Aller au contenu principal

Radioactif 295

février 19, 2022

Radioactif 295

17 décembre 2007 
La sincérité.

En fait, jusqu’à la prison, l’aspect religieux de l’interdit sexuel ne m’empêchait pas toujours de dormir.  C’était plutôt la fascination qui repoussait mes rêves ou plutôt mes cauchemars.  Il suffisait de me confesser pour laver la faute, tout effacer…  « Allez mais ne recommencez pas tout de suite »…

J’essayais d’être sincère en me promettant de ne plus recommencer, mais je savais déjà au plus intime de moi-même que c’était bien hypocrite.  Il suffisait d’un peu de beauté pour m’exciter et recommencer.  Exciter, c’est un mot faible. 

Quand j’avais le plaisir de réaliser mes fantasmes, j’en tremblais de la tête au pied.  C’était pire que la décharge électrique d’un éclair. 

À vrai dire, je ne voyais pas sur quoi on pouvait bien baser un tel interdit.  Même après des caresses, une masturbation, une fellation, tu n’es pas asséché, blessé, humilié, au contraire.  Chaque pénis a sa personnalité, aucun n’est vraiment tout à fait pareil, ce qui ouvre toutes les portes à l’exploration. 

C’est égoïste, j’en convenais, mais je trouvais l’extase dans ces moments de grandes découvertes.   J’arrivais même à un tel degré de satisfaction que je remerciais Dieu d’un tel cadeau-choc.  C’est assez difficile de transmettre un tel sentiment puisque nous sommes tous différents. 

Ce qui me renverse peut laisser l’autre dans une indifférence totale, voir même dans une répulsion la plus totale.  Il faut se connaître.  Savoir ce qui nous convient et qui correspond à notre réalité intérieure.


17 décembre 2007 
Expérience constructive.

Une expérience sexuelle loin d’être néfaste, bien au contraire, te permet souvent de retrouver une forme d’équilibre et de bonheur.  T’as mentalement autant besoin des autres que de respirer. 

Évidemment, tu dois ainsi que ton partenaire, s’il y en a un, percevoir cet échange comme un geste d’amour, une communion intime à la vie de l’autre.  Il y a un aspect sacré dans les jeux sexuels.  Un respect essentiel.  Un don.

Si ça te culpabilise, ça te détruit plutôt que de te grandir.  À ce moment-là, tu es mieux de t’en priver.  L’expérience sexuelle n’est pas un pré requis.  Chaque chose arrive en son temps. 

Si les deux sont d’accord  et que c’est agréable, ça crée des liens.  Puis, entre deux gars, le danger d’avoir des enfants est assez peu élevé, merci !  S’il n’y a pas un contact plus profond que juste avoir du plaisir, ce n’est pas de l’amour.  C’est de l’amitié.

En amour, tu formules un vœu, un avenir, un bout de route à faire ensemble.  Un cheminement nécessaire à ton équilibre et à ton développement.  C’est loin d’être péché ;  mais je comprenais les prêtres qui le prétendaient en disant que le sexe ne doit pas exister en dehors du mariage.  Ça ne me semblait pas complètement faux entre un gars et une fille ; mais entre gars?  Pour quel raison avions-nous des relations sexuelles?  Était-ce aussi de l’amour?   


17 décembre 2007 
Le diable de l’adolescence.

Dieux exige-t-il que nous vivions comme si on n’avait pas de corps?  C’était à mon avis un  scrupule hautement ridicule, carrément malade, même si je ne connaissais pas l’anatomie.  Je sentais mes nouveaux goûts comme étant le réveil normal et naturel à la sexualité chez tous les petits gars du monde.  Un réveil qui survient entre 10 et 15 ans, selon la vitesse de développement de chaque individu. 

Moi,  ce fut vers 11 ou 12 ans. L’appel de la nature aventureuse, comme les petits jeux dans le foin durant mon enfance, a sonné au lit avec mon cousin. Ce fut l’élément déclencheur dans « la nouvelle littéraire » que fut ensuite le reste de ma vie. 

Ce n’est pas à cause de lui parce qu’il était plus vieux que moi.  J’étais dû.  Ce serait arrivé d’une façon ou d’une autre, avec un autre.  C’est la nature

Les règles de Harper ne respectent même pas la réalité physique des jeunes.  D’une manière, les curés avaient raison de crier que la sexualité était la preuve de la présence du diable en nous.

À l’adolescence, on est envahi par le diable si on croit que les hormones sont diaboliques.  Dans sa création, Dieu aurait-il été assez méchant pour répandre le péché en nous à travers l’œuvre de nos nouvelles sécrétions d’hormones?  Ne sont-elles pas responsables de notre développement, même physique, et de notre épanouissement  mental? Aurait-il pris plaisir à nous condamner à l’enfer avant même de nous créer?  Peut-il vraiment être aussi pervers?  Le croire, l’enseigner, c’est blasphémer.  C’est mépriser Dieu de le croire sciemment un sadique.

17 décembre 2007 
Hormones diaboliques.  

Je ne connaissais pas, comme tout le monde, le pouvoir des hormones à l’adolescence.  Je croyais que les religieux savaient de quoi ils parlaient quand ils nous envoyaient tous en enfer pour nos mauvaises pensées, nos mauvais désirs, nos mauvais regards, nos mauvais touchers, en fait, pour exister. 

Je me suis demandé, suite à un sermon, comment aller pisser sans me la toucher. Il ne faut pas se toucher, sinon c’est péché, apprenait-on.  Quelle imbécillité!  

Heureusement, ça ne faisait toujours pas partie des scrupules, ni des interrogations quotidiennes.  Ce fut une passe.  Ce qui prouve qu’au moment où tu deviens scrupuleux, t’en perds un peu la boule. 

Il y a des gens qui se sentent mal juste à entendre le mot sous-vêtement, si ce n’est pas un symptôme qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez elles,  je me demande ce que c’est. 

Les curés prétendaient également que la masturbation donne des boutons, te rend fou ou même peut te faire subir une crise cardiaque.  Je devais ainsi me masturber en priant pour être certain de ne pas être damné en subissant autant de plaisirs. 

Au moins en arrivant au ciel, au purgatoire ou en enfer, j’aurai eu le sourire…


17 décembre 2007 
Règle stupide.

Les musulmans les plus radicaux, les plus fanatiques, les plus obsédés par l’interdit sexuel, ont réglé le problème du toucher en demandant aux hommes de s’asseoir comme les femmes sur les toilettes pour ne pas être sali par les gouttes de pisse qui éclaboussent quand tu fais ça debout.  Ils essaient de nous faire croire que ça vient de l’enseignement du Prophète. 

Dans son temps, il devait y en avoir des toilettes, en plein désert, où il risquait d’avaler plus de sable en se mettant en petit bonhomme pour pisser qu’en restant debout.  Comment régler le problème du vent?  Le Prophète aurait pensé à introduire une règle pour t’indiquer comment « te tenir le paquet » quand tu dois absolument te le tenir, pour te laver,  par exemple.  Eh oui ! Ça se lave aussi. 

D’ailleurs, si tu as appris comment le faire, tu n’auras probablement pas besoin de te faire circoncire, en laissant ainsi la nature marquer ton individualité.  Une autre interprétation religieuse qui me prouve encore que les religions sont  toutes des inventions humaines.  

Il faut comprendre que la Tradition s’écrivait dans un tout autre contexte, ce qui la rend vite dépassée.   Pauvre Dieu !  On lui fait dire tellement de bêtises et ça paye en maudit. 

Les religions ont toutes des millions de dollars pour ne pas dire des milliards.  

Si tu veux être riche, invente ta religion.  L’interdit sexuel est de cet ordre.  Toutes les religions le prêche.  Soyons tous des êtres qui vivent contre – nature pour obéir à leurs règles.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :