Aller au contenu principal

Radioactif 253

janvier 8, 2022

Radioactif 253

20 Novembre 2007

Luxe de millionnaire.       

Sans amour, la pédérastie est un luxe de millionnaire. 

Presque tout repose sur la séduction et surtout sur la générosité de l’adulte.  On essaie de faire croire que les jeunes ne «bavassent» pas parce qu’ils ont peur. 

La vérité est souvent toute autre : un pédéraste est pour un jeune le meilleur compte en banque et une source intarissable sur le plan sentimental, à moins de croire que se faire caresser, masturber ou sucer va te faire très mal; à moins de croire que les pédérastes sont tous des monstres très dangereux. 

Si ta peur est plus forte que tes désirs, tu ne chercheras même pas à y penser (et vice-versa).  Par contre, certains s’y risqueront sachant très bien d’instinct que d’en parler, c’est se priver de cette manne économique ou affective, en
échange d’un peu de la sienne.

Si on n’arrive pas à maintenir l’idée que c’est péché ou interdit, même s’il n’y a rien d’intelligent pour le justifier, la société risque de voir que ce sont des choses qui peuvent intéresser des gens bien plus jeunes que l’on s’imaginait. 

La peur des prédateurs pour des enfants de moins de dix ans est une précaution qui se doit d’exister, mais qui ne peut être justifiée lorsque le jeune est plus vieux. 

D’ailleurs, à un certain âge, les parents sont loin de toujours savoir ce qui se passe. Tant que le jeune n’est pas traumatisé, en étant forcé, la société n’a rien à voir dans ces rapports.   Le jeune doit apprendre à être autonome et savoir ce qu’il aime ou qu’il n’aime pas.  Ils doivent se créer une morale personnelle, une conscience qui les respecte et les grandit. 

C’est une relation humaine: elle peut être très bonne ou très mauvaise.

21 Novembre 2007

Droit de la personne 1.   

J’ai fait parvenir une réponse à Commission des droits de la personne qui refuse de reconnaître la discrimination à mon égard par l’Association des auteures (rs) des Cantons de l’Est :

Je vais en appel de votre décision, car vous ne semblez pas comprendre la différence profonde qui existe entre pédérastie et pédophilie, différence que j’explique à maintes reprises dans mon livre La pédérastie mise à nu  que jevous ai fait parvenir.  Votre définition est religieuse et non réaliste.

Je ferai parvenir ce texte au plus de gens possibles, car je suis écœuré de me battre seul contre une institution qui a tous les pouvoirs.  Si c’est un cas personnel, comme on le prétend pour garder le silence, j’en prends acte et j’abandonne cette lutte. 

Que je sois pédéraste ou pas  j’aimerais que l’on m’explique comment et pourquoi je pourrai être un auteur à l’index au Québec,  même si j’ai publié plusieurs livres où  je n’en parle même pas. 

Je continuerai sur ce blog (carnet) à raconter ma vie, pour ceux que ça peut divertir, mais quand je prendrai ma retraite je passerai à autre chose. 

Quand les gens trouveront plus important de sauver la vie de leurs jeunes plutôt que leur virginité psychotique, on redécouvrira mes écrits. 

Il fut inclus dans la Charte des droits, la discrimination d’âge, mais ça n’a jamais été respecté.  Même si la loi avait établi l’âge de consentement à 14 ans, on a inventé toutes sortes de nouvelles lois pour contourner cette loi et revenir au 18 ans qui existait auparavant. 

On se sert aussi de faux-fuyants, comme vous l’avez fait dans votre réponse, en essayant de faire accepter que la pédérastie soit un simple comportement sexuel alors qu’elle est vue depuis la Grèce Antique comme une orientation sexuelle. 

Ce n’est pas parce que des féministes veulent nier ce qui se passait en Grèce antique que c’est fidèle à la vérité. 

Ce manque de connaissances (littéraires, historiques et psychanalytiques ) permet d’entretenir le même vent de paranoïa et de censure que l’Église a maintenu pendant des siècles sur le Québec

Ces croisades d’extrême droite et de gauche minent l’estime de soi de bien des jeunes ce qui les conduit souvent au suicide.  Il est étonnant que l’État du Québec souscrive à ces campagnes d’ignorance et de mensonges, d’autant plus qu’il dépense des milliers de dollars pour faire croire aux jeunes qu’il ont le droit de leur orientation sexuelle, qui soit dit en passant ne se choisit pas et ne change pas en cours de route.

Je vous fais parvenir une nouvelle lettre de l’Association des Auteures(rs) des Cantons de l’Est. 

Je ne vois pas en quoi mes  « comportements sexuels » permettent de revenir à la censure d’antan, surtout si on m’accuse d’être ce que je ne suis pas.  Pourquoi n’aurais-je pas le droit d’être écrivain au Québec ?  Parce que je ne crois pas dans votre morale sexuelle ?  C’est en soi une discrimination. 

Comme vous le savez, l’orientation sexuelle qualifie l’attrait, le choix quant à ses partenaires dans une relation sexuelle.  Ne pas faire de nuance entre la pédophilie et la pédérastie prouve hors de tout doute que vous ne savez pas de quoi vous parlez. 

Serait-ce que nous sommes à l’aube d’une dictature de féminounes (féministes wokes)? 

Est-ce démocratique, de faire entendre qu’un côté de la médaille ?

J’ajouterais que des études américaines ont démontré qu’à cinq ans, il est déjà possible par la pupille des yeux de prédire très exactement si un enfant sera gai ou hétéro.  Commencera-t-on à tuer les enfants, comme ça se pratique déjà contre les filles dans certains pays, mais cette fois parce qu’ils sont gais ?   

Pourquoi mes rapports avec un petit gars peuvent-ils m’empêcher d’être écrivain?  Parce qu’il y a une bande de fascistes qui entretiennent la peur face à mes écrits. 

Je suis pour une sexualité consciente, sans peur, sans violence, sans domination. Pas assez payant pour la pègre et la police. 

Une personne vient de m’indiquer qu’il est impossible de me retrouver dans la liste des auteurs du Québec, même si j’ai publié plus de 20 livres.  Je croyais que je n’existais pas parce que je n’avais pas de talent.  Mais,  je me demande aussi pourquoi j’ai toujours énormément de succès quand je participe à soirée de poésie, par exemple.  C’est simple : j’aime les petits gars et on m’a mis sur une « black liste » comme dans le temps où on avait des livres à l’index : Simoneau est un auteur maudit à l’index. Il ne faut plus lui laisser de droit de parole, certains pourraient se mettre à réfléchir. 

On m’a aussi dit qu’il est impossible de sortir un de mes livres de la bibliothèque nationale.   Me lire serait comme entrer directement en contact avec le diable.  Je pense que le général Dallaire pourrait assez rapidement  faire comprendre que la lutte à la pédérastie est une lutte bourgeoise très insignifiante quand on songe à ce qui se passe en Afrique où des milliers de jeunes meurent tous les jours pour enrichir la mafia internationale de la guerre, du pétrole et des minerais pour laquelle ces mêmes âmes pures votent pour les maintenir au pouvoir . 

Je ne suis pas publié parce que les maisons d’édition sont concentrées entre les mains de quelques éditeurs qui n’existent que pour faire de l’argent.  Plus c’est vide et neutre, en plus, ça excite l’esprit de voyeurisme, hétéro et hypocrite, plus c’est commercial, plus c’est ce qu’il cherche à vendre. Des fabricants d’inconscience collective.   

Comme je l’écrivais dans un livre d’humour en 1968, l’Homo-vicièr, tout est commerce.  Je me ruine à essayer de publier, est-ce vraiment utile ?   

07-01-2022

Si j’étais vraiment intelligent j’aurais décroché à cette époque.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :