Aller au contenu principal

Radioactif 159

octobre 5, 2021

Radioactif 159

27 Septembre 2007

Lettre cochonne.  

Parmi les événements les plus négatifs de mon adolescence : les plus vieux de mon école primaire devaient dorénavant se rendre en classe par autobus à Kingscroft.  C’était encore une plus petite école que celle de Barnston, mais dorénavant,  il y avait des clans. 

Mon institutrice, Pauline, avait seulement une vingtaine d’années et me racontait ses flirts avec son amant qui faisait de la course de chevaux. 

Bien évidemment, mes connaissances sur la petite nature avaient pris du galon au cours de cette dixième année d’école.  Je lui ai écrit une lettre en anglais pour l’inviter à partager le lit de l’appartement mis à la disposition du corps enseignant. 

Une lettre on ne peut plus cochonne, m’a-t-on dit, car le président du Comité du NON de ce secteur au référendum de 1980, était jadis commissaire d’école.

« Je ne comprends pas qu’un gars qui possède aussi bien l’anglais puisse être séparatiste », m’avait-il confié. 

Le curé de ma paroisse s’en est mêlé affirmant que j’étais une Volkswagen avec un moteur de Cadillac.  Je fus suspendu de l’école.

27 Septembre 2007

Crise d’adolescence.      

Le vide à l’âme adolescent est un phénomène en soi
. C’est comme si tu n’arrivais pas à être satisfait de toi, à être ce que tu veux être.  T’aimerais que tout le monde t’aime, mais au moindre regard suspect,  tu t’imagines que la terre entière t’en veut.  Tu n’es jamais pleinement satisfait de ce que tu es. 

Pourtant, très souvent,  t’es un individu intéressant, sinon fascinant.  Un jour, en plein hiver, en pleine tempête, j’ai succombé à une de ces crises.  Je suis parti de Barnston, à pied, peu vêtu, pour me rendre à Coaticook., en pleine tempête de neige.  Je ne voulais plus demeurer chez-moi et je voulais dorénavant habiter chez le Vieux- Curé. 

C’est d’ailleurs lui qui informa mes parents de l’endroit où je me trouvais après être venu me chercher en voiture, à la demande de mes parents.  Après négociations, je suis retourné chez-moi. 

Je ne rappelle même pas des motifs de ma mauvaise humeur, mais d’avoir été bien en maudit parce que papa n’avait rien trouvé à me dire, sauf de ne plus recommencer ça, sur un ton sans équivoque.  

À cette âge, j’étais assez narcissique que je ne me rendais même pas compte des inquiétudes de mes parents devant un ado révolté sans trop savoir pourquoi.  C’est comme si je m’étais dit que ça ne me faisait rien parce que je croyais qu’ils m’haïssaient.  Une réalité qui n’existait que dans ma petite tête. 

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :