Aller au contenu principal

Radioactif 142

septembre 16, 2021

Radioactif 142

20 Septembre 2007

Savoir en parler.   

Feu Pierre Faucher, un de mes amis professeur et ancien  de la SQ, disait que le Québec souffre du syndrome du 911. 

Plutôt que d’apprendre à parler avec leurs enfants, d’apprendre à leur faire confiance, les parents préfèrent que la police ait plus de moyens pour compenser cette absence de responsabilité. 

Quand on regarde les reportages actuels, on parle plus souvent de filles de 16 -17 ans, donc, de filles qui ont déjà l’âge de prendre leurs responsabilités.  Cette campagne de Quebecor et des féminounes chroniques prouve bien que nous sommes pires qu’il y a 40 ans. 

Nous n’avons jamais eu le courage de nous demander pourquoi le sexe est si négativement abordé. 

On a foutu l’Église dehors et on est resté accroché à ce qu’elle prêchait de plus débile : le péché de la chair. 

On n’est pas sorti du bois !  Les vieilles grébiches devraient se mêler de leurs affaires et laisser les jeunes décider s’ils vivront les mêmes tabous. 

Par contre, les jeunes doivent être informés des dangers réels (il y a des débiles dangereux, des enfants ont déjà été tués).  Avoir du fun, c’est une chose ; mettre sa vie en danger, s’est une toute autre chose.  Mais, on enlève les cours sur la sexualité à l’école et on laisse ça dans les pages de sensationnalisme de Quebecor.

Tant pis pour la création d’une conscience personnelle et responsable. On revient à l’époque de la grande noirceur…


20 Septembre 2007

Rien ne change.    

Le monde ne change pas.  On est pareil à ceux qui existaient 40 ans auparavant.  On agit différemment parce que nous n’avons pas le même environnement.  La vie est une question d’adaptation. 

Je ne peux pas réfléchir de la même façon si je nais au Bangladesh.  Je ne percevrai pas la même chose qu’un blanc qui vit grassement au Québec. Pourtant, fondamentalement, on est exactement pareil. 

On n’a pas appris à essayer de se mettre dans la peau de l’autre.  On s’imagine qu’on connait tout.  La religion permet de remercier dieu même si on crève de faim.  Si elle est bien implantée, tu finiras même par remercier dieu d’être crève-faim parce que c’est déjà au-delà de ce que tu mérites. 

C’est ce genre de discours débile que j’accepte de moins en moins.  S’il y a un dieu, c’est en cherchant ce qu’il y a de beau, de grand, dans tout.  Le plaisir inclusivement.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :