Aller au contenu principal

Radioactif 416

juin 25, 2022

Radioactif  416

Texte de 2008, p. 723

Pénurie de gens normaux.

Que l’on continue à faire la chasse aux pédérastes que l’on qualifie de pédophiles et bientôt grâce à cette paranoïa collective, née de notre religion anti sexuelle et de l’insécurité émotive des féministes ; plus un seul homme ne voudra, avec raison, se retrouver en compagnie d’une personne de moins de 21 ans, car la folie portera le système à toujours changer l’âge de consentement, en le haussant constamment.          Tout comme les femmes veulent conserver leur pouvoir sur les jeunes, en écartant les hommes.            
 
Au lieu d’avoir des jeunes à la recherche d’un idéal et du plaisir de vivre,  on aura des jeunes frustrés qui devront se défouler entre deux drogues sur tout ce qui les entoure ou en se suicidant.   

On ne trouve déjà plus assez de famille d’accueil, on manque de bénévoles auprès des jeunes, on finira par manquer de travailleurs dans l’éducation et la santé ; mais au moins, on aura une société assez débile pour prétendre que la chasteté des jeunes est plus importante que la vie et le respect de leur propre développement.         

Le choix de ta relation relève de ton intégrité et de ta vie privée, même si tu es mineur.

Il faut connaître les habitudes des homosexuels pour savoir que le «cruising» est totalement différent de celui qu’on utilise envers les femmes.  Est-ce qu’un gars dans la construction qui fait une farce en poignant la poche de son voisin est un criminel?  Selon nos lois oui, même s’ils sont adultes. Ils ont l’âge requis. C’est ne pas savoir vivre, c’est évident, mais comment expliquer la folie de vouloir en faire un acte criminel? Ce geste change quoi dans ta vie?  Est-ce que ça rend infertile?  Est-ce que ça fait mal?  Est-on plus sensible que les autres avant 16 ans? De la folie furieuse.   

Quand plus personne ne voudra approcher un jeune, on paiera le prix de cette imbécilité.   « Ton corps t’appartient et n’appartient qu’à toi l ».  Tu as le droit de dire oui et/ou non ; j’aime ou je n’aime pas.   Autrement, notre société ne respecte pas tes droits individuels. Le droit d’un individu à développer une conscience personnelle.   Tu dois apprendre la fermeté dans ta décision et tes convictions quand il s’agit de ta sexualité.         
 
Quel que soit dorénavant le verdit contre les deux profs accusés de pédophilie: ce sont déjà des gars morts.  Juste le fait qu’on en ait parlé avant qu’ils ne soient reconnus coupables, c’est les consacrer paria dans la société.        

L’ordurier journal en fait son chou-gras ce matin.  Avant les Québécois allaient écouter les sornettes sexuelles des curés pour se faire une idée de ce qu’il devaient penser comme s’ils ne pouvaient pas penser par eux-mêmes.  Maintenant les directeurs de conscience sont nos médias ou les épouses féminounes de la police ou de la pègre, comme je l’ai appris en 1996.    C’est dans ce sens-là que j’ai écrit ce poème personnel parce que je ne crois pas qu’on est la volonté de réfléchir sur le phénomène :          
                                  
Espace pédéraste !

Mon pays n’a pas de nom
je suis de race pédéraste.

           
Et c’est pour ça       
     que l’on m’exclue          
     que l’on me chasse      
     que l’on m’accable        
     qu’on me condamne.

Je préfère ma folie à vos règles débiles.  Le texte au complet semble une véritable provocation, mais c’est le seul moyen de pouvoir faire connaître ce qui se passe réellement dans la vie.  

Notre société qui se targue d’être démocratique ne sait même pas respecter le droit des individus. 

Une telle étroitesse d’esprit — contrôler la vie sexuelle des jeunes — ne m’allume pas. Quand on me prouvera que ça fait mal de se faire tâter ou manger le pénis, je reverrai mon jugement sur le sujet.   

Ce n’est pas une aventure essentielle, mais accidentelle qui n’a pas de grandes répercussions, si on ne le crie pas sur tous les toits.

La vie privée est essentielle au bonheur individuel. C’est un droit fondamental. Ton corps n’appartient qu’à toi.  L’essentiel en sexualité est d’apprendre à respecter l’autre.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :