Aller au contenu principal

Virus 19

juillet 10, 2020

Nouvelle civilisation.

Ivoitou s’est présenté avec beaucoup d’humilité devant Zeus. À sa grande surprise, Zeus , assis sur une pyramide, s’était transformé en Alexandre le Grand pour illustrer ses liens avec la civilisation égyptienne.             

                               Zeus      

Pas mal, hein! J’aurais pu tout aussi bien être une macédoine qu’une pyramide, si ton ami Diogène avait été là. Mais, avec l’humeur qu’il a présentement, j’aurais dû devenir une pyramide inversée, ce qui aurait pu nous confondre avec celle du Louvre, à Paris. Et, je ne voulais pas manquer notre rendez-vous. 

Avec tous ces auteurs à la Van Brown, Jean Simoneau, Bryan Perro, Robin Gravel qui déforment toutes les mythologies, on ne sait plus, nous les dieux, à quoi s’en tenir. Quel masque prendre? Harry Potter? Maria Goretti?         

                              Ivoitou    

Y a bien pire qu’eux. Il y en a même qui disent que vous n’existez tout simplement pas. Vous seriez une invention religieuse pour permettre aux religions de devenir richissimes, grâce à la peur.   Ils affirment que les religions entretiennent les émotions pour créer une chasteté hors nature ou une armée de frustrés.        

                              Zeus       

Aie-je l’air d’une béquille, venue directement de Ste-Anne de Beaupré ou du coeur du frère André? Je suis réel, moi. Je me manifeste tous les étés. Demande à Ypontife, s’il ne me voit pas depuis que je lui lèche les couilles.  Il est en perpétuelle adoration. Il la vit, lui, l’illumination   .

                             Ivoitou

Est-ce qu’il a le choix? Qu’importe! Il a oublié sa haine pour Virus et ça ne peut faire que notre joie la plus profonde. Merci de t’en être occupé. Tu devrais le faire à tous les frustrés (es) qui s’occupent de ce qui se passe dans le pantalon des autres. Un peu de jouissance leur ferait perdre de vue leur jalousie et leur perfidie.                                            

Suis-je ici seulement pour ça?    

                                     Zeus

En effet, j’ai reçu votre demande à l’effet de pouvoir examiner ce qui arrivera dans 3,000 ans, à partir des règles qui seront inventées par la Grande Commission.      

J’ai décidé de rendre la chose possible, en créant un immense champ magnétique dans votre ciel. Cependant, pour que ce soit possible, celui-ci devra partir d’Athènes. Vous devez me construire un nouveau temple qui sera relié à la croix du Mont-Royal, à Montréal.        

                                       Ivoitou       

Où ça?  

                                         Zeus
Le Québec n’existe pas encore dans ta conscience, mais dès que le travail sera accompli, tout ce que vous ferez dans la Cour de la Grande Commission sera perceptible pour des millénaires. Ainsi, vous verrez ce que vos réflexions auront pour résultats.    
La Grèce antique engendrera une nouvelle civilisation.    
.                                                                  

La colère d’Hermès?       

Hermès fut très intrigué quand il vint créer ce champ électromagnétique entre la Grèce Antique et le Québec.   Il se demandait si Zeus voulait concurrencer les Américains, en créant une espèce de série « Perdus 2 ».   Mais, Zeus n’avait pas une grande entrée à Hollywood ou Montréal.    

Hermès, qui devait s’épuiser à courir à pleine vapeur entre chaque destination, n’en revenait pas de sa découverte : déjà, au Québec, on voyait apparaître instantanément dans une petite boîte, des idées et des images. Le voyage se réalisait par la décomposition, cellule par cellule, comme dans les films sur les voyages interplanétaires des années 1960. Mais, seulement l’image voyageait vraiment.            

Vexé, le dieu des communications retourna chez Zeus afin de déposer une plainte officielle pour concurrence illégale. Zeus se mit à rire.           

                                      Zeus          

Pauvre petit! Tu n’as encore rien vu. Si t’avais été un siècle plus tard, tu aurais trouvé une station humaine sur la lune. Et sur la terre, de simples débris d’une planète, l’homme ayant disparu à cause de la pollution. L’économie l’a emporté sur le gros bon sens. Ce sera « le choix des humains » qui le déterminera bientôt.          

Je comprends que tu sois offusqué, mais je n’ai pas l’intention de créer une émission de télévision parallèle. C’est juste pour aider à introduire plus de démocratie. Les gens ne savent déjà pas pour qui voter. Et, je te jure que si je fais une entorse à la démocratie, Aristote ne manquera pas de me le faire avaler. Il est capable d’écrire un livre juste là-dessus. Et, mon image en souffrirait.      

                                Hermès

Est-ce qu’on a encore une image? Les hommes savent bien que la prière ne changera rien aux orages.           

                                     Zeus           

Retourne finir de construire ton champ magnétique, car selon mes promesses, celui-ci devra être fonctionnel dès que la Grande Commission commencera à siéger, à Athènes. 

                                     Hermès       

C’est ça, monsieur le roi des dieux se fiche que de simples petits mortels soient plus rapides que moi et diffusent partout dans le monde, alors que je construis une espèce de tunnel aérien pour dévier le temps. Juste pour leur mettre sur le nez leurs erreurs passées.     

                                   Zeus  

Et réajuster le tir. Ne l’oublie pas.           

On voit bien, de poursuivre Zeus, que ce n’est pas toi qui négocies avec les féminounes et les amazones qui voudraient que la modification du temps passe plutôt par la Suède. Elles ne veulent pas se contenter de l’égalité homme femme, elles voudraient maintenant stériliser tous les mâles de la planète. Elles monopolisent déjà le pouvoir culturel du Québec. Et, la censure règne de plus en plus à Ottawa, d’autant plus que le Bush canadien place tous ses valets au Conseil des Arts du Canada pour déterminer qui sera aidé. On dirait qu’il se croit maître de la musique avec sa harpe.   

Hermès quitta son patron en maudit, se disant qu’il trouverait bien un moyen de « fucker » la machine du temps. 

Il se mit donc à la lecture des livres de physique et tomba sur Einstein. 

Hermès n’avait plus rien à perdre, la vitesse maximum est celle de la lumière. Il n’avait qu’à apprendre à aller plus vite, ce qui déformerait encore davantage l’espace. Il mit aussitôt ce principe en pratique et s’arrangea pour que son champ passe derrière le Château Frontenac.   

Ainsi, puisque des gens venus de partout habitent cet édifice, durant les communications, ils seront des parasites qui apparaîtront sans raison et parfois même dans les données finales.       
 
Hermès était fier d’avoir recréé autrement l’Olympie et le jardin des dieux de façon permanente.   « Ça lui montrera! Au roi des dieux! », se dit-il, en riant de son invention…

                                                     


Hermès a des problèmes

Hermès était très fier d’avoir inventé un moyen capable de réunir tous les endroits sur terre, ainsi que tous les moments, sur un grand écran dans le nouveau temple de Zeus. Écran géant et son divin… que pouvait-on demander de mieux pour revoir le système et modifier les valeurs des derniers millénaires?              

Aussi, en ayant ajouté un point de repère dans l’antenne du château Frontenac, à Québec, il serait possible de lire l’âme de tous les voyageurs qui s’arrêtent à Québec. C’était une innovation qui permettrait d’échapper à la nationalité des participants et de garder un oeil sur l’ensemble de l’humanité. « On ne sait pas pourquoi, dit Hermès, toutes les civilisations s’imaginent être les meilleures.»       

Il vérifia par la suite, si Williams Burroughs pouvait lui servir de technicien, car depuis son périple dans les pays indigènes d’Amérique du Sud, cet auteur américain, était le seul à pouvoir voyager aussi facilement dans le temps. Il pouvait encore sans problème faire exploser les tickets pour les grands voyages hors du temps. Plus besoin de drogues pour naviguer à trois ou quatre niveaux de pensée.             

De plus, tous acceptèrent que Marguerite Yourcenar soit élue secrétaire permanente des rencontres. On affirma que personne n’avait une aussi belle écriture que l’auteure de l’Œuvre au noir.   Après les Mémoires d’Hadrien, qui pouvait mieux qu’elle parler du passé? Pour l’aider dans les rapports avec la réalité, on nomma une belle petite assistante : « Ifeelgood ». La beauté renforce toujours le goût du travail bien accompli.        

Quand on vérifia la dactylo devant prendre note des moindres sons, on constata que les énergies de Mme Yourcenar concordaient parfaitement à celles de la petite Émilie.   

Si Mahomet a pu se servir de cette voie pour parler à Allah, pourquoi Marguerite ne serait-elle pas « boostée » par les charmes sub énergétiques d’une petite partenaire? La dactylo pétillait comme un pop-corn, dès que Marguerite la regardait. « Les pouvoirs de l’amour » furent aussi immédiatement chantés par les anges, archanges et séraphins, sous la direction de Grégory Charles.           

Il fut cependant convenu qu’Ypontife n’aurait pas le droit d’assister aux réunions, à cause de son étroitesse d’esprit, même si on reconnaissait qu’il fut à l’origine des grands changements. S’il n’y avait pas eu cette espèce de scrupuleux, Virus n’aurait jamais dû être défendu et Périclès serait demeuré bien tranquille avec sa petite métèque, concentré à faire des petits. Qu’on le veuille ou non, tout est politique, même l’air que l’on respire.      

Cependant, en reconnaissance du mal accompli pour le bien de l’humanité, Zeus accepta de fabriquer pour Ypontife un sceau de glace perpétuelle et éternelle afin qu’il puisse se refroidir les testicules. On entendit très vite un « Hum » qui devint plus tard le mantra universel de bien des moines bouddhistes. Toute religion est le rapport entre la pensée et la sexualité…          

Mais rien n’est parfait. Hermès constata qu’au moment où on regardait défiler le temps, tout apparaissait distinctement sur le grand écran, mais dès qu’on voulait « zoomer », les problèmes commençaient.   Pas un seul iota ne semblait avoir le même comportement. Comment de si petits êtres pouvaient-ils modifier les choses à un point que l’infini semblait en dépendre, dès que le nombre de gestes dans la même direction était important?  

Hermès qui voulait que l’on puisse observer les moindres gestes, des plus petites particules, n’y arrivait pas. Il se décida à consulter Foucault, l’expert en prison française, qui lui réexpliqua que le principe de la prison est de pouvoir observer chaque geste et de se sentir sans cesse examiné par les autres. Aussi, le dieu décida-t-il que dorénavant, non seulement dieu verrait l’homme en tout temps, mais que l’homme observerait Dieu en même temps.     

Hermès songea aussitôt à créer un oeil immense, qu’il fixa dans le ciel comme une navette spatiale. Ça lui permit d’inventer le fil des nouvelles permanentes. Le LCN -RDI céleste permettra ainsi de dire aux gens ce qu’ils doivent penser.    

Mais, avec un tel système, il y avait, à intervalles réguliers, le passage à l’arrière de la planète terre et il était impossible d’observer la face cachée de la terre pendant ce déplacement.                      

Hermès dut consulter Philémon pour savoir comment réussir à installer deux soleils autour de la terre. Celui-ci lui indiqua qu’il y a différents niveaux de langage pour raconter les choses : le récit, le drame, le théâtre, le roman, le conte, la poésie, la science-fiction et l’essai, pour ceux qui aiment discuter.

La vérité, de dire Philémon naît de la signification que l’on apporte à sa lecture. Hermès comprit alors que la réalité est l’expression de ce que l’on voit et ressent intérieurement. Son rapport à l’autre. Sa perception de l’autre. Mais, le problème naissait du fait que l’on ne peut comprendre l’autre que dans la mesure où l’on a vécu ce que l’autre a vécu. Et encore, ressent-on vraiment la même chose, de la même manière?     

Aussi, le dieu des communications opta-t-il pour le langage populaire. Une seule voix, un seul oeil et un seul pigeon pour créer le narrateur du récit de la création.        

Philémon défendit la beauté des contes, surtout dans les bandes dessinées. Mais, la Bible rallia le plus de religieux. Et ainsi fut créée la Bible. Pas besoin de revoir le texte tous les cent ans, il suffirait de s’assurer que les successions des choses entraînent une évolution constante; mais la moins perceptible possible.    En inventant la sexualité-mal, on mettait la confession au centre de l’auto flagellation, comme mode de salut.       

Hermès n’avait pas compté sur le fait que les bénédictions de Zeus créeraient une zone de changement dans la distribution des grâces. Et, que de ce fait, les particules se mettraient à faire la vague.                                                                    

Virus paie ses dettes.     

À la grande surprise de tous, Virus remporta la course du 100 mètres. Ainsi, il pouvait déjà se débarrasser de toutes ses dettes et repartir avec la petite Amfèpétéléplom; mais il avait promis à Jetelapoigne de se laisser au préalable caresser pour le triple du prix. Une pipe rapporterait dix fois plus. Tout ça à la condition expresse que Jetelapoigne ne cherche jamais la récidive.          

Jetelapoigne en rêvait tous les jours. Il n’arrêtait pas de se baigner et de se parfumer pour le grand moment. Cependant, Jetelapoigne était bien conscient de son problème : il puait tellement de la bouche que les arbres mouraient en respirant son haleine.  

Virus soutenait que c’était quand même un bon « marché », puisque la séance ne devait durer que le temps de la course.    Inutile de dire que le petit Virus avait pédalé pour que ça ne dure pas trop longtemps.   

De plus, il avait négocié pour ne jamais être obligé de se laisser embrasser. Jetelapoigne devait se tenir deux pouces, au plus près, de la bouche du petit Virus. Aussi, juste avant, Ruménos devait verser du parfum dans le bas du visage de Virus, un moyen de ne pas demeurer traumatisé par l’odeur. En acceptant les caresses du vieux, Virus regagnait non seulement sa liberté, mais celle de ceux qu’il aimait.           

Avec tout cet argent, Virus pouvait dorénavant devenir propriétaire de son bateau et quitter Athènes avec sa petite bien-aimée.           

Il entreprit les démarches et trouva un marin qui non seulement lui cédait le navire, mais acceptait d’en être le capitaine. Il suffisait d’avoir un équipage de 10 marins pour répondre aux besoins.    

Virus s’est rendu sur le chantier du financier Paul des marais et obtint que les dix compagnons d’Amfèpétéléplom soient libérés. Il en fixa le prix et signa un engagement, affirmant que dès les courses terminées, il passerait à la mine prendre les petits mineurs libérés au prix fixé. Ceux-ci seraient ses marins. Aucun n’avait de l’expérience, mais le nouveau capitaine acceptait de leur octroyer une période d’apprentissage de deux semaines gratuitement.      

Dès la course terminée, Ruménos amena Jetelapoigne auprès de Virus. Le vieux se pencha sur le corps nu et entrepris de lui lécher la bedaine et les cuisses. Il n’avait pas encore eu le temps d’atteindre le petit zizi, qui malgré les efforts de Virus pour l’empêcher de prendre vie, était passé d’un pouce et demi à trois pouces, gesticulant comme un guerrier, ayant juste le bout de la tête sorti de son petit prépuce.       

Hypnotisé par le plaisir que le gros Jetelapoigne avait raffiné avec les années, Virus perdit la notion du temps et se laissa parcourir tous les échelons croissants de la jouissance. Heureusement, Ruménos avait compté les secondes. Ainsi, Jetelapoigne dut payer un tel prix que les amendes de Platon pouvaient être également honorées. Virus avait même droit à un tel montant supplémentaire que jamais plus l’argent ne serait un problème pour Platon.                                                          

Les adieux de Virus.        

Virus voulut absolument remercier Platon pour tout ce que celui-ci lui avait apporté dans la vie. Il offrit donc une importante somme d’argent pour le dédommager; mais à sa grande surprise, Platon refusa.           
 
                                  Virus   

Je sais que je ne fus jamais un bon fils, mais je vous aime à ma façon. Dès que nous aurons un enfant, nous le nommerons Platonnette, si c’est une fille, ou Platonet, si c’est un garçon.       

                                  Platon (ému aux larmes)        

J’étais persuadé que tu me détestais. J’ai senti ta haine et ton rejet le jour où tu brisas tout dans la chambre, le soir de ton initiation à trois.  Quand ton affection est revenue, je ne savais plus ce que je devais croire, sauf que je sentais dorénavant que tu m’aimais. J’espère seulement ne t’avoir jamais vexé.           

                                  Virus   

Vous n’êtes pas dedans. J’étais jaloux de Croisos. J’aurais voulu demeurer seul auprès de vous. Mais, vous avez eu raison, Croisos est un frère. Non seulement je ne vous déteste pas, mais vous êtes l’homme que j’aime le plus au monde. Jetelapoigne m’a fait découvrir une félicité que je n’avais jamais connue auparavant, car je ne vous ai pas laissé le temps de m’y introduire. Grâce à lui, je ne serai jamais plus dans la misère. Mais, l’amour, c’est vous. Jouir est une chose inutile, s’il n’y a pas d’amour.     

Vous m’avez pris avec vous au moment où personne ne voulait de moi. Je vous quitte, mais je vous reviendrai et, cette fois, ce sera moi qui m’occuperai de vous, grâce à l’aide de mes petits amis débarrassés de leur joug. 

Virus ne savait pas comment cela serait vrai. Il n’avait pas encore entrepris son voyage avec sa petite fleur, Amfèpétéléplom, que son navire eut un grave accident.        

Dans une de leurs répétitions, les jeunes ne furent pas assez rapides et le capitaine n’eut pas le temps de ramener le navire dans des eaux moins dangereuses. Les entrailles du navire s’ouvrirent comme une huître. Heureusement, les compagnons de Virus furent sauvés.      

Découragé, Virus décida d’acheter une ferme près d’Athènes, adjacente à celle de Platon.   

Il alla chercher sa petite au temple, mais pour son malheur, elle était tombée amoureuse de l’abbesse et ne voulait plus revenir dans le monde. Elle était même allée vivre chez les amazones!          

Virus avait le cœur brisé. Sa bien-aimée était devenue lesbienne et vivait déjà sur l’île de Lesbos.                                                        

Virus en dépression.

À son retour chez Platon, Virus s’enferma dans sa chambre pour mieux pleurer.
On n’est nulle part aussi bien que chez ses parents pour soigner une peine d’amour.
Il accepta d’être dérangé seulement pour faire part de ses décisions importantes, urgentes, concernant sa nouvelle ferme. 

Platon était tellement consterné qu’il passa deux jours, l’oreille collée à la porte de la chambre de Virus, l’entendant geindre comme une sirène d’ambulance. « Pauvre petit, il n’aura plus une goutte d’eau, s’il continue ainsi. », se dit Platon. Il se voyait déjà ramasser un petit corps si déshydraté, qu’il ne servirait qu’à Rantanplan pour se faire les dents sur des os asséchés.       

Mais que faire? Comment l’aider à supporter cette première peine d’amour? Tout le monde à l’impression que la vie ne saura jamais redevenir aussi belle dès qu’on expérimente une rupture.             

Le ciel devient noir. Les nuages sont toujours prêts à éclater. On est aspiré par le vide. Comment oser croire que l’amour est possible à la suite d’une telle épreuve? La vie est à jamais douleurs et souffrances, autant entrer dans les ordres. Mais, Virus se voyait mal en prière jour et nuit.      

Virus se promenait en petite tenue et se lamentait aux étoiles, qui l’écoutaient en silence. Même la lune s’était caché une grande partie du visage pour ne pas avoir l’air indiscrète. Parfois, on aurait dit cependant que le diable avait un petit ricanement, comme pour se venger du fait que Virus ait osé aimer une petite fille. Mais, quand on réussissait à bien entendre, on s’apercevait vite que c’était son matou en chaleur.        

Alerté, Diogène survint dans son « tonneau-mouchoir » et demanda à Platon de lui donner la permission de rejoindre Virus sur le champ. Diogène était d’autant plus efficace contre les peines d’amour, qu’il avait expérimenté toutes les faces sacrées des cœurs déçus. Il s’était maquillé en grosse larme pour l’occasion.         

Il laissa d’abord le petit se moucher dans ses dentelles. Amoureusement, Diogène flattait de temps en temps le dos de Virus, essayant parfois de descendre un  peu les doigts jusqu’au haut des fesses; mais Virus les remontait automatiquement dans un geste vif.   Avec grâce, Diogène portait la main sur une épaule et la massait, en attendant de recommencer la chute en ascenseur de ses doigts comme s’ils ne pouvaient pas échapper à la gravitation.         

Les caresses eurent raison de la grande peine de Virus, qui commença lentement à réagir aux bons soins de Diogène,  comme un petit chat blessé se laisse lécher par sa mère.    

Le silence rassurait Platon. Son cœur de père avait peine à survivre à cette nouvelle pression.                                                                           

Tentatives pour consoler Virus.          

Pour consoler un peu le petit qui se prenait de plus en plus pour la fonte accélérée des neiges de l’Antarctique en 2009, Diogène décida d’appeler dorénavant Virus, son petit « Viril ». Il pensait que cet appel à « sa réalité mâle », même si ça n’avait rien de vraiment grec, briserait son laisser-aller à partir de cette hémorragie de sentiments. C’est toujours le premier signe d’un homme rose en devenir.         

                                     Diogène     

Après une peine d’amour, on est à jamais des perdants, sauf si, on ne se rend pas compte que la première flamme ne vaut jamais la deuxième, la troisième et les autres. Chaque passion a sa mesure. Chaque épanchement du coeur a ses cicatrices. Chaque éblouissement a son coût. Un vrai budget. Chaque déesse a son art individuel pour envoûter son homme. L’homme véritable sait tenir tête aux sirènes, mais succombe à la beauté.    

Diogène n’avait pas encore atteint le « do » du crescendo de la descente aux enfers, que Virus se tourna et dans un geste dramatique et proclama, la voix un peu fêlée, à la Éric Lapointe :     

« Sans elle, ma vie n’a aucun sens. Autant mourir que de rester seul dans mon lit. Je pars la retrouver. Je ne peux l’abandonner entre les mains d’une autre et être privé de caresses.» L’amour masculin est souvent un geste de grand égoïsme.    

Au même moment, le chef des soirées de théâtre à l’occasion des Olympies, faisait son entrée chez Platon. Il fut tellement saisi par l’art de Virus d’envoyer promener sa carpe sur l’épaule, que déjà était né l’art des grandes tragédies grecques. Dorénavant, plus question d’accepter des scènes sans que les tripes s’effondrent sur le plancher. Seul, Shakespeare saura à travers les siècles changer les larmes de Virus en sang. Le dramaturge se fera le miroir des folies royales… Plus il y a de morts dans la littérature anglaise, plus elle est consommée… ce qui prouve son petit côté vampire…       

Diogène était aussi très impressionné, mais pas pour les mêmes raisons.          

Virus dit Viril avait de plus en plus de quoi entre les deux jambes pour justifier son nouveau nom. « Qu’est-ce que ça sera quand sa puberté sera finie? », se demandait Diogène, en observant l’effet de ses caresses.      

Si pour certains, la pré puberté commence exceptionnellement vers 10 ans et se termine tout aussi exceptionnellement vers 21 ans, Virus avait accéléré la cadence et défoncé toutes les prédictions.            

Rien pour éloigner Diogène, bien au contraire, car il prétendait s’amuser à faire exploser les virilités dans le cadre d’une recherche sur les condoms, même si ceux-ci n’étaient pas encore découverts. Quelle dimension procure le meilleur spectacle? Le plus de « Wow! Wow! Wow! » Diogène avait parfois des intuitions géniales.    

Pour le garder à la maison, Diogène lança :    

                             Diogène  

OK! Va, la retrouver, la petite pas fine. Amazone, elle te fera couper les pieds ou crever les yeux, pour qu’infirme, elle puisse t’avoir à jamais comme esclave.        
 
                          Virus (ahuri)

Si tu penses que je sacrifierai une seule partie de mon corps magnifique à ces assoiffées de sang, tu te trompes. Je reste ici.          
 
Diogène était bien content. Virus venait enfin de poser un premier geste intelligent. Découvrir le sens de la liberté. Même la plus grand des libertés n’est jamais totale.

               

Platon s’embourbe-t-il?  

Platon était fou de joie en apprenant que son Virus dit viril songeait à abandonner ses grands projets de chevalier pour reconquérir sa petite Amfèpétéléplom.          

« Les amazones tirent des flèches et manquent rarement leur objectif. », pensait Platon.  Il voyait le petit Virus empaillé et placé dans un salon de ces horribles féministes…        

Platon demanda aussitôt à son esclave, Fidèlis, d’attacher le cheval à l’écurie et de placer « Jeboîte » sur le bord de la porte, afin que Virus croie, d’une manière ou d’une autre, ne pas avoir la monture idéale pour partir au loin. Pour être certain qu’il y pense, Diogène fit mettre un grand portrait de Jolly Jumper, souriant. « Cheval en forme », pouvait-on lire au-dessus du portait.  

« Enfin, il redevient un peu plus raisonnable », semblaient se dire aussi les regards complices et satisfaits de nos deux philosophes.                  

« La terre compte par milliers les cœurs moribonds à la recherche d’un battement. », lança Platon, espérant que le message soit saisi au bond. 

Mais, Virus semblait perdu dans ses réflexions. Il regardait au loin par la fenêtre et laissait parfois s’échapper de longs soupirs de tristesse.        

Une larme tombait à toutes les trois minutes dans un pot que soutenait Diogène, pour faire semblant de s’occuper du mal à l’âme de Virus. Il pouvait ainsi dorloter le petit, sous prétexte de lui remonter le moral; mais Diogène savait où se trouve le moral et comment le remettre en forme. Juste une question de temps! Il se léchait les lèvres toutes les quinze secondes pour les garder d’attaque et être prêt à intervenir. « La douleur disparaît avec le plaisir.»       

Il ne pouvait pas aller trop vite, au cas où ses gestes seraient mal interprétés. Virus est-il gai? Il aimait ça avec Croisos, mais il le rejetait sans détour, dès qu’il tentait sa chance d’aller plus loin que ce que Virus voulait bien. Diogène savait que l’orientation sexuelle est une création sociale pour que le système économique fonctionne rondement. Chacun sa tâche.       

Diogène croyait sincèrement que Virus dit viril était défectueux. Il avait sûrement un neurone qui n’avait pas allumé pour tomber ainsi dans le piège des amours défendus.                  
« Virus dit viril (passage de l’adolescence à celui de jeune homme) n’a jamais penché en faveur de la poésie, d’où vient donc ce besoin d’être différent des autres, au point de tomber en amour et s’acheter une petite esclave? Un petit gars aurait aussi bien fait l’affaire, les problèmes en moins. Pourquoi choisir ce qui est interdit?   Est-ce un moyen pour attirer l’attention? Avant l’adolescence, il en avait besoin, mais depuis, il a de quoi tenir un amant occupé pour longtemps », se disait Diogène.

Diogène avait pourtant toujours côtoyé l’interdit, choisissant des prostituées de 29 ans et 360 jours, soit cinq jours avant l’âge permis. Question de désobéir et mettre un peu de piquant dans ses relations. Pendant cinq jours, il devait vivre dans la clandestinité. Une fois l’âge permis atteint, Diogène changeait de prostituée.          

Platon eut aussi l’idée d’amener Virus au club afin d’y dénicher un petit amant. « Ce qui compte en amour, c’est de trouver la personne qui te convient », pensait-il.   

Mais, le grand philosophe ne pouvait se contenter d’observer, il décida d’y aller de ses grandes réflexions sur la vie à la maison, croyant mieux convaincre sa cible que le célibat est la meilleure vocation pour un homme. Diogène s’associa à Platon pour que le discours soit plus efficace.         

                                           Platon   

C’est une très bonne décision, mon petit. On n’a pas besoin d’une femme dans la vie, pour être heureux. Il suffit d’avoir de bons amis et de temps en temps, de beaux petits pages.  Je n’ai jamais eu de femmes et je ne m’en porte que mieux. Les femmes sont incompréhensibles. Elles ne sont jamais satisfaites. Elles sont jalouses. Elles veulent tout mener en faisant semblant d’être dociles et aimantes. L’hypocrisie incarnée.      

Heureusement, on les a pour élever les enfants.  Elles ne servent à rien d’autre. On a aussi les esclaves pour s’occuper des tâches quotidiennes et ils sont bien plus fiables.       

                                       Diogène   

Parle pour toi! vieil arbre rabougri. Si tu pouvais encore bander, tu serais très heureux que nos mœurs tendent vers l’élargissement des harems. Un homme n’est jamais fidèle, il est fait pour être volage. Pourquoi se casser la tête avec des orientations sexuelles? Tuer la solitude, c’est le but fondamental de la vie à deux. Rien d’autre.          

                                            Platon  

Élever des enfants, pour avoir des descendants. C’est moins noble que d’avoir une
descendance dans l’esprit, la pensée, la création.    

                                           Diogène           

Si t’avais une femme, elle s’occuperait de te vêtir et tu serais plus élégant. Tu pourrais tenir de grands banquets et avoir une réputation enviable. Les femmes sont les émotions à l’état pur. Elles ne pensent qu’en fonction de ce que les autres pensent d’elles. Si t’avais une femme, t’aurais au moins un beau dessin sur ta grosse maudite bedaine.             

                                   Platon           

Accessoires !  Ce dont tu as l’air est dérisoire. Ce qui compte, c’est ce que tu as dans la tête.

                                  Diogène        

Ou dans…    

Le petit Virus se mit à rire. Il ne pouvait plus s’arrêter.             

                                           Virus     

 Quel couple vous auriez fait, toi et Platon. Et c’est ainsi que l’idée de Laurel et Hardy fut inscrite dans les pages du futur.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :