Aller au contenu principal

Radioactif 343

avril 8, 2022

Radioactif 343

Texte de 2008

Le français au Québec.   

Ceux qui pensaient que Jean Charest mérite d’être le premier ministre du Québec ont certainement changé d’idée ce matin.  Ce diable, tombé d’Ottawa de l’arbre pourri conservateur, a déclaré qu’il ne modifiera pas la loi 101 pour lui donner plus de rigueur.  Quel salaud ! Il se fiche complètement de la survivance du français au Québec.

Il sait que la Cour Suprême, dans sa dictature, a aboli presque tous les articles qui nous permettaient d’assurer le développement du français chez-nous. Cette impudence mérite que le gouvernement soit renversé et que les prochaines élections au Québec posent une seule question : Voulez-vous que le Québec soit français? 

Pire, on apprend que l’Office de la langue française n’a plus que quatre inspecteurs pour tout le Québec.  On se rappelle les lamentations des anglophones contre la police de la langue   (qui a été remplacée par la police des cigarettes). 

Se fier à Charest pour franciser le Québec, c’est de la bêtise à son état pur.  En attendant des élections, il faudrait réapprendre à descendre dans la rue.   


Mea culpa.  

Parlant de français, j’ai d’une certaine manière un mea culpa à faire à ce niveau.  En effet, quand j’ai écrit Il Était une fois les Cantons de l’Est ou Lettres ouvertes aux gens de par chez-nous, nous étions en pleine guerre d’identité : le joual vs le français international.  On s’en servait d’ailleurs pour couper toute connexion entre les francophones de l’Ouest et les Québécois.  En dehors du Québec, on ne voyait que Paris, ignorant totalement la révolution qui bouillait chez-nous.  À cette époque, j’ai pris la défense du joual parlé et j’ai même voulu manifester ce choix en multipliant les fautes de français volontaires dans mon livre. 

Quarante ans plus tard, je reconnais que de joncher un texte de fautes pour faire valoir son point de vue fut une erreur. 

Si le joual est acceptable en français parlé (la diction n’est qu’une forme de bourgeoisie), il en va tout autrement du français écrit.  Contrairement à ce que je croyais alors, je pense que si nous aimons le français nous nous efforcerons d’avoir une écriture de qualité. 

Je n’ai pas prôné que des bonnes choses dans ma vie.  Je me suis parfois trompé.  Par exemple, je me suis opposé au port de la ceinture de sécurité au nom de la liberté.  Une erreur.  Mais, une amie de notre famille venait de mourir à Baldwin Mills dans un accident. Elle était restée prise dans sa ceinture.  Ça explique mon point de vue d’alors. 

Sans être nécessairement bourgeois, le français international nous permet de communiquer avec le reste du monde, c’est une rigueur nécessaire.  Mon erreur n’est pas pire qu’introduire de l’anglais dans le français, mais ça demeure une erreur… 


La manipulation de masse.       

Les deux principaux moyens employés pour manipuler les masses sont les religions et les médias. 

Sans l’ignorance de la masse, il est impossible pour le système de faire croire dans tout ce qu’il veut.  La manipulation de l’information, c’est un sujet très connu comme la propagande. 

Au Québec, cette manipulation est d’autant plus facile qu’il y a concentration des médias aux mains de deux ou trois propriétaires importants, tous fédérastes. 

Parmi les tactiques employées, on supprime de l’information, on choisit les opinions propagées, on coupe des textes, on les retarde, on leur accorde une importance secondaire ou on en fait des manchettes, on donne une figure sympathique ou non. 

C’est ce que La flaque fait tous les dimanches en nous présentant un Jean Charest, petit, baveux, mais sympathique alors que Mme Marois est une espèce de bourgeoise incapable de parler anglais comme si au Québec, un chef d’état français doit être bilingue.  Remarquez que La flaque est quand même une de mes émissions favorites.  Je sais encore rire d’une caricature…

Un autre exemple de manipulation est du côté de Québecor où on passe rarement une période d’actualité sans essayer de déterrer une histoire de crime sexuel.  En insistant sur la vie privée des gens, ce qui se passe en cour, on revit l’histoire des Lavigueur.  Répéter à satiété que le sexe est sale et pervers pour qu’on ne l’oublie pas. Cependant, consciemment ou non, on propage l’idée que la sexualité, c’est la perversité.  On maintient inconsciemment un enseignement religieux, pour ne pas dire un viol de conscience qui nous a écrasés comme société pendant des siècles.  On nous rebaigne dans l’atmosphère de la peur du sexe et du mauvais étranger.  On entretient un régime de peur. Un toucher est un crime.  Une caresse ça fait mal en maudit.   

Puisqu’on se tourne de plus en plus vers l’autorité pour maintenir notre sécurité, on accepte ainsi de sacrifier la tolérance et les droits individuels particulièrement des jeunes pour la sécurité.  Petit à petit, nous perdons jusqu’à notre âme comme société.  

Il ne nous reste que la langue et, avec Jean Charest, elle disparaîtra bientôt comme la religion, sous prétexte des besoins économiques et le refus d’exiger que les nouveaux arrivants parlent français ou aient un certain temps pour l’apprendre.  C’est une question de survie.  Tout comme la bonne entente tient de la nécessité d’accepter que la religion ça se vit dans sa maison ou dans un temple point à la ligne. 

Le fanatisme religieux est d’abord sexuel.  On retrouve l’obsession de la sexualisation des cheveux.

Cependant, personne ne peut empêcher les gens de vivre leur religion à l’intérieur de cette contrainte.  Vivre et laisser vivre, sans violence, c’est le défi. On se servira de l’économie pour nous mettre à genoux.. On dit déjà que le Québec sera privé de pétrole dans quelques années. On sait ce que ça veut dire.  Les pétrolières dirigent le monde sans pitié …. Avec les guerres, s’il le faut. 

Aurons-nous appris à pouvoir s’en passer ?  Ça urge … Qu’est-ce qu’on attend pour protéger notre eau?  L’eau comme nos forêts que l’on disait  inépuisables. 

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :