, il faut resserrer les finances, donc, créer une crise financière.  Éliminer les dettes, en diminuant la valeur des biens.    Une solution artificielle pour les plus riches (ils vendent et rachèteront quand le temps sera venu).  Les plus pauvres chez les plus riches seront éliminés comme s’ils avaient eu trop de poids et qu’on les aurait mis au régime. 

L’endettement, c’est de l’embonpoint financier

Et, le système recommencera comme avant dès que les excès auront été résorbés pour une autre décennie.     

Le problème : notre système n’a pas de cœur. 

La vie, les humains ne sont rien s’ils ne sont pas un profit à retirer d’une exploitation plus facile, car, mondiale.  Le marché est un terme pour indiquer la facilité d’y exploiter les gens plus pauvres.  

Et dire que le capitalisme est un la sublimation d’une sexualité qui n’est pas assumée.  Une formule contre-nature de la jouissance. Le sexe et la piastre sont comme la matière et l’antimatière.  La piastre ne comblera jamais complètement nos vides intérieurs.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :