Aller au contenu principal

Virus 17

juillet 8, 2020

Diogène se fait draguer. 

Virus, Croisos et Diogène décidèrent de passer par la forêt des dieux pour retourner chez Platon.  

Diogène traînait toujours la patte ou plutôt son baril « tête d’éléphant », pour lui permettre de se laisser pendre la trompe, mais elle était trop longue et, à tout moment, il se pillait dessus ou elle s’accrochait dans une branche, ce qui retardait sa course.

                                    Croisos        

Tu pourrais enlever ton maudit baril. Même nu, tu ne nous intéresses pas. Elle est trop grosse, trop longue, perdue dans ses poils. Ça nous retarde et quelque chose me dit que Platon est en danger.           
 
                                       Virus         

Ça me surprendrait. Il est avec Aristote. Il est peut-être snob, mais personne n’osera lui marcher sur les pieds. Alexandre le Grand lui mange dans la main. 

                                   Diogène       

Qu’est-ce qu’ils attendent pour lever leur armée, pour aider leur ami contre Ypontife? Ce vieux sale, aux couilles métalliques.         

                                  Croisos          

Il y a des moyens plus efficaces et moins sanglants pour gagner une guerre. La diplomatie a toujours donné de meilleurs résultats. Il faudrait le forcer à respecter la vie privée des gens. Leur sexualité ne le regarde absolument pas. Il doit y avoir autre chose de plus intéressant dans la vie.     

                               Virus      

Entendez-vous? On dirait que des femmes chantent. Que font-elles dans le bois?        

                             Croisos   

Attention, ce doit être des sirènes !        

                                 Diogène (mort de rire)

Des sirènes dans le bois? T’es pas bien. Les sirènes vivent dans l’eau. Je serais surpris qu’il y ait une pisciculture de sirènes dans le bois. Allons voir quand même. Y paraît que les sirènes ne savent t’hypnotiser que par leurs chants.  Elles auraient une peau qui te projetterait dans la douceur la plus exquise quand elles t’enlacent.  

                                       Croisos     

T’es en train de devenir hétéro, ma foi dieu.


                                     Zeus

Quelqu’un m’a appelé?    

                                     Diogène     

Je n’aime que les poissons de sexe féminin qui ont une bouche de « carpe », tu sais, le poisson suceur.           

                                Zeus (transformé en carpe)      

Suis-je assez belle pour toi? Je te plais?          

                                 Diogène         

Tabarnak! Tu n’as pas rien que ça à faire? Un dieu qui joue les sirènes ou les carpes. Ça fait un mois qui pleut tout le temps. Tu ne pourrais pas voir à ce qu’il pleuve la nuit seulement et fasse soleil tout le long du jour.            

                                      Zeus           

Une bonne idée. Je vais y penser. En fait, je m’ennuie. Il n’y a personne qui veut me tenir compagnie. J’ai besoin d’amour.           

                                  Diogène        

Je comprends. On ne sait jamais à quoi s’attendre avec toi. C’est pour ça que t’es seul. Tu y mets un peu trop de passion.      

Mais, j’y pense, tu aimes vraiment ça avoir du sexe?   Je connais la personne qui correspond exactement à tes besoins.           

                                Zeus

Qui? Qui? Dis-le-moi vite. Vite!!!             

                                  Diogène                          

Je te verrais avec Ypontife. Il adore les dieux, c’est un de tes prêtres. Si tu t’en occupais un peu, ça nous donnerait peut-être le temps de l’empêcher de ruiner Platon et de tuer notre beau petit Virus, ici présent. Il est aussi beau que Ganymède, mais il est déjà en amour avec une petite fille. Alors, bas les pattes !           

Si tu veux l’avoir, il faudra que tu te serves de ta personnalité foudroyante. Il te faudra bien des volts pour ranimer son cerveau devenu stérile par la chasteté. Tu devras organiser tout un orage et faire descendre toute ta foudre sur les testicules de ton Ypontife adorateur. Il se mettra aveuglément aussitôt à ton service. La foudre doit être assez forte pour rendre la matière vivante et pensante.        

                              Zeus       

Wow! Tout un contrat. La dernière fois que j’ai essayé, j’ai créé les femmes et tu vois où ça nous a menés.  Que des crises de jalousie !     

                              Diogène

Voyons, pour toi, le ranimer c’est comme jouer à la pétanque. Tu vises le cochonnet.  

                                 Zeus    

Tu sais, avec le temps, je suis moins sûr de mes capacités. Parfois, je pense que je ne pense plus. Je ne fais plus autant de création qu’avant. J’ai le syndrome de la page blanche. Je dois faire appel à Dionysos pour oublier. Je vieillis.           

                                  Diogène        

Voyons donc! Si vous manquez votre coup, vous n’aurez qu’à venir me le dire dans quelques mois, dans la semaine des orages. On essaiera de trouver un petit tonnerre qui vous remontera le moral. (Sans le savoir, Diogène prophétisait la venue du Christ).  Mais, Zeus ne s’était pas encore transformé en oiseau. Une formalité !        

                                       Zeus          

Tape-la !        


Et Zeus se rendit immédiatement dans le temple où officiait Ypontife. Ce fut l’orage du siècle. Ypontife recevait la révélation.      

                                          Diogène

J’aimerais voir ça. Quel spectacle ! Me semble de voir Ypontife jouir comme il ne l’a jamais fait auparavant.   

                                 Croisos           

Ça va tenir Ypontife occupé pour un petit bout de temps.                                                            


Franchir le parc des dieux.


Ivoitou est arrivé à la course. Il riait comme on ne l’avait jamais entendu. Une hyène prise de fou rire. Un petit bruit agaçant, strident, mais enjoué. Quand il riait, ses épaules se dressaient vers l’arrière et ses lèvres épaisses tentaient de retenir les sifflements. On aurait dit qu’il cherchait à donner des petits becs du Jour de l’An.      
 
                                    Ivoitou          

Vous auriez dû voir comment Ypontife était en colère quand Platon est sorti de prison. On aurait dit que ce bonheur faisait son malheur. De grands nuages noirs le suivaient à chacun de ses pets, comme s’il avait été poussé par une force inconnue, mais maléfique. 
 
Puis, je ne sais trop pourquoi, il s’est mis à trembler de partout. On aurait dit qu’il venait d’être touché par la foudre. Il avait les yeux rouges et il criait comme s’il avait atteint l’orgasme.    

Après s’être évanoui, il a changé subitement. On dirait qu’il a découvert la beauté du monde. Il est en extase permanente. Il ne bouge plus.   Il ne parle plus. Il a l’air radieux comme si le plus grand des bonheurs l’habitait. Un sourire permanent. L’illumination. Aurait-il rencontré Zeus?    

                                    Diogène      

Ça veut dire que ses ordres passés ne seront jamais effacés. Mais, nous savons maintenant que l’on peut retourner chez Platon.         

                                   Virus 

Zeus ne l’a pas manqué. Il doit avoir la voix aiguë en maudit. Il aurait été mieux d’avoir les couilles en chair. 

Le groupe se mit aussitôt en marche. Une petite pluie se mit à tomber. Chacun fut subitement pris d’euphorie. Diogène abandonna son baril et se mit à danser le ballet. Il avait définitivement beaucoup engraissé, car il arrivait à peine à se plier comme un roseau. Disons que son élégance en avait beaucoup perdu. Que voulez-vous, les bedaines sont la honte de tous les aînés!       

Yvoitou avait, quant à lui, pris l’allure d’un casse-tête. On pouvait voir dans chaque pouce de son corps l’image d’un événement survenu ou à survenir.          

Croisos était radieux comme Apollon et chantait pour accompagner Diogène. Les sirènes accouraient, plutôt que d’essayer d’envoûter nos voyageurs. Leur désir était évident, mais elles étaient si hypnotisées par le spectacle musical, qu’elles les accompagnaient en frappant de la queue.          

Un danseur étranger fit son apparition. Il portait un gant et chantait merveilleusement. Il avait l’art du « thriller » dans les jambes.         

Seul, Virus était demeuré normal puisqu’il s’était fait un parapluie avec une immense feuille, dès que la pluie eut commencé à tomber.   Virus fut immédiatement frappé de curiosité et s’empressa de regarder de près les moments existants sur la peau d’Ivoitou.   À sa surprise, les morceaux changeaient dès qu’il tentait de voir; mais il comprit très vite que ces miroirs ne pouvaient refléter que le passé ou l’avenir de la personne qui regardait.    

Il se vit, seul dans un cachot. Il reconnut Amfèpétéléplom qui changeait les couches d’un bébé, alors que deux autres gamins et une petite fille couraient autour d’elle. Il voulut en voir plus, mais les effets de la pluie étaient déjà passés.     

Les sirènes se cachaient parce qu’elles perdaient leurs écailles, les oiseaux reprirent leur chanson, là où ils l’avaient abandonnée. Les serpents cherchaient les pommiers ayant entendu parler d’Ève. La forêt commença à se faire moins dense puisqu’on approchait de la maison de Platon. Elle cessait d’avoir l’air d’une cathédrale.      

Les retrouvailles furent si émouvantes que Diogène oublia d’aller se chercher un nouveau baril. Quand Aristote le vit, il lui demanda ce que serait dorénavant sa propriété. « Vas-tu habiter à l’intérieur de cette grosse bedaine? » demanda-t-il.

                                      Diogène    

La nudité est plus normale que la honte de son corps. Ma bedaine servira de tableau pour les enfants qui voudront peindre la beauté de nos montagnes.  

                                    Ivoitou (mort de rire)

Je comprends maintenant, en te voyant, pourquoi un jour on aura honte d’être nus. Mais j’avoue que le tatou que tu as sur la fesse gauche a de quoi ravir tous les amateurs d’art.              

                                    Virus (intrigué)         

Il n’y en a pas, sauf cette grosse verrue.          

                                Ivoitou  

Exact. Mais, elle change de forme quand il marche. C’est ainsi que naîtra le cinéma. Hollywood.    

                                Virus    

Le cinéma?                                                       

Platon s’affaiblit.   

 Pour le moment, il était possible de respirer un peu plus à l’aise, Amfèpétéléplom étant en sécurité chez Athéna.        
 
Par contre, un nouveau groupe de vieux, aigris et jaloux, manifestaient à l’extérieur pour dénoncer la chance de Virus, de profiter de la vie en bas âge. Certains portaient une pancarte « la loi, c’est la loi », « le diable est dans les bécosses », alors que d’autres disaient « trop jeune pour aimer! »     

Ivoitou pensa que quelqu’un avait volé sa potion pour lire l’avenir, puisque dans les années 1970, un petit orchestre de Coaticook, les Pyramides, chantera une chanson portant à peu près le même titre. L’envers du disque sera : « Le bohème ».          

L’âge pour aimer sera-t-il toujours un problème parce que les adultes ne se rappellent pas leur passé, du moment où ils sont devenus adultes? C’est probablement dû au fait que le cerveau des enfants est encore en pleine construction. Très jeune, on apprend par imitation. Tout est un jeu. Puis, à l’adolescence, tout change. C’est une tout autre réalité.      
Comment peut-on souffrir de traumatismes, quand une relation de type sexuelle est agréable? Puisqu’on sait maintenant que le cerveau peut s’auto guérir avec le temps, si le milieu le permet, ne serait-ce pas plutôt l’étroitesse d’esprit de ceux qui condamnent la sexualité qui est responsable de ces traumatismes? La vie sociale que l’on impose avec une morale contre nature. Le tandem culpabilité et honte, la mère du mépris de soi, est intemporelle.     
 
Que fait-on du droit des adolescents à la vie privée, à leur intégrité physique et morale? Évidemment, ce sont les adultes qui décident pour eux. Ils le font, non pas en fonction de leur bien psychique, mais de leurs notions de bien et de mal.   Les femmes ont tendance à les surprotéger, alors que les hommes les enverraient travailler, la couche aux fesses. On ne tient pas compte du fait qu’apprendre, à leur âge, se résume aux jeux. D’ailleurs, on essaie maintenant de faire des adultes avec des poupons. Quels seront ceux qui pourront échapper aux « burn-out » après 30 ans?          

Nous aurons une société de drogués au ritalin dès l’enfance… mais au moins, il n’y aura pas de sexe… on n’aura que des voleurs, des dirigeants prêts à détruire la planète entière pour améliorer leurs profits.        

Dans bien des civilisations, le mariage ne sera qu’un échange de pouvoir ou de dots.   Aucun droit au choix du partenaire. Pas d’amour. De l’argent et encore de l’argent.         

Certains sont déjà responsables à 14 ans, alors que d’autres auront 132 ans et ne le seront pas encore. Certains ne le seront jamais. Leur enlever le droit de choisir afin d’inventer leur vie, c’est criminel et non de la protection. Comment peux-tu être traumatisé si t’as du fun? La morale sexuelle doit être une morale de responsabilité, et non, un interdit débile basé sur rien d’intelligent, sur un radotage religieux.           

Le sens de la responsabilité exige celui de la liberté, car la liberté n’existe pas sans responsabilité.  

(Jean-Paul Sartre n’était pourtant pas encore de la discussion.)        

Platon commença à manifester de sérieux troubles de santé quand il se leva à la fin de sa sieste. Il chancelait et restituait.

Croisos dut intervenir pour l’amener jusqu’à la table, où les autres s’étaient réunis pour trouver une solution aux persécutions d’Ypontife. On ne savait pas si ce minable était toujours sous l’effet de Zeus. Aurait-il des testicules électrisés pour le reste de sa vie ou reviendrait-il semer sa peur?        

Aristote proposa que la discussion soit remise au lendemain.          

Platon en a profité pour faire part de son testament.   Il donnait sa ferme à ses deux fils, qui n’en étaient pas vraiment, Virus et Croisos. La paternité n’a pas besoin d’être physique pour être établie entre deux individus d’âge différent.                  

Diogène s’approcha et dans un geste très théâtral et demanda : « What’s about me?»

Platon se remémora la fameuse soirée où il avait fini par réaliser le désir qui le travaillait depuis des années. Diogène avait peut-être fait semblant de ne pas s’en apercevoir, mais il lui avait alors fait tout un cadeau. De ce fait, Platon décida qu’à sa mort, Diogène aurait droit à la moitié du troupeau, sans oublier qu’il devenait ainsi propriétaire de tous les tonneaux afin d’ouvrir son école de mode. Il légua aussi ses droits d’auteurs (qui n’étaient pas encore volé par la censure ou Copytectus à Virus. On ne sait jamais. Les écrivains ne sont reconnus qu’après leur mort.              
 
Un messager fit son apparition à la porte. Il venait livrer l’avis de comparaître de Virus. Virus était accusé d’avoir débauché une jeune fille.  Ça n’avait pas d’importance qu’il la protège comme si elle était son épouse, il était avec une ex-esclave, mineure.           

Il y avait aussi toute une liste d’obligations les unes plus folles que les autres, comme l’interdit de se retrouver en compagnie de toutes les petites filles du monde.        

Le groupe se mit aussitôt à étudier ces documents.                                                                

Demande de commission.

Platon fit remarquer à son ami et ex-élève Aristote que la vie politique d’Athènes était bien différente de ce qui se passait dans son clan.   Les lois de la cité sont votées par les citoyens, alors qu’avec Alexandre, il suffit de lui demander directement.       

Platon savait qu’Aristote accepterait d’amener Virus avec lui, mais le petit était beaucoup trop nationaliste pour aller vivre en dehors de sa ville. Virus passerait sa vie en prison plutôt que de trahir ses racines.        

                                              Platon

La ville est entre les mains du peuple. Il faut avoir de maudits bons arguments, si on veut expliquer aux 5,000 citoyens qui se pressent à l’assemblée du peuple pour voter, que Virus n’est pas un monstre. Ils doivent comprendre que Virus est simplement tombé en amour avec une jeune fille. Ce ne sera pas facile puisque depuis nos ancêtres, il faut attendre d’avoir 30 ans pour créer une famille. Comment expliquer que l’âge est un aspect secondaire, tant qu’il n’y a pas de violence ou de domination, mais de l’amour?       

                                 Diogène         

Quand tout un peuple croit la même chose, qu’il ait tort ou raison, c’est un préjugé si solidement ancré, qu’il faut un miracle pour les faire changer d’opinion.                         

                               Aristote  

Si c’est si difficile, il faut créer un comité entre nous. Débattre de la situation et apporter des solutions. Ce ne sera pas facile, ni rapide. Il faudrait absolument trouver moyen de gagner du temps.  


                                  Croisos          

On pourrait peut-être adresser une demande à Périclès. Il vit une situation qui ressemble beaucoup à celle de Virus. S’il ne comprend pas, personne ne le fera.  

Je peux travailler immédiatement à écrire la demande. Le temps que Périclès nous fasse parvenir une réponse, on aura peut-être réussi à écrire notre mémoire.      

                                     Platon         

Ce n’est pas bête. Si on obtient de Périclès un ordre voulant que d’ici à ce que le verdict final soit connu, Virus soit absolument libre et que l’on ne puisse pas le harceler, on sera à l’aise pour réfléchir et créer un mémoire sans faille.    

Aristote se porta volontaire pour apporter la demande. Périclès l’accepta. 

Cependant, plutôt que d’attendre, il décida de tenir une commission sur la question. « Ce sera une bonne occasion de revoir la valeur de nos institutions ».  Il était aussi fier que s’il avait eu lui-même l’idée. On pourra demander des témoins. Interroger l’avenir.                                                         


Virus court pour trouver de l’argent.


L’enfer, c’est les autres
. (Sartre)               
 
Sans savoir qu’un groupe de travail avait été créé pour défendre sa position, Virus décida qu’il lui appartenait de trouver une solution.      

Il n’était quand même pas pour se rendre s’offrir à Ypontife : les scrupuleux sont des jaloux qui se vengent de ne pas avoir été choisis, en rendant insupportable la vie de l’objet de leur désir. 

                                    Virus

Ypontife, tu n’as qu’à te branler, tu ne m’auras jamais. Garde ta trompe d’éléphant pour tes autres flammes.  Virus ignorait que Zeus s’était occupé de ses hormones… et comment!        

Voilà plus de deux semaines qu’Ypontife est paralysé devant l’image d’un petit Zeus, mangeant de ses éclairs, une petite princesse. À voir sa posture, il se prenait pour cette petite.     

Après maintes réflexions, Virus en vint à la conclusion que le meilleur moyen pour récupérer ce qu’il coûtait à Platon, était de se trouver un vieux riche qui saurait se montrer très généreux. Mais, où trouver ce vieux? Les citoyens d’Athènes étaient en pleines vacances de la construction.   Ils se ramassaient tous aux Olympiques ou dans les saunas.      
Devait-il se trouver un emploi? À cause de son âge, il pouvait tout au plus, être vendeur de hot dog ou préposé aux serviettes dans un bain sauna.   Comment un petit vendeur de hot dog, même Virus, pourrait-il attirer l’attention d’un vieux riche? Mission impossible. Quant aux serviettes, il suffit à Virus de penser, que certains se mouchent dedans ou s’essuient le bout de la queue avec, pour chercher un autre moyen de gagner sa vie.      

Il ne pouvait pas non plus composer assez vite un drame comme « J’ai tué ma mère », parce qu’heureusement pour lui il avait toujours vécu en l’absence d’une femme. Même sa mère avait été remplacée par un précepteur, avant que son père fasse faillite et qu’il doive se réfugier dans un club pour gagner sa pitance.    

Pour avoir un petit vieux, il faut d’abord lui plaire. De toute manière, les vieux en vacances préfèrent rire. Donc, ils iraient plutôt voir « Tel père, tel flic ».  Il n’y avait pas de silopour Lepage, donc pas de cinéma extérieur.   D’autant plus que les orages grondaient parfois très longtemps.       

Et, c’est pourquoi Virus s’inscrivit pour la course du 1,000 mètres chez les jeunes. Une fenêtre idéale.            

Tous les vieux se rendent pour voir les coureurs nus suer pour leur plaire. Il y en aurait bien un qui le remarquerait. Par contre, pas question d’avoir un tatouage sur la fesse pour clamer son appartenance à quiconque. Sans le dire, dans sa tête, Virus appartenait pour toujours à Platon.                                                                 


Ruménos crée des espoirs.


Platon pataugeait dans sa piscine spécialement aménagée pour soigner ses rhumatismes, quand Ruménos arriva en trombe, aussi exténué qu’un chien qui vient de finir une chasse royale.

                                     Platon         

Au nom de Zeus !   Qu’est-ce qui se passe pour que t’essaies de compétitionner avec Hermès? Qu’y a-t-il de si grave pour que la langue te démange ainsi? Tu risques de te donner une crise cardiaque.  

                                      Ruménos  

J’ai vu Virus. Il était nu dans l’arène de répétition. Il courait comme si on lui avait mis une once de térébenthine au derrière. Et encore plus, le vieux, Jetelapoigne était là pour le voir courir. Wow. Pour moi, ton petit Virus vient de trouver son homme. Il vient tous les jours voir courir le petit. Les millions te tomberont bientôt dessus. Ça sent l’amoureux à la recherche d’un petit amant. Ça ne te fait rien?   

Ruménos scrute les expressions de la figure de Platon à chaque mot qu’il prononce. Il veut saisir chacune de ces émotions. Les grandes langues aiment voir si leur bitchage fait parfaitement effet. Ruménos travaillait à la Semaine.             

                                      Platon        

Virus est libre de vivre sa vie comme il l’entend. Il est assez vieux pour décider ce qui est le mieux pour lui. Il est tellement beau qu’il ne peut que soulever les appétits. Les gens ne sont pas tous aveugles. Je préfère son amitié à tous les millions de Jetelapoigne. Vivre avec quelqu’un que l’on aime, c’est savourer chaque seconde avec lui. Les millions ne servent qu’à semer la débauche. 

                                    Ruménos    

Tout le monde sait que tu le soignes comme si c’était ton propre fils. Bien des gens vivant dans leur vraie famille ne sont pas aussi bien traités que ce petit sans-cœur, qui ne reconnaît pas ce que tu lui donnes.           

                                 Platon 

C’est à Virus de décider s’il veut se percevoir ou non comme mon fils. Une chose est certaine, je ne l’ai pas conçu, puisque les femmes n’existent pas dans ma vie. Mais, m’occuper à plein temps de lui me fait réaliser qu’il a vieilli ainsi que moi.        

Croisos qui entendait la conversation fit irruption.     

                                      Croisos      

Peux-tu prouver ce que t’avances?       

                                      Ruménos  

Bien mieux, je vous ai apporté son petit « slip » pour que vous n’ayez aucun doute.
Ruménos sentit la petite culotte. Essaie!   Tu verras, il sent les lavandes. Puisque vous êtes seul à en avoir, difficile de ne pas croire que c’est à lui. 

                                  Croisos          

Ça veut dire que si Virus est allé à la pêche, il est guéri. Il a enfin compris qu’il est non seulement illégal, mais dégradant d’aimer une jeune fille, même si on l’a achetée. Papa, tu devrais être parfaitement reconnaissant à Apollon de ramener notre petit Virus dans le droit chemin.       

                                       Platon

C’est son affaire. Périclès a bien fait reconnaître son fils comme citoyen, alors qu’il a eu l’enfant avec une concubine. Mais, c’est Périclès. Lui et Cimon sont indétrônables et au-dessus des lois. 

                                      Croisos      

C’est ce qu’il faut quand les lois sont idiotes.  

                                      Platon        

La loi, c’est la loi. Si elles sont idiotes, c’est au peuple d’en exiger le remplacement. La seule question est de savoir si les femmes ont une âme. Si c’est le cas, elles sont nos égales et toutes ces discriminations contre elles sont tout à fait injustifiées.        

                                     Ruménos   

Ce n’est pas nous qui pourrons y changer quoi que ce soit. Les gens croient dans l’infériorité de la femme depuis des siècles.          

Virus, qui arrivait, ne put s’empêcher de commenter :           
 
                                         Virus       
Ypontife et ses prêtres sont responsables de toutes ces erreurs. Que connaissent-ils d’une femme? Leur haine de la femme tient du fait que leur organe sexuel est intérieur et qu’ils ne savent pas à quoi il ressemble. Ils pensent que c’est un animal dévoreur de pénis.     

                                         Croisos   

Je te croyais guéri. 

                                     Platon         

Tout individu a son orientation sexuelle. Il peut y avoir des nuances dans ce qui nous attire, mais tant qu’il n’y a pas de violence et que les personnes concernées s’aiment bien, ça ne regarde personne.           

                               Virus      

Si tout le monde avait ton jugement, bien des gens seraient plus heureux. 

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :