Aller au contenu principal

Spirale intraprojective 26

octobre 1, 2020

Spirale intraprojective  26

Ou  Voyage au bout de ma folie.

L’indépendance et la mondialisation.  Un peuple. Un pays. (Pp.  243 à 250)

Deuxième partie

Tables des matières :        

1- Le système économique est une mafia légale.      

2- Le diable n’est pas celui qu’on pense … la théorie du veau d’or … grâce à ses lois, le système crée ses saints et ses bandits.  Les religions servent au lavage des cerveaux.et la domination émotive.         

3- En condamnant la sexualité, le système consacre la violence, l’hypocrisie, la culpabilité, à travers un trip de pouvoir …     

4- Le Québec est toujours une colonie anglo-américaine.   

5- Lequel des deux gouvernements (fédéral ou provincial) doit disparaître ?      

6- Le problème des indécis (les indifférents et les ignorants décident).    

7- PQ-Libéral- ADQ (du pareil au même — à cette époque–) … L’indépendance ne se fait pas parce que c’est dans l’intérêt de la petite bourgeoisie locale du Québec et de la bourgeoisie canadienne… L’indépendance, c’est un système pour le peuple, les petites gens. C’est le ciment de nos idéaux.  

8- Le contrôle de l’information et de la vie privée ainsi que la fausse Charte des droits de l’homme protègent la pègre et non les individus.

9- Retour sur l’histoire.      

10- La confusion des mots.         

Une véritable confédération est un ensemble d’états indépendants qui s’associent, tout en conservant leur souveraineté.  Paul-Gérin Lajoie appelait cela, il me semble, des états associés.  Même s’ils délèguent des pouvoirs à un gouvernement central commun pour une gérance commune, le pouvoir appartient toujours aux provinces ou aux régions, en définitive au peuple.  Il n’y a pas que décentralisation, mais aussi déconcentration.     

Une confédération est un regroupement d’états pour la défense d’intérêts communs.  Le Canada été créé par une bande de capitalistes intéressés au chemin de fer, même que cela a coûté la vie à Louis Riel et ses Métis.            

11- Conclusion : Un peuple = un pays.      

Cette table des matières devait me servir de plan pour la rédaction de mon livre à Bordeaux Beach.  À ma sortie de prison, ce livre avait environ 45 pages.  Ça énormément changé depuis : le monde évolue, mes idées aussi.    

Que tu sois Québécois de souche francophone ou immigrants, quand tu payes un double impôt, une double taxation, tu paies quand même trop.  Tu es tout aussi masochiste que l’autre qui accepte ce système schizophrénique à deux têtes.

La loi doit être au service de la sécurité et du bien-être du peuple, et non, au service des multinationales et de la mafia mondiale.

L’économie : une mafia légale mondiale.

*   *   *   *

La souveraineté

L’indépendance ou la souveraineté du Québec, ce n’est pas seulement une question de gros sous, mais un geste de fierté, de confiance en «nous» QUÉBÉCOIS ainsi que la réalisation d’un idéal : vivre dans le pays le plus libre, le plus démocratique et le plus tolérant de la planète.     

Le Québec sera le pays du respect des uns et des autres, du respect de la vie et de l’être humain.  Le pays de l’égalité des sexes et de la fraternité.  Le pays de la liberté.  Un idéal à rechercher.   

Le Québec indépendant doit être l’endroit où il fait le mieux vivre. L’endroit où chacun a le pouvoir de se réaliser au maximum afin de servir sa communauté d’appartenance. 

Ce rêve n’est ni blanc, ni noir, ni hétérosexuel, ni gai, ni catholique, ni protestant, ni musulman, ni bouddhiste, ni matriarcal, ni patriarcal ; mais, tout simplement HUMAIN.

C’est la reconnaissance de la valeur absolue de tout individu, de tout être vivant ainsi que le droit de vivre la vie la plus agréable, la plus confortable, la plus enrichissante possible avec la responsabilité individuelle d’assumer son rêve de vie et de respecter les autres

Le Québec est notre pays, en attendant qu’un jour pour tous les humains, la terre soit le pays de tous les hommes
.  Un monde sans frontière.

Malheureusement, tant que le Québec fera partie du Canada dans sa forme actuelle, la toile de fond demeurera une lutte contre l’impérialisme idéologique hébro-anglo-américain avec le politiquement correct et le colonialisme anglo-saxon. 

Le seul moyen d’échapper à l’impérialisme et au contrôle de la pensée (1984) est la possibilité de permettre à chaque peuple de devenir un pays indépendant.  Pourquoi des Tibet, des Cachemire, des Tchétchénie, des Québec?

Chaque nation, chaque peuple doit avoir le droit absolu d’être un pays dès qu’il peut assurer le bien-être de sa population.       

Dans notre monde, aujourd’hui, il est impensable d’exister sans une forme de partenariat avec les autres.  Les réalités politiques doivent éliminer les tensions entre nations, Le militarisme est une puissance usurpatrice.  Les peuples doivent exister sans guerre, car il y va de l’existence même de l’humain.  Il faut apprendre à partager et non à nous écraser.        
La mondialisation, prise dans ce sens, est essentielle pour nous défendre de l’impérialisme des grandes puissances, mais ces nouveaux pays doivent correspondre à leur réalité intérieure, à leur peuple. 

Chaque pays doit pouvoir assumer complètement la démocratie, même si elle a encore besoin d’être définie.  Chaque pays doit pouvoir garantir sa paix intérieure.  Si deux nations ne peuvent pas s’entendre, on ne doit pas les forcer à demeurer ensemble, on doit créer des pays correspondants au territoire où elles se trouvent si elles sont assez nombreuses pour le justifier et pouvoir assurer leur autonomie. 

Si les minorités ne peuvent pas endurer la majorité, elles doivent trouver un endroit où elles peuvent enfin vivre comme une majorité.  Un jour, on aura peut-être compris que la meilleure solution est la tolérance.  On juge une majorité au respect de ses minorités.  L’intelligence exige que les humains soient respectés en tant qu’humains, n’importe où.   

Les Anglophones du Québec qui ne nous acceptent pas comme francophones, qui ne sont pas heureux de vivre dans un Québec français, ont tout le reste du Canada pour vivre dans une société qui s’exprime seulement en anglais.  Personne a forcé qui que ce soit à s’établir au Québec plutôt qu’ailleurs au Canada.  Par contre, ceux qui sont heureux de vivre au Québec doivent être considérés comme des citoyens à part entière.  Il n’y a pas de citoyens de souche, il n’y a que des gens qui cherchent le mieux-être de tous, dans un espace donné.  La constitution des pays doit assurer la paix intérieure à chaque nation et le respect des citoyens.          

Si les minorités francophones étaient respectées dans le reste du Canada, permettant au Québec de pouvoir cesser de craindre l’assimilation, le problème linguistique serait totalement différent. 

Les Anglophones de Montréal essaient toujours de combattre les droits de la majorité, en essayant d’attirer les immigrants et reprendre leur pouvoir colonialiste.   Tous les moyens sont pris pour permettre aux immigrants de déjouer les lois sur la langue d’enseignement et de revenir à l’école confessionnelle ou anglaise.      

Par contre, ceux qui acceptent le fait français et acceptent de devenir bilingues pour communiquer avec la majorité, savent que le Québec est une terre où il fait bon vivre pour tout le monde. Le Québec doit avoir le pouvoir absolu sur son immigration. 

La majorité des guerres politiques territoriales sont d’abord culturelles, religieuses et économiques.  Elles sont le fruit de l’impérialisme des super puissances.  La planète ne pourra pas toujours subvenir aux besoins de tous les humains si on n’accepte pas un partage plus équitable.  Si on ne se rend pas compte que la planète a aussi ses limites, on acceptera des guerres pour avoir le plus de puissance et de biens alors que d’autres mourront de faim encore plus qu’aujourd’hui.

*  *  *  *  *  

Les religions sont un poison quand elles sont utilisées pour dominer.  Elles peuvent faire croire qu’elles possèdent la vérité.  Avec la foi, les gens peuvent être assez fous (fanatiques) pour mourir … la tête enflée de foi … Une religion qui ne respecte pas la conscience individuelle est une fumisterie.  Dans l’irrationnel, personne ne peut se targuer de détenir la vérité. 

Par contre, il faut faire une nuance entre les fanatiques religieux et ceux qui pratiquent simplement leur religion. Le Coran est aussi un appel à l’amour quoique certains oublient cet aspect essentiel de son enseignement. Par contre, la Charia est un délire dangereux de pouvoir et d’ignorance de la réalité humaine.     
                       
*     *    *    *    

Dans un livre préparé pour l’ex-feu président Kennedy, Galbraith ou Monsieur Doe, dans La paix indésirable, disait qu’il faut absolument des guerres régionales pour sauver l’économie dont la seule distribution est l’emploi. 

À son avis, sans guerre, le système économique n’a pas assez de dépenses inutiles pour survivre.  Même, si tous les habitants de la terre étaient nourris, logés, vêtus, soignés, éduqués, il n’y aurait pas assez de dépenses inutiles (comme les voyages spatiaux qui permettent des milliers d’emplois, très bien rémunérés… un moyen intelligent de se servir des deniers militaires) pour permettre à l’économie de s’auto générer.  

Les guerres sont entretenues par les vendeurs d’armes de toutes les grandes puissances et les sociétés qui exploitent des richesses naturelles.  L’Afrique est l’exemple parfait de cette exploitation.  L’être humain ne compte absolument pas.  C’est là la seule raison valable de rejeter la mondialisation, tel qu’envisagé présentement.

Accepter l’impérialisme judéo-américain, russe, chinois, c’est condamner la planète à sa destruction.  C’est accepter que la loi du plus fort soit celle de la violence.  L’histoire de la terre devrait nous avoir appris que la survivance de l’homme passe par l’abolition du militarisme.     

Une mondialisation qui n’est pas centrée sur l’humain est un véritable cauchemar, car c’est le capitalisme sauvage militarisé … la domination ne peut s’exercer qu’en utilisant les armes.  Le militarisme, c’est l’orgueil incarné.  C’est Lucifer.

Dans la majorité des manifestations, la violence est créée par ceux qui veulent protéger leurs intérêts.  Le système est mille fois plus violent que ses opposants, car, il crée lui-même ceux qui s’opposent à lui.  Quand la situation leur demande d’être assez bandits pour pouvoir tuer ou intervenir sans rendre compte à la population, on crée alors des lois d’exception.   

Le Québec qu’il le veuille ou non est américain ne serait-ce que par sa situation géographique.  Cette proximité peut être réduite par la différence de nos valeurs, même si l’homme est l’homme et que nos croyances finissent toutes par se ressembler. Pourtant, les nuances entre la perception catholique et protestante de la vie sont immenses.  Les protestants utilisent la Bible, les catholiques sont plus portés sur le Nouveau Testament.  Un recherche la domination ; l’autre, la tolérance.  Mais, on les confond de plus en plus.           

Les études sociologiques prouvent que pour les protestants tout est pouvoir et l’argent remplace le sexe.  Cet impérialisme religieux vise à dominer l’univers.  Les États-Unis sont impérialistes comme la Rome ancienne alors que le Québec est un pays qui préconise le droit aux nations d’exister sans être exploitées.

Le Québec est anti impérialiste et colonialiste.  Cette maladie de croire en sa supériorité est un phénomène d’abord individuel.  C’est le fruit de la conscientisation à l’Autre, à son droit et à l’égalité.           

Le colonialisme est un vol légal
.         

De ce fait, le Québec ne sera jamais une partie intégrante des États-Unis, même si cela n’est pas invraisemblable avec le temps sans un changement radical des États-Unis : si Washington consentait à l’État du Québec, les mêmes pouvoirs que ceux exigés dans le referendum — maître absolu de ses lois, de sa culture, de son territoire et de ses relations avec le monde) afin de créer l’Amérique, sous forme de confédération; ce serait un scénario envisageable. 

Mais comment peut-on croire cette union possible quand à Vancouver comme à Indianapolis, on refuse de te parler à cause de ton accent.  Refuser l’accent des autres n’est que le signe que tu as la tête tellement enflée que tu te prends pour un autre.  Tu refuses de faire un effort pour t’ouvrir à ce qui est différent de toi.        

Tout est négociable.  Si le Canada refuse de devenir une véritable Confédération, le Québec devra devenir indépendant ou se créer un programme qui lui permet de devenir un état américain, si on lui assure un partage des pouvoirs qui lui garantisse la survie du français. 

Le peuple québécois ne se portera pas plus mal s’il est américain, sauf que les Américains sont les plus détestés à la grandeur de la planète, qu’ils ne peuvent pas s’empêcher d’essayer d’exploiter les autres et leur iniquité sociale est répugnante.   À quoi ça servirait de vivre dans un pays qui refuse de te reconnaître comme nation ?  Peut-on changer de groupe parce qu’il ne partage pas nos valeurs pour aller dans un autre qui fait de même ? Le racisme est la pire maladie américaine.  Les blancs se croient supérieurs aux autres.    

Les Québécois ne pourront se réaliser comme peuple qu’en assumant leur indépendance ou en transformant le Canada en une vraie confédération  où le fédéral est une superstructure avec un minimum de champs de compétence (péréquation, argent, armée, intégrité territoriale).  L’interdépendance dépend des besoins et des compromis possible pour assurer le bien-être de chaque état membre.   

Les structures et les buts doivent être déterminés par les provinces.  Le pouvoir central doit être strictement un pouvoir de coordination, de gérance entre les provinces ou régions devenues pays et de gestion des compétences que les provinces ou territoires indépendants leur a consenti.       

Le Canada doit exister pour permettre à son peuple d’être différent des États-Unis, pour défendre sa territorialité et ses richesses naturelles.  Si le Canada refuse la possibilité de créer une véritable Confédération avec le Québec, les Québécois doivent se tourner commercialement vers l’Europe et le reste du monde pour éliminer sa dépendance aux États-Unis et devenir un état totalement indépendant à l’intérieur de l’Amérique.           
Il est évident que les États-Unis essaieront de nous avaler afin de se procurer nos richesses.  Un état continental, comme en Europe, devrait être créé avec le Mexique, le Canada, le Québec et les États-Unis le plus tôt possible.  

Les partenaires des États -Unis auront énormément de travail à exécuter pour s’assurer leur indépendance commerciale et militaire ; car, les États-Unis ont toujours pensé que le monde leur appartient.     On devrait maintenant ajouter la Chine.

Le pouvoir des multinationales est la nouvelle forme de colonialisme moderne.

Le projet de Confédération entre le Canada et le Québec ou la souveraineté (c’est la même chose) permettrait d’éliminer nos éternelles querelles et d’éviter que l’on ne se détruise mutuellement.       

Quand le Canada a été créé, le pouvoir devait émaner des provinces d’où la Confédération, mais des profiteurs (chemin de fer, etc.) ont saisi le pouvoir et le Canada est devenu le contraire de ce qu’il devait être : une fédération. Auparavant, on avait la décence d’y reconnaître au moins les deux peuples fondateurs.  

La nouvelle confédération doit exister par et pour le peuple.  Elle doit être créée à la suite d’un referendum.  Cette position constitutionnelle n’a rien d’anti-indépendantiste.  Elle tient simplement du gros bon sens.  Même indépendant, le Québec devra s’unir à d’autres pays pour compléter son marché et avoir une économie solide.     

Dans une vraie Confédération, le Québec a tous les pouvoirs : au minimum, tous les impôts, toutes les lois, sa culture et toutes les relations avec les autres pays comme les autres États formant le Canada (Ontario. Ouest canadien, etc.).  Il s’agira ensuite de partager les dépenses pour l’armée ou la protection du territoire, le système monétaire et la péréquation. 

Le gouvernement central cessera de toujours se mettre le nez sans la vie des provinces devenues des états.  Il n’y aura plus de double juridiction ou de juridiction mixte.  Quant au système judiciaire, il est là seulement pour interpréter les lois créées par le parlement et non pour les changer.  Être à la merci du système judiciaire équivaut à une dictature de la mafia légale. 

Au Québec, la décentralisation et la déconcentration doivent être une pierre angulaire de notre développement avec des gouvernements régionaux.  Le gouvernement et toutes ses institutions doivent devenir des organismes de gérance à but non lucratif.  Tous les profits doivent servir à améliorer la qualité de vie de tous.  L’avenir doit être sévèrement planifié.        

Le Québec doit être un pays indépendant pour la survie de sa culture et de sa langue.

Le Québec est une société distincte. 

Nous n’arriverons jamais à nous entendre avec le reste du Canada, si nous ne vivons pas côte-à-côte plutôt que de continuer cette lutte de domination, ce mariage contre-nature.     

Un pays, c’est l’espace géographique et temporel permettant de partager le cheminement identitaire d’une communauté liée par son appartenance à une culture qui lui est propre.  Cette culture peut aussi contenir, imbriquer plusieurs nations qui doivent cependant avoir décidé d’échanger leur connaissance et leurs expériences afin de créer un diamant de pensée, une pensée collective unique, malgré les multitudes d’expériences individuelles vécues.         

Quand les hommes seront assez intelligents pour s’entendre et se respecter, la notion de pays n’aura plus à exister. La terre est un espace loué dont nous avons la responsabilité, le temps de notre existence.    

Le pays, c’est le moule de cet esprit, de cette culture alors que l’individu est la semence qui grandira et retournera à cette terre-moule nourrissant la spirale de la collectivité qui elle aussi grandira de l’intérieur, en perfection, grâce à ces expériences individuelles.           

Le but de la vie, comme disait André Gide, c’est de vivre.  Cela devrait nous suffire puisque nous ne savons pas d’où nous venons, ce que nous sommes et où nous allons. 

Si les immigrants avaient le moindre respect du Québec, ils s’intégreraient à la francité.  Ils ne nous imposeraient pas leurs valeurs.  Ils n’importeraient pas leurs haines millénaires.         

Si le passé a une puissance d’enseignement, nous ne vivons pas en fonction de celui-ci, car nous ne pouvons rien y changer ; mais en vue de l’avenir, car le présent est garant de l’avenir.           

Si nous semons la haine, il est impossible de récolter le bonheur.  Les arrivants ne doivent pas nous imposer ce pourquoi ils ont quitté leurs propres pays.  S’ils acceptent de vivre au Québec, c’est qu’ils acceptent ce qu’est ce Québec qui les reçoit.  Sinon, ils n’ont qu’à aller vivre ailleurs. C’est leur choix.           

Depuis quand l’hôte est-il raciste tout simplement parce qu’il veut se faire respecter?   

Si je vais me promener chez quelqu’un quand, sans permissions, je me mets à fouiller dans son frigidaire, je ne sais pas vivre … et si l’hôte me reproche mon manque de civilité, il n’est pas raciste, il a tout simplement raison.    

Le Canada est anglais, le Québec est français.  Si je m’installe au Québec, c’est que j’accepte de vivre dans un pays français.  Rien ne m’empêche d’aller vire au Canada ou ailleurs si je veux être dans une communauté qui s’exprime en anglais.  C’est à moi comme immigrant à m’adapter au pays hôte, qui a la générosité de me recevoir, et non, le contraire.          

Si je n’aime pas le fait français je n’ai qu’à aller vivre où ça me plaît au Canada où je serai automatiquement perdu dans une mer anglophone.

Je n’étais pas maître de la maison à mon arrivée, je dois ne pas croire que le temps m’alloue ce privilège.  Ce ne sont pas les Québécois qui doivent s’adapter aux immigrants, mais c’est aux immigrants qu’il appartient de s’adapter au Québec.  Le Québec n’a pas à s’angliciser ou s’islamiser pour faire plaisir aux immigrants.  C’est la même chose pour les Juifs qui essaient toujours de contourner les règles.

Le fanatisme religieux comme tout fanatisme est l’autoroute de la maladie mentale.    

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :