Aller au contenu principal

Radioactif 252

janvier 7, 2022

Radioactif 252

19 Novembre 2007

Mon orientation sexuelle.          

De quelle orientation sexuelle suis-je?  J’ai couché avec des femmes et nous nous sommes rendus à l’orgasme, malheureusement, je n’ai jamais eu d’enfant de mon propre sang.  J’ai quand même demeuré avec certaines ou joué le rôle de l’amant.  Je suis donc hétéro

Mais, j’ai aussi couché avec des hommes et consumer le plaisir.  Nous avons même été amants.  Je suis donc homosexuel

Mais, j’ai aussi connu des petits gars avec qui j’ai atteint le summum de la jouissance.  Ces garçons ont été comblés par mon expertise et de mon expérience.  Je suis donc pédéraste

Mais si je suis tout ça en même temps, que suis-je réellement?  

Une fausse boussole? 

Certains aujourd’hui diraient avec fierté que je suis un libre penseur essayiste alors que d’autres me proclameraient volontiers un maudit cochon. 

Malheureusement, je ne suis pas bourgeois et je dois me contenter de mon plaisir comme seul bénéfice de ces expériences.  C’est possiblement la valeur de l’authenticité qui fait la différence entre en avoir honte ou garnir sa mémoire de superbes moments en attendant de crever.


20 Novembre 2007

Contradictions du système.      

Le vrai problème, c’est qu’en interdisant la pédérastie, on envoie le message que la sexualité, dans certaines de ces expressions, est encore mal, mauvaise et dangereuse.
 

On dépense des millions pour enseigner aux jeunes de ne pas accepter de discrimination quant à son orientation sexuelle, qu’on a le droit d’être gai, mais seulement entre jeunes.  Quand il y a un adulte c’est devenu vicieux, comme nous l’enseignait notre bonne mère l’Église.  Depuis on sait ce que veut dire Tartuffe.

On se sert de la télévision et des procès pour lieu de grands sermons et pour maintenir la peur.  On joue autant que possible avec les sentiments, sachant qu’il est plus facile de condamner que d’essayer de comprendre. 

On procède toujours en se servant du terme  » victime » pour parler des jeunes,

même s’ils participaient avec joie à une partouze, de façon à faire croire que les jeunes n’aimaient pas ça. 

Pourtant, la dénonciation vient très rarement de ces jeunes, mais d’une tierce personne qui ne se même pas de ses affaires.

« Les victimes »  le feront vite quand il y aura une enquête policière pour ne pas passer pour des pareils. Si le jeune a consenti, on brime son droit à la vie privée, mais ce n’est pas grave les jeunes, dans la réalité, n’ont aucun droit sur leur vie personnelle.

De quel droit la société peut-elle déterminer entre quel âge et à quel âge un jeune individu a le droit de choisir son partenaire?  S’il est libre, consentant, non dominé, ça ne regarde que lui.  C’est son droit le plus strict, même garanti par la constitution : aucune discrimination d’âge.

On sait qu’aucun jeune n’osera jamais faire valoir ses droits, donc, on lui enlève  pour le protéger et en faire un robot.

20 Novembre 2007

Suicides.

Si bien des jeunes se suicidaient quand ils prenaient connaissance de leur orientation sexuelle, c’est qu’ils arrivaient encore à identifier leur réalité au mal ou à la honte. 

On oublie aussi que de plus en plus de pédophiles ou de pédérastes se suicident parce que leur vie est un enfer.  La société ne les pleurera pas. On dira simplement : un hostie de cochon de moins, oubliant la dignité de tout individu. 

Mon ami s’est suicidé quand il a été accusé de pédophilie. Il ne voulait pas nuire aux autres membres de son cirque et ainsi priver des jeunes d’instruction et de nourriture ce que fournissait le cirque aux itinérants sans le sou et nourriture; mais un zélé, peut-être un jaloux, a fait un  signalement à la police.

 Je me sens responsable puisque je suis celui qui lui a dit d’aller dans l’enseignement  parce qu’il avait tout pour faire un bon professeur. Ce qui a été reconnu dans la première institution où il a travaillé.

Il était venu me demander conseil après que j’eus publié « Laissez venir à moi les petits gars ». Il a écrit « Je veux que mon suicide soit vu comme un assassinat. Je suis parfaitement d’accord avec cet énoncé. Il a été tué par une justice aveugle et stupide qui condamne tous les gestes sexuels, même ceux qui ne procurent que du plaisir.

La vie est-elle plus importante que la chasteté ?  Si on ne faisait pas croire que le jeune est automatiquement molesté, on ne pourrait pas justifier un tel état de répression digne de l’Inquisition ou de la Gestapo.  Et, sans cette peur, il serait impossible de remplir les coffres de  » la sécurité « . 

Pour arriver à faire croire qu’un individu qui se fait aimer en donnant des cadeaux est aussi pire que celui qui organise des guerres ou qui se sert des enfants comme soldats, il faut que tu es poussé ton catéchise ou ton enseignement religieux jusqu’au fanatisme. 

Il est plus facile de faire haïr un individu que de risquer que ce goût de liberté se répande et qu’on se rende compte que la sexualité dans son sens génital, sans procréation, c’est beaucoup moins important qu’on le prétend. 

Il faut lire Willem Reich qui, dans ses essais, démontre le rôle de la culpabilité et de la honte dans l’acceptation totale des normes de la société.  On ne donne pas le droit à la liberté parce qu’on a peur de ce qu’on en ferait.

Pourtant, la violence tuera notre planète, bien avant que pourrait le faire la sexualité.    

20 Novembre 2007

Jeunes intéressés.        

On oublie que dans la réalité, certains jeunes sont non seulement intéressés, mais qu’ils aiment ça. 

Ça les intéresse parce qu’ils sont attirés par des gens du même sexe ou des gens qui payent bien.  Un hétéro croit qu’aucune autre orientation sexuelle ne peut être justifiée en dehors de sa propre orientation, car l’orientation sexuelle définit le cadre de tes intérêts, de ta personnalité, de ta conscience et de ton estime de soi. 

C’est aussi ce qui ressort du discours des jeunes qui se livrent à la prostitution.  Ils oublient que tu ne peux pas être heureux si tu n’es pas en accord avec ce que tu es le plus profondément.  Tu ne deviendras jamais gai ou pédéraste si tu ne l’es pas dès ta tendre enfance. 

Si la pédérastie n’était pas un amour très profond, parfois même un peu trop, ce serait du masochisme pur.  Non seulement c’est un plaisir (si on parle de jouer aux fesses, comme disent les jeunes) de très courte durée, mais tu dois pour cela vivre en hypocrite toute ta vie, risquant à tous moments que le système s’en serve pour te caser à jamais. 

Donc, il faut que ce soit plus qu’un contact physique qui explique cet amour, pour ne pas dire cet esclavage et la haine publique sociale qui est tout aussi automatique.

Le pédéraste est la cible parfaite de toutes les formes de chantage. Il est absolument seul. Personne ne criera à l’injustice, car, il passerait pour un pareil.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :