Aller au contenu principal

Radioactif 282

février 6, 2022

Radioactif 282

07 décembre 2007 
École extérieure.   

Si on respecte les immigrants, le Québec reverra complètement sa façon d’opérer.  Les immigrants devraient pouvoir suivre dans leur pays d’origine ou dans un regroupement de pays, les cours de français leur permettant d’avoir une assez bonne connaissance de la langue d’usage, dès qu’ils arrivent au Québec.  Cela permettrait aussi des économies puisque ce serait moins dispendieux que de les donner au Québec. 

Par ailleurs, durant cette formation linguistique, on pourrait y enseigner l’histoire du Québec, ses coutumes et procéder à la reconnaissance des diplômes qui serviront à leur arrivée au Québec.  Et pourquoi ce secteur Québec -emploi ne pourrait-il pas s’employer à leur trouver un emploi d’avance ?            

Ainsi quand les immigrants arriveraient chez-nous, ils n’auraient pas à tout recommencer.  Certains ne voudront pas garder l’emploi pour lequel ils sont venus, mais au moins ils auraient le nécessaire, en attendant de refaire leur vie à leur goût.  Il pourrait y avoir de telles écoles pour le Mexique, en Amérique centrale, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique du Sud, surtout dans les secteurs où on ne connaît pas le français et où il y a de grosses familles.  On devrait accorder la prépondérance à réunir les familles. 

On pourrait aussi leur expliquer que le Québec est aussi un pays laïc. On fait sa religion seulement à la maison et au temple, mais nulle part ailleurs, surtout pas dans les espaces publics.  Ils doivent savoir qu’ici l’homme et la femme sont égaux et que cette règle a priorité sur les rites religieux

Quand Monsieur Charest parle de deux classes de citoyens, il oublie que les familles doivent se franciser pour les jeunes qui auront aussi besoin du support de leurs parents pour parfaire leur éducation.  D’autre part, on doit privilégier la réunion des familles au statut économique. 

Les plus riches ne veulent rien savoir du Québec et du fait français, ils veulent un pied à terre en Amérique.  S’ils ne veulent pas apprendre le français, rien ne les empêche de s’installer ailleurs. 

D’ailleurs, on devrait aider ceux qui veulent venir vivre ici. 

D’autre part, les industries locales qui ne trouvent pas d’employés pourraient offrir les cours nécessaires à ceux qui arrivent et qui sont à la recherche d’un emploi.  Ils pourraient subvenir à leur besoin le temps qu’ils apprennent leur nouveau métier.  Ceux qui apprennent l’anglais ici, c’est pour mieux déménager plus tard.

C’est pathétique de lire les éditoriaux dans nos journaux depuis que le français est devenu la langue de la minorité à Montréal. C’est-y possible ?  Bien oui.  Toutes nos lois nous y condamnaient. 

Ça fait des dizaines d’années qu’on vous avertit que ça va arriver, mais « la maudite économie», comme s’il n’y avait que ça, en aurait souffert, donc, nos gouvernements ont joué à l’autruche pendant que la Cour Suprême nous inoculait la paralysie.  Elle a morcelé la loi 101 qui pouvait seule garantir un avenir au français au Québec.  On s’est laissé endormir par le discours des libéraux.  

Il ne faut pas être raciste, comme si se respecter, c’est être raciste.  On peut bien maintenant tenir compte de l’accent quand il est question de bilinguisme au travail. 

Nous disparaîtrons très vite si on n’a pas assez de couille pour exiger que le Québec soit au minimum des minimums une société distincte pour de vrai, pas juste francophone dans nos rêves. 

Pas d’indépendance, pas d’avenir francophone.  Montréal nous le prouve.  


07 décembre 2007 
Peuple de l’oubli historique.

Le gouvernement fédéral centralisateur (à moins d’être assez bête pour croire que Harper ne l’est pas) est un gouvernement anglophone qui a toujours voulu nous assimiler, pensez-vous qu’il va promouvoir le français au Québec au détriment du multiculturalisme de Trudeau?  Qu’il va promouvoir une immigration francophone? C’est charcuter notre histoire.  Notre devise devrait être «j’oublie».  Notre vie socio -politique est  comme un lendemain de brosse : moins on s’en rappelle, mieux c’est.  Ça permet d’être moins responsable. 

Au lieu de nous apprendre les religions, un autre moyen de nous exploiter, on devrait nous apprendre notre histoire.  Tout cherche à nous faire comprendre qu’on est des moins que rien.  La preuve, on parle si mal que ce n’est même plus du français.  Et, nous les caves, on gobbe ça.  Même la France nous a encore abandonné et s’est mise à prendre pour les fédérastes.  Bien loin, du « Vive le Québec libre», du Général De Gaule. 

Quel avenir pensez-vous que l’on a?  Trudeau est notre fossoyeur et on est prêt à élire son fils comme premier ministre du Canada. C’est vrai que pour les vieilles, c’est le plus beau candidat, mais il n’y a plus que ça qui compte.  Est-ce un signe d’intelligence politique ?  C’est ce qu’on essaie de nous faire croire, on mérite presque notre sort à force d’être naïfs.


07 décembre 2007 
Pas de choix politique.

Le fédéral va faire semblant de comprendre pour avoir le vote des libéraux du Québec dont le cerveau a paralysé lorsqu’ils ont mis René Lévesque en dehors de leur partie. 

Harper n’est qu’une coquille vide, un pâle reflet de l’ignoble George Bush.  Quant à Stéphane Dion, il est l’espèce de «fucké universitaire» qui nous criait la gueule en cul de poule qu’il était d’accord avec la partition, advenant la séparation du Québec (au moins son père était un fédéraliste fatigué). 

Savez-vous ce que veut dire partition, en dehors des dentelles diplomatiques : une guerre civile pour forcer le Québec à demeurer à l’intérieur du Canada.  Un moyen de ramener l’armée chez-nous comme en 1970. 

Quant au NPD, il a ouvert son jeu et tout le monde sait maintenant qu’il est contre l’indépendance du Québec. Reste le Bloc Québécois. 

Depuis que nous avons des gouvernements minoritaires, il fait preuve d’une impuissance chronique. Tellement qu’on peut dire que le sénat , lui au moins, arrive à bloquer les lois stupides sur la criminalité sexuelle.  Que nous reste-t-il?  Se soumettre?  Apprendre l’anglais au plus vite?  Disparaître comme nous essayons inconsciemment de le provoquer?  Est-ce que je cauchemarde encore?  

À mon âge, je devrais peut-être me la fermer puisque bientôt, je ne serai bon qu’à nourrir les tulipes par la racine.   Et on aura des jeunes aussi fous, aussi paranoïaques que les féminounes face à la sexualité.  Qu’est-ce que ça peut me faire, je ne serai plus là.  Et que je veuille ou non, plus je vieillis, plus mes préoccupations sexuelles sont pour moi passées date. De merveilleux souvenirs.  Voilà tout ce dont on a besoin pour endurer le temps qu’il nous reste.         


07 décembre 2007
Adieu le Québec !

Le Québec français va disparaître si on ne fait pas d’urgence un pays francophone.  C’est inexorable. 

Et, on est encore trop aveugle pour comprendre que si on n’exige pas une immigration francophone (tu sais le français avant d’arriver ou tu as trois ans pour l’apprendre ou tu déménages dans une province canadienne anglaise à ton image… c’est ton choix) C’est du racisme ou être tout simplement lucide. 

C’est un choix de société, si on veut survivre comme nation francophone en Amérique.  C’est contre personne, ils ne sont pas encore arrivés, ils ont parfaitement le choix. 

Pour le fédéral, si on ne peut pas nous assimiler d’un coup, il faut y aller par tranches de 50,000 immigrants par année.  Simple question de temps!  Évidemment, quand tu demeures à Québec ou à l’intérieur des terres,  tu n’y comprends rien parce que Montréal t’es inconnu et que tu ne reconnais pas le rôle de Montréal dans l’avenir du Québec. C’est juste la plus grosse ville ! 

Montréal, c’est le cœur du Québec!  Quand Montréal aura sa crise cardiaque linguistique, le Québec s’affaissera.

Les fédérastes ne se servent pas seulement de l’immigration et du travail en anglais pour nous endormir  et nous mener par le bout du nez.  On se sert entre autres d’une vision bourgeoise de la société pour mieux contrôler, modeler nos émotions. 

Grâce à la sexualité, nous sommes des pécheurs prêts au bûcher pour se faire pardonner des péchés qu’on a jamais commis, mais qu’on nous impute.  Nous sommes des coupables avant même d’être jugés.  C’est le fruit de notre éducation paranoïaque.


07 décembre 2007.
Le joual.

Le plus important pour nous mener par le bout du nez, c’est de nous faire croire qu’on est une bande d’imbéciles qui ne savent même pas parler notre langue correctement.  Un gang d’innocents incapables d’apprendre deux langues. 

En fait, le sermon qu’on entendait déjà sous le règne de Pet Trudeau et qui est aujourd’hui rejoint par le discours de Jean Charest.  Si on  ne parle pas le français bourgeois de jadis Radio -Canada, on est des incultes.  Le peuple ne parle pas français, mais joual.  Quelle ignorance!  Hey! 

Le français que nous parlons, c’est le vieux français, le français de la Cour de France.  Le plus noble  et le plus pur qui se rend aux toilettes plutôt qu’aux «Wash room». 

Le français que l’on préconise ici est un langage de petits bourgeois parvenus qui se croient supérieurs et qui nous viennent d’Ottawa.  Notre français doit être celui du français international à l’écrit et non celui d’une petite bourgeoisie qui se prend pour le nombril du monde.  On devrait s’occuper plutôt de faire la promotion des écrivains québécois  dans le reste de la francophonie canadienne plutôt que des écrivains de France qui ont déjà un marché leur permettant de survivre. 

Mais, si on lit des Québécois on risque que les Canadiens -français comprennent ce qui se passe et à quel point on combat l’indépendance du Québec, en les mettant à dos avec les auteurs québécois.  Lire un autre de mes livres : Spirale intra projective ou Un peuple, un pays. Refusé comme le reste par nos éditeurs officiels.  Combien de temps allons-nous nous auto crucifier?   

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :