Aller au contenu principal

La fin d’un État 7

février 8, 2021

La fin d’un État  7

Éric fut surpris de cette réaction. Paul avait peur de ses parents ou il était très peiné de leur causer autant d’inconvénients.    

Éric pensa au FLQ et se dit :       

– Ce petit torrieux ne connait donc pas les risques qu’il nous fait courir. Il se voyait déjà déporté.    

Ils entrèrent à la maison et, comme prévu, Éric dut expliquer ses relations avec Paul. On est encore très arriéré dans certains milieux où l’on ne comprend pas l’attirance naturelle d’un petit gars pour un homme plus âgé que lui. Avec l’Église, le sexe est devenu encore pire que de tuer.  Ça ne l’enchantait pas tellement, mais, qu’avait-il à cacher? Qu’y a-t-il de plus beau que l’amour?            

– Je suis très riche, voyez-vous. Je suis toujours extrêmement seul.   Aussi, depuis que j’ai rencontré Paul, je retrouve le goût de vivre. Je m’en occupe comme s’il était mon fils.        

Son père écoutait, rouge de sa dernière brosse, alors que sa mère avait travaillé toute la fin de semaine à l’usine à moins que ce soit la fin de semaine où elle va à Drummondville chez sa sœur une fois par mois. 

Éric comprit vite que les parents de Paul ne connaissaient pas l’emploi du temps de Paul.   

– Que pensez-vous faire de votre marsouin? 

– Ché pas. On é pas riche. Y va devoir travailler bientôt.     

– Votre fils est trop jeune et beaucoup trop intelligent pour déjà aller travailler. Si vous permettez, je m’occuperai de son éducation. Je paierai tout ce qu’il faut pour en faire un homme, un vrai.

Le bonhomme le regarda ahuri, baissa la tête, faisant mine de réfléchir alors que la mère, petite et nerveuse, se mit à gueuler, comme si on voulait la battre.

– Qu’est-ce qui nous dit que vous n’êtes pas un de ces maudits fifis qui courent les jeunes, toujours prêts à leur poigner le cul?          

– Encore une de ces maudites mères poules qui cherchent le bien de ses enfants à partir de sa propre expérience. Le seul but est d’être la seule à être aimée, ne pas sentir sa solitude, car elle défend jalousement sa couvée, sans même respecter la liberté du poulet qu’elle protège. Vieille folle! Comme si la pudeur avait plus d’importance qu’une bonne instruction et une vie facile ensuite. Comme il serait préférable pour certains jeunes que leurs mères n’existent pas… leurs enfants deviendraient peut-être moins « tarlas », pensa Éric.       

Puis pensa-t-il, c’est dommage que les femmes ne puissent pas comprendre qu’il n’y a rien de mal dans le sexe. Elles le jugent selon leur propre expérience. Elles croient que le sexe est une cochonnerie à endurer.       

– Quoiqu’il en soit j’aimerais mieux le voir mourir que de le savoir consentir à ces bassesses, rajouta-t-elle.   

– Maudite folle, pensa le père de Paul.     Tu ne veux quand même pas qu’il couche avec toi. T’es une belle preuve que la femme aime qu’elle-même à travers ses enfants.      

– Ferme ta gueule, la bonne femme, répondit-il encore plus fort. C’est moi le boss icitte.

Les prétendus scandales sexuels sont un système de chantage international, interreligieux ayant pour but de ruiner l’Église catholique. Les dirigeants sont trop imbéciles pour simplement affirmer que la pédérastie existe depuis le début des temps et existera toujours quoiqu’en pensent les féminounes. Il y a des hommes qui sont attirés par autre chose qu’une femme, même si elles pensent qu’elles sont le centre de l’univers unique et indispensable en amour.        

Tout le monde n’est pas hétéro et le rapport entre hommes est différent que le cruising hétéro, sauf qu’on n’a pas le courage de le faire valoir. Subir une pipe, est-ce possible? Ça ne fait pas mal et prétendre que c’est un assaut, c’est de l’idiotie totale.   Le seul problème, les gens ne connaissent pas l’histoire de la sexualité. Ainsi, l’idiotie peut dominer. On explique comme on peut ce qu’on ne peut pas comprendre.            

C’est intéressant de voir que l’Église catholique, cette institution d’hypocrites paye maintenant pour ne pas avoir eu le courage de simplement reconnaître la réalité humaine pour ce qu’elle est. Le sexe est un besoin, une réalité humaine. Plutôt que de l’interdire, on aurait été mieux d’essayer de contrôler son affirmation. Les musulmans, les juifs passeront aussi dans le même moule. Ce sont des religions de machos. Quand les gens seront plus instruits, ils verront que la sexualité est ce qu’il y a de plus privé. En refusant la pédérastie, la société ne respecte en rien la nature. La majorité se pense supérieure. Bull shit! 

Le problème avec les religions, c’est qu’elles ont toujours méprisé les femmes et les gais. L’homme hétéro s’est toujours cru supérieur à la femme alors que maintenant la femme prétendue libérée s’imagine supérieure aux gais ou tout individu différent du moule préconisé et accepté par les institutions. Aujourd’hui, les féminounes arborent les peurs sexuelles comme une révolution alors que c’est simplement retourner en arrière. Elles ont été mal fourrées et elles pensent que l’avenir est d’éliminer les rapports sexuels si on pas l’âge de trancher le pénis du bonhomme qui ne ne nous fait pas bien l’amour.     

Dans le fond, le mieux c’est de vivre ce que l’on est, sans espérer que les autres seront assez intelligents pour nous comprendre. La pédérastie est temporaire comme un secret… une révélation… un passage au ciel. Tant pis pour ceux qui sont créés pour la médiocrité. C’est une folie, elle rend heureux. C’est tout ce qui compte…. mais il faut savoir que ça ne durera probablement pas toute notre vie… surtout que l’homme est appelé à vivre bientôt que de haine… Au lieu d’avoir des prêtres qui feront jouir leurs petits cœurs, on aura de gros capitalistes qui essaieront de se faire enfler la poche, même si la planète doit sauter… C’est vulgaire?

Encore moins que la réalité et l’imbécilité de notre système où un petit jeu de fesse est plus condamnable que l’utilisation d’enfants-soldats ou tuer un enfant, sous prétexte qu’on a eu un moment de folie…      

Espérons que les religions s’autodétruiront assez pour qu’elles disparaissent… ce que l’histoire du monde n’a pas encore réussi, car il est dans la nature de l’homme de s’inventer des histoires pour essayer de se comprendre. L’histoire des religions en est une de meurtres et de barbarie… c’est bien pire qu’un petit gars qui touche 250,000 $ pour s’être fait masturber. Si son milieu n’avait pas réagi en hystérique, il serait encore vivant, car le jeune n’a pas pu supporter le regard de son milieu.   

La maladie de la perfection et du mal rend les hommes malades mentaux.


Éric comprit que le père le protègerait tant qu’il lui servira une petite bière de temps en temps. Ayant lui-même été un garçon, il savait que très tôt on a plus d’un tour dans son sac et que les prétendues agressions sont d’une très grande rareté, puisqu’un fort pourcentage de garçons ne dédaigne pas vivre une première expérience sexuelle contrairement aux filles. C’est tellement plaisant. 

Éric savait cependant qu’il était loin de deviner tout ce qui se passait dans ce petit homme trapu.    

 – Tu vois bien que ce n’est pas un fifi. Y a l’air trop distingué. Pis, ce n’est pas n’importe qui, qui paierait une amende de 2,000 $ pour un petit « chenapan » qu’il connaît à peine, lança le père à nouveau perdu dans ses réflexions. 

Il se rappela qu’étant jeune, il s’était offusqué d’avoir été dévisagé par un monsieur louche. Bravement, il avait raconté son aventure à des amis qui lui rirent à la figure avec ses peurs de pédérastes qui tuent les enfants et qui étaient véhiculées par sa mère. Ceux-ci lui avaient fait comprendre qu’il a toujours moyen de se tirer du danger, si danger il y a, en demeurant dans des endroits publics ou en criant si quelqu’un tente vraiment de t’amener de force.

Le plus beau et le plus gentil compliment qui puisse t’être fait, c’est bien d’attirer l’attention d’un bonhomme.   Ça prouve que tu es beau, attrayant, non seulement pour quelques filles affamées de paraître désirées et non délaissées par tous les gars. T’es universel, quoi! Tu poignes des deux bords.             

Il est chanceux le petit, ce n’est pas moi qui aurais eu une nouvelle chance comme celle que j’ai refusée. Et, il se rappela combien de fois, il était retourné en vain au terminus pour se faire admirer, avec la douleur perçante de ne pas revoir son bonhomme et de ne plus attirer l’attention des mâles qui se précipitaient à l’intérieur de cet endroit.            

Il savait, comme il est terrible pour un garçon d’être laid et gêné et ne pas être d’attaque. Il en avait assez supporté lui-même le poids pour savoir que briser des vitrines n’est pas encore une source de défoulement suffisant. Qu’a donc Paul dans la tête pour le rendre si beau, si intelligent aux yeux de cet homme?       

– Fais ce tu voudras, dit la mère prête à retraiter, mais, je t’avertis que s’il touche au petit, je le fais mettre en prison.     

Paul la regardait, mais il ne faisait voir de rien. 

De quoi se mêle-t-elle avec ses peurs et ses péchés? » Pensa Paul. Il savait que sa mère agissait ainsi pour le protéger contre un mal qui vit plus dans son imagination que dans la réalité    . 

Le père se souvint combien ses amis, malgré leur supériorité de façade, fuyaient les pédérastes afin de conserver leur orgueil et continuer de passer pour « normaux », intacts aux yeux des autres amis trop naïfs pour avoir deviné la vraie nature de ces soudaines amitiés, toujours de plus en plus courtes.

Paul avait toujours cru que les jansénistes étaient ceux qui passaient le plus souvent à la casserole. Ils étaient soudainement trop argentés pour qu’il en soit autrement.  

– De toute façon, ça ne fait mal à personne, sauf, à des confesseurs jaloux ou des bonnes femmes qui se projettent dans leurs rejetons.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :