Aller au contenu principal

Radioactif 402

juin 11, 2022

Radioactif 402

Texte de 2008, p. 690

Le danger de la peur.

Le problème causé avec l’apologie de la peur sexuelle n’est pas que financier : c’est un danger pour le futur tissu social. 

Cette approche de la vie ne crée que la peur.  Ce ne sont plus que les oncles qui sont de futurs agresseurs, mais ce peut aussi être le père. Tu dois te méfier de tout le monde autour de toi.  Tu dois toujours avoir à l’œil le frère, le voisin, enfin presque la planète entière, sauf les femmes, qui voudraient palper des petits seins ou une paire de fesse en formationSelon ces normes,les hommes ne pensent qu’à réaliser leurs rêves cochons. 

À force de crier que devenir un objet sexuel est un crime contre l’humanité entière fait que tu ne peux plus avoir confiance en personne.  Ces obsédés de la pudeur se pensent habituellement irrésistibles et désirent secrètement attirer l’attention, ce qui les culpabilisent au bout.  

Que l’on te prenne de force, que l’on te batte ou qu’on te force pour mieux te «ploter» (excusez ce mot vulgaire, mais c’est le meilleur), c’est une chose ; mais si tu as nettement indiqué que ça ne t’intéressait pas et que ça continue, dans ces cas, c’est un viol. C’est utiliser la violence à des fins sexuelles. 

Quand j’étais avec Mathieu, j’allais jouer aux quilles avec lui.  Je lui ai donné des claques sur les fesses quand il est passé devant moi, pour le féliciter.  Eh bien ! Parmi les choses que l’on me reprochait en cour et que l’on disait douteuse, il y avait ces claques sur les fesses.  Le procureur de la Couronne était un immigrant, il croyait peut-être, dans sa culture, que c’est mauvais de féliciter ainsi quelqu’un ; mais pour ma part, je l’ai pris pour un décadent. Je faisais le même geste quand nous allions jouer en compagnie de son père et personne n’a jamais été assez idiot pour y voir une quelconque connotation sexuelle

Bien des accusations sexuelles sont de ce genre.  Stupides.  Qui n’a pas joué au docteur dans sa jeunesse?  Pourtant, aujourd’hui, c’est devenu un viol dans la tête de nos malades de la pudeur.  En réalité, c’est une curiosité normale d’enfants.  S’il y avait moins de censure, les jeunes n’auraient pas à exploiter la sexualité à la cachette. 

Ma petite claque n’avait absolument rien de sexuel, je suis tombé en bas de ma chaise quand j’ai entendu ce reproche.        

J’étais assis quand il a passé devant moi, je ne devais quand même pas devoir me lever pour le frapper sur l’épaule, au cas où une imbécile assez fêlée verrait dans cette petite manifestation de solidarité et d’encouragement un geste sexuel.  Des niaiseries qui n’existent que dans la tête des esprits assez tordus pour voir du mal partout. 

La vie sera un cauchemar, car il faudra passer notre temps à se demander s’il n’y a pas une personne assez idiote, autour de nous, pour nous espionner et juger à travers cette vision débile tous les gestes que l’on pose.  Nous nous dirigeons dans cette direction : le retour à la censure, à la dictature morale, à la calomnie et la jalousie. 

En qui les jeunes pourront-ils avoir confiance ?  Même des policiers se servent de leur habit pour approcher les victimes.  C’est plus qu’exceptionnel, heureusement, mais le plus grand quotidien et les informations radio-tv se feront un plaisir d’exploiter à la une un tel incident, oubliant que ça mine la confiance des gens dans la société.  À qui peut-on faire confiance ? 

Où les enfants iront-ils chercher l’affection essentielle à un bon développement?  Les parents doivent tous les deux travailler pour joindre les deux bouts.  Nos sociétés développent ainsi les cas de suicide.  Mais, ce n’est pas grave, car la vertu est sauvée.  Vive la stupidité !  Vive le stress !  Vive les médicaments ! 

Les profits financiers seront bons, car bientôt on aura des pilules pour le débandage puisque la castration chimique est une obsession des malades de la chasteté.


Cachons ce pénis, mais montrons à tuer.

Le monde est tombé sur la tête.   Nos gouvernements mettent sur pied des campagnes à coup de millions pour inciter les jeunes à devenir des «stools», à dénoncer les moindres gestes qui peuvent être interprétés comme pouvant être de nature sexuelle.

Ce peut être un regard louche, une main trop ambitieuse, une hanche trop aventureuse.   Parfois, mêmes les gommes à mâcher, peuvent être un appel au mal.  Un baiser ça tue. 

Nos dirigeants augmentent les effectifs policiers pour combattre la pornographie et cherchent à créer une police planétaire pour s’attaquer au tourisme sexuel, provoqué par les faibles salaires et le goût des gens tellement vicieux qu’ils osent vouloir survivre aux crises humanitaires que le système organise pour augmenter les profits des multinationales, des pétrolières.  

La violence à travers les jeux est maintenant dénoncée comme une pensée normale chez un enfant évolué dès le primaire.  On pense que si on voyait moins de sexe, on aurait moins de violence?

Il n’est pas étonnant qu’on retrouve de la violence depuis l’enfance, car les jeunes ne sont pas sortis du berceau qu’à toutes les secondes il y a une télévision ou un jeu qui leur montrent comment tuer.   Mais, voir des gens tuer à toutes les secondes, ça n’a aucun impact sur la psychologie des enfants.  Ces derniers deviennent violents que s’il y a de la nudité.  Quelle conerie!

Si la personne tuée se ramasse nue sur le plancher,  les jeunes sont exposés à de violentes crises de coeur.    Un nu, ça rend agressif.  Les gens tuent-ils dans les films parce qu’il y a des scènes obscènes?  On peut voir des petites culottes, par exemple.  James Bond l’a prouvé.  Chaque scène d’amour appelle de facto une série de meurtres.  Heureusement, il y a encore des marques de sous-vêtements qui cachent tout, qui ont le sens de la responsabilité.  Vive les burka!  Comment les textiles pourraient- ils se développer s’il fallait que les vêtements soient trop petits?  Une grande partie de la Chine serait condamnée à mourir de faim.   C’est écœurant se montrer ainsi à poil.  Une fille peut être marquée à vie quand elle se rend compte qu’elle n’a pas de pénis, mais de beaux seins.  Tous les hommes devraient se faire couper les mains. 

La morale bourgeoise s’attaque à tout ce qui est nudité, sexe, pour cacher le vrai visage idéologique du capitaliste sauvage qui n’hésite pas à tuer pour rapporter davantage de profits, mais tous les meurtres se commettent bien habillés. 

Personne ne peut être traumatisé par la vue d’un corps nu.   Il faut avoir honte de son corps. Dans notre monde, c’est normal pour une personne qui a des principes que des millions de gens soient privés de nourriture et en crèvent parce que les maudites pétrolières ne font pas assez de profits. 

On a appellé ça la conscience sociale collective.  La justice de nos systèmes politiques. 

Si quelqu’un se promène nu dans la rue, des dizaines de personnes s’enlèveront la vie parce qu’ils auront vu les fruits de la passion défendus.  Un tel spectacle peut créer des carambolages à n’en plus finir.   Un trou dans la tête, des jets de sang sur les murs, c’est moins traumatisant que les cris stridents d’une fille qui jouit dans un film porno, même si on enlève le son parce que c’est plus fatigant qu’excitant.   Ça ne se compare même pas. 

Combien de gars se sont suicidés dès qu’ils se sont rendu compte que leur voisin avait un plus long pénis que le leur? Il ne faut donc jamais voir un pénis, c’est plus traumatisant que d’apprendre que des bombes tuent des milliers d’enfants durant les guerres. Il ne faut jamais parler ou montrer d’images à connotation sexuelle, c’est bien plus dommageable que les batailles comme solutions à tous les problèmes.

Dans le fonds, on devrait emprisonner tous ceux et celles qui ne prennent pas leur douche en costume de bain.  Quel malheur ce serait s’il fallait que deux ou trois nudistes courent dans le stadium des jeux olympiques à poil avec le mot Tibet écrit sur les fesses. 

La pression atmosphérique grimperait tellement que de nouveaux glaciers de l’Antarctique fonderaient.  Dieu avait raison de noyer l’humanité, mais il n’aurait pas dû choisir Noé ; car, c’est sa faute si la vie est ainsi aujourd’hui.  Dès qu’il est sorti de l’arche, il a pris du vin et s’est mis à poil.  Ses fils l’ayant ainsi observé ont cru que c’était un rituel de réconciliation avec dieu.  Cependant, découvrant qu’il en avait une toute petite, ils se sont mis à rire. 

Et voilà, pourquoi nos petits Européens quand ils sont arrivés au Canada ont découvert des Sauvages à poil.  Ce sont les descendants des fils de Noé. C’est un choc!  Les Indiens ont généralement le gland plus pointu que celui des blancs.  Ils copient sur leurs flèches. 

Un autre fait anthropologique invraisemblable que l’on tente de nous cacher. Les petits indiens ont de plus belles queues que les petits blancs.  N’étant pas circoncis, ils devraient avoir le gland moins usé.  Est-ce l’œuvre des missionnaires? 

Oui, je peux solennellement l’affirmer : s’il n’y avait pas de sexe, il n’y aurait pas de péchés, mais il n’y aurait pas d’humanité. 

Mieux vaut montrer des fusils à nos enfants avec les guerres qu’on nous prépare, les fusils seront plus utiles.

La guerre ça paye plus que la vente des drogues et le sexe ensemble. 

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :