Aller au contenu principal

Mario 4

décembre 7, 2020

Mario 4

J’ai vécu avec les mutants. Ils m’ont appris à parler.  

Les mutants étaient d’éternels enfants venus d’on ne sait de quel univers. Ils avaient emprunté des corps de gamins pour jouer avec nous et parfois, comme les chiens, ils nous guidaient dans d’étranges univers. Je me rappelle d’eux une chanson :
   Crachez sur cette société         
   Exigez d’elle tout ce qui est possible. 
   Hors la mort toute frontière est abolie 
   Voyez et créez le monde comme le voient les enfants.     
   La terre a dans ses veines des champs sans clôture         
   des montagnes droites comme des falaises qui attendent l’escalade    
   dans son sein des prairies plus riches que les palettes au soleil
   sous son masque des enfants qui regardent qui écoutent           
   des enfants qui se donnent la main et s’embrassent sans rougir           
   des enfants qui n’ont pas encore compris que la survie exigera 
                                    « la mort »   
   Les enfants pour manger ne deviennent-ils pas machines?       
   Les enfants présents abdiquent la connaissance pour le savoir
   ils perdent l’égalité primitive et se sectionnent         
   ils se divisent se décomposent accordant aux organes pétrifiés 
   des étiquettes de valeurs, des jugements et des choix      
                           « Société de décomposition » 
   Au nom de la morale, de la jalousie et de la possession   
   les jambes roses des gamins sont arrachées des champs
   leurs lèvres écumantes sont à jamais soudées       
   leurs corps allègres sont brûlés, sacrifiés     
                            « Société désincarnée  »          
   pour sauver l’esprit la chair est mise à mort  
   pour nourrir l’esprit le corps est incendié      
   animaux voraces, sans visage, comme des usines
                              »  Société dépravée  »   
   Nous voulons pour les enfants qui verront l’incroyable    
   d’un monde où l’âme sera le corps, où le corps sera l’âme           
   un monde sans possession, un monde de relatif   
   un monde sans main, un monde de baisers            
                         « Monde de la communion »     
   où boire à l’Être sera l’ineffaçable présent.   
   Ère de la beauté du corps enfant, du feu de l’âme.
  

Les mutants riaient de me voir tendre l’oreille sans paraître absorbé par ce paysage qui déjà poussait en moi ses longues herbes. J’ai été élevé dans ce paradis de liberté à travers les lances funèbres de mon entourage. J’ai vécu jusqu’à dix ans dans ce paradis qu’avec la haine on me dérobe. J’ai chanté l’unique préface qui réveille à la Liberté. Cette préface, taillée dans le verre et qui, à compter de ce jour, marquera le Temps du début. Pour l’instant, je m’enfonce dans le miroir de notre mort-prison pour créer à trois l’Amour. J’avais tant de choses à dire auparavant, je les ai criées. Maintenant, le verre est brisé et file le temps de l’alchimie du verbe. Je voyagerai quinze ans dans ton âme. Un voyage qui vaut bien tous les voyages à la lune.          
 
Le temps du réveil aura été brutal. Ce n’était plus un jeu d’enfant, mais la triste réalité des adultes où l’amour est condamné. D’ailleurs, chez les adultes, un enfant est toujours coupable d’une désobéissance quelconque.                  

Mario! Mario!   Je t’aime. Je ne t’ai pas trahi. Pourtant, les vaches gueules de vipères avaient réussi à répandre en moi le doute de ma propre identité. L’innocence de mon enfance coule entre leurs dents comme un fleuve de sang. De l’enfant que je suis, on a fait un monstre… ils ne savent comprendre que je suis endormi à toutes leurs réalités terrestres. Je suis le voyageur spatial qui s’entraîne dans la cour de l’arrière-boutique, chez lui, dans son propre univers de beauté et de drames. Je suis à jamais cramponné à mes rêves et la sueur du jour m’étouffe quand je sors.        

Qu’importe! Pour les adultes,  je suis un monstre et leur seul intérêt est de me le faire croire.


No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :