Aller au contenu principal

Radioactif 474

août 23, 2022

Radioactif 474

Texte de 2008, p. 881

La violence et Harper.     

Il faut se demander comment Stephen Harper peut expliquer qu’il soit contre le registre des armes à feu, un outil essentiel pour combattre la violence, et se montrer aussi incompréhensif pour les jeunes de 14 ans et moins qui commettent un crime grave : un viol, une tentative de vol ou un vol par effraction, un meurtre.             

C’est bien évident que si on réfléchit au problème qu’avec ses émotions, on est tenté de ne leur laisser aucune chance, surtout si la victime est une personne qui nous est proche.  Mais, si la vengeance nous calme peut-être, elle ne solutionne rien.  Un jeune peut se réhabiliter.  Il manque peut-être de moyens adéquats dans notre système.  Il faut un endroit où il est détenu et où on s’occupe plus spécifiquement de son cas.        

C’est comme avec la schizophrénie … un malade qui prend ses médicaments et qui est suivi par son médecin, a bien des chances de ne pas rechuter. 

Cependant, les moyens pour l’accompagner sont nettement insuffisants.  Le problème est très souvent lié à la consommation de drogues.  Donc, la première chose,  il faut arriver à empêcher toute consommation de drogue.  On ne peut pas les laisser simplement seul décider.  Ils feront la pluie et le beau temps auprès de leurs proches et quand ils consomment ils peuvent être dangereux d’où la nécessité de trouver un endroit qui s’en occupe vraiment (pas la prison) d’eux et où aucune drogue n’a accès (ce qui n’est pas le cas en prison).          

De plus, les autres prisonniers doivent être de la même catégorie pour empêcher que ce sauvetage soit plutôt une école du crime.  

Avec la réhabilitation, il faut des exemples de personnes qui ont réussi.  Il faut obtenir une écoute quasi permanente au début pour le laisser se défrustrer.  Puis, il faut que le jeune trouve un idéal. 

Quand tu enseignes t’apprends vite que si tu veux rétablir la discipline dans une classe, le meilleur moyen c’est d’établir qui est le chef et d’en faire ton allier.  Pour qu’un jeune se réhabilite, il doit pouvoir commencer à rêver.  Il doit sortir de la haine contre lui-même pour concevoir le plaisir d’être correct avec les autres.            
 
La formule de Monseigneur Harper est le gage que ce jeune sera à jamais un bandit.  Pire, en s’élevant contre le registre des armes à feu (comme si on était des Américains), il permet à un plus grand nombre de gens de détenir des armes.  C’est évident qu’on ne peut pas totalement enrayer la violence et que certaines colères peuvent être bonnes, mais en ne contrôlant pas les armes on risque de se ramasser avec des tueries comme aux États-Unis.  Ce registre est normal puisque personne ici n’a besoin d’arme pour aller à la chasse afin de se nourrir. 

D’autre part, la répression ne donne aucun résultat positif, sinon une vengeance plus ou moins mesquine.               

Il est évident qu’un jeune ne peut pas être relâché tant qu’il n’est pas absolument guéri.   Il faut tenir compte de la dangerosité aussi.  Mais, à date, la réhabilitation a toujours été la meilleure solution.   Le Québec a le plus bas taux de crimes violents.  

Il ne faut pas s’étonner qu’il y ait de la violence si on laisse les armes circuler librement.

Fédéralisme vs souveraineté.  

S’il n’y avait pas le danger de voir grossir l’appui aux souverainistes, les partis fédérastes ne s’occuperaient même pas de l’existence du Québec.      
 
Tout ce que le fédéral donne au Québec depuis des décennies a pour but fondamental de combattre l’indépendance du Québec. 

Les partis fédéralistes comptent des points, en cassant du sucre sur le dos des indépendantistes.  Plus le Québec est fort, plus les fédérastes sont forcés de céder un petit peu d’argent ou de pouvoir.     

Tous les partis fédérastes doivent prouver qu’ils contrôlent le Québec pour aspirer au pouvoir.  Le parti qui semble le plus anti-Québec est celui qui a le plus de chance de prendre le pouvoir.  Ce n’est pas nouveau. 

Aussi longtemps que je me rappelle, il en était ainsi.   Avant les fédérastes se servaient du pouvoir des francophones (Trudeau, Chrétien, etc.) comme d’un mur de protection, en essayant de faire croire que le Québec ne voulait pas ce que les Lévesque-Parizeau exigeaient.  Certains indépendantistes se sont mis à rêver à Mulroney et Clark pour négocier avec les vrais Anglais, mais tous les partis fédéralistes veulent que tous les vrais pouvoirs soient entre les mains d’Ottawa, même le NPD.          

Le reste, c’est de la poudre aux yeux agitée par les médias d’information.  Pour battre les libéraux, les Conservateurs ont dû s’allier avec le Reform Party, un équivalent des Républicains de George Bush.  Pour conserver les votes de l’Ouest — qui s’imaginait que le pays était dominé par les Français du Québec — les Conservateurs ont dû inclure leurs politiques de droite.           

D’ailleurs, Stephen Harper a promis que même s’il était minoritaire, son programme serait intégralement appliqué : coupure dans la culture, les jeunes en prison pour des crimes graves avec les adultes, avortement (par la porte de derrière), etc.  Quel respect de la démocratie !         

Par exemple, l’idée de la « nation » nous vient de M. Ignatief qui a dû diluer sa pensée pour faire plaisir aux libéraux et fort probablement que cette idée lui a coûté la direction du parti libéral.  Il a commencé sa chute quand il a exprimé cette notion et la division a permis à Stéphane Dion de devenir chef. 

Puis, les Conservateurs ont repris le thème pour embêter le Bloc québécois.  Puisque le Bloc ne voulait pas voter en faveur de cette nouvelle formulation qui ne veut rien dire (le Québec n’a aucun pouvoir de plus en se faisant appeler nation), il s’est fait piéger en croyant que les gens seraient assez allumés pour comprendre la notion de nation ainsi employée. Ça ne veut rien dire, même Jean Charest sait ça.  Et, Charest se fiche éperdument que l’on parle français, lui, ce qui compte, c’est l’économie.     

On a juste à regarder ce qui se passe chez nos voisins du Sud pour comprendre ce que veut dire « économie » …  Mettre bien de l’argent dans ses poches aux dépends de ceux qui en ont moins.  Quoiqu’il faut admettre que pendant les prochaines années, la protection économique du Québec sera au coeur des débats, même si l’indépendance, c’est beaucoup plus qu’un portefeuille. 

Avec la crise financière, même si on est partiellement à l’abri, nous devrons d’abord sauver les meubles.  Il faut pour s’en sortir éliminer plus que jamais la pauvreté et la spéculation.  Il nous faut jouer « safe» comme on dit.

S’il n’y avait pas de souverainistes, c’est une lutte verbale et  politique qui n’existerait même pas. 

C’est la même chose pour le déficit fiscal, le pouvoir de dépenser.  On dirait que les fédérastes ont compris qu’Il est facile de faire croire n’importe quoi aux Québécois.  Il suffit de leur dire n’importe quoi, ils seront crus, même si le passé nous démontre que leur grande priorité est de fourrer le Québec.   Pas étonnant que les libéraux du Québec se préparent à une élection très rapide.  Ils veulent profiter de la crise comme Harper.  C’est la seule chose qui préoccupe les gens.  Pas d’argent, pas de liberté.  Juste de l’argent, pas d’âme. C’est le sort des pauvres et maintenant, en prime, de la classe moyenne.
 
Les prochains mois risquent d’apporter de très profonds chambardements, car les riches ne voudront pas se ramasser seul en enfer. 

Nous commençons une nouvelle ère qui doit aboutir à un meilleur partage des richesses et un plus profond respect de la nature et des droits individuels, sinon nous risquons de voir notre espèce disparaître. 

a planète ne peut pas en prendre davantage.

Nous sommes à l’heure d’un grand examen de conscience.   Qu’est-ce que la vie et que devons-nous faire pour garantir l’avenir ? 

Le monde est formé de 10 pour cent de riches et 90 pour cent de pauvres.   Il faut tout remettre en question pour le bien général de tous les humains, pas juste pour engraisser une petite poignée d’individus.       

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :