Aller au contenu principal

Virus 7

juin 29, 2020

Virus entre à la maison.

C’est dans cette atmosphère païenne que Virus entra à son tour, en toute hâte, chez Platon.

Malheureusement, pour lui, la maison était pleine de visiteurs.

Il chercha à dissimuler sa petite amie pour se rendre à sa chambre sans être trop remarqué.

Mais, le vice ne peut pas passer inaperçu, l’oracle sentit le mal et ne put s’empêcher de crier :

Oracle

« Le petit Christ de vicieux. Il est avec une femme ».

Drôle de hasard, Platon recevait aussi le grand prêtre des grands prêtres, Ypontife. Inutile de dire que le grand prêtre se retrouva immédiatement aux aguets.

Ypontife (envisageant Platon)

Comment les dirigeants d’une nation peuvent-ils garantir l’ordre, si leurs jeunes ne respectent pas la règle de base de cette société : un homme, c’est un homme ; on vit entre hommes, sauf pour la procréation.

Oracle

Ce désordre n’est-il pas déjà le signe qu’un jour les Romains domineront la Grèce, laissant les femmes s’abreuver du pouvoir. L’Empire romain ne sera-t-il pas l’époque où les mères tueront les fils?

Sentant la présence d’une femme, Ypontife n’en finissait pas de renifler.

On aurait dit qu’un nuage électrique lui  entourait  la  tête. Un flot de rage éclaboussait chacune de ses paroles. La haine déboulait de sa bouche avec grand fracas. Il avait les yeux sortis de la tête. Ils « flashaient » comme des lumières d’arbr e de Noël ou de stroboscope.

L’ayatollah s’en prit à Virus et son amie Tite Tite, puisqu’en Grèce, il était anormal qu’un gars aime une fille à cet âge.

Ypontife savait que ce présage« Virus – Tite Tite » était signe d’un renversement des valeurs. C’était, selon lui, la fin de la gloire de sa nation.

Alexandre le Grand porterait-il la mort de la Grèce sur ses épaules ou serait-ce ce petit poison qui s’attaquait à la jeunesse: l’amour des femmes?

Cet amour était devenu une pandémie. Le devin croyait qu’un tel phénomène ne peut pas survenir sans que la terre change totalement sa loi principale : « Le pareil attire  le pareil ». Pourquoi les atomes nous forceraient-ils  à  croire que « le semblable attire la différence » ?

Si nous sommes les électrons et les protons, se disait Ypontife, qui venait d’entendre une présentation sur les atomes, qui est le noyau? Un homme ou une femme? Ou les deux, selon sa nature? Un homme peut-il avoir un corps de femme? Un homme peut-il devenir aussi capricieux qu’une femme ?

Chose certaine, l’homme peut être aussi jaloux que la femme, car, certains sont assez fous pour tuer par jalousie. Il n’y a pas que la schizophrénie qui soit de la folie.

En fait, les Grecs d’alors étaient juste un peu moins fous qu’aujourd’hui, depuis que nos gouvernements empêchent les jeunes d’être eux-mêmes et de vivre leur sexualité, sous prétexte de les protéger.

Pour les adultes, les jeunes sont innocents. Innocents peut-être, mais ils ressentent, comme tous, les appels de la nature. Malheureusement, les religieux ont décidé qu’il faut dompter la nature, mais un jour, la nature reprendra bien ses droits. Qui sont les véritables innocents ? Serait-ce les idiots qui propagent leur ignorance ?

Au moins, l’amoura joie 4  était normale à cette époque.

Chez les garçons, elle servait d’école de vie. Plus le vieil amant était riche, distingué, en plein pouvoir, plus le jeune était chanceux d’avoir été choisi par lui. Un jeune qui voulait connaître un métier, devenir un artiste, être un lutteur de renom, n’avait qu’à savoir intéresser un vieux qui avait déjà une grande renommée dans le domaine convoité. S’il devenait son serin, il avait la garantie d’obtenir toutes les leçons requises pour dépasser son maître. Le savoir était l’héritage. Comme disait Platon : le pédéraste est un créateur d’âmes. Il module l’avenir.

Quant aux filles, puisque la mère était la régente de la maison, elles avaient quotidiennement l’exemple de quelqu’un de dévoué et capable de répondre à toutes les questions. Malheureusement, l’égalité entre les hommes et

les femmes n’existait pas encore. On en était toujours à l’esclavage. Il faut se rendre à Nantes, en France, pour voir comment l’esclavage était jadis important. Aujourd’hui, l’esclavage est aboli, mais les camps de réfugiés replacent la misère au centre de la vie de millions d’individus. Est-ce mieux?

De toute façon, dans la Grèce Antique, on n’aimait pas les femmes, elles servaient seulement à garantir une descendance et à administrer la maison pendant que l’homme s’occupait des choses sérieuses: la guerre, la politique, l’argent.

Même qu’un jour, les femmes en eurent assez de la guerre parce qu’elles étaient fatiguées du veuvage, elles forcèrent alors leurs hommes à déserter les armées. Pas de sexe, sans la paix. Et, ce fut le début de la fin del’empire grec.

Ypontife n’avait pas besoin de cocaïne, il sentait le danger.

Ypontife (parlant à Platon)

Vous n’avez pas honte. Qu’est-ce qu’un gars qui n’a pas encore 27 ans fait avec une petite métèque, une Perse, peut­ être? Une esclave pour sûr ! Quelle honte !

Ypontife (se tournant vers Virus)

À ton âge, Minus, on aime ses pareils, on aime les gars, les gars seulement, des g.g.g.gaa.a.a.r.r.r.s.s.s. Les femmes ne sont pas faites pour les petits gars, même pour toi, Minus. Serait-ce que le péché s’attaque maintenant aux enfants?

Virus

Virus. Virus, pas Minus.

De quoi vous mêlez-vous ? Ce qui se passe entre moi et Tite Tite ne vous regarde pas. Ce n’est pas parce que vous vous pensez branché avec les dieux que vous pouvez nous dire comment vivre.

J’ai le droit d’aimer une fille ! Les humains sont égaux, malgré leurs différences. Tite Tite est la flamme de ma vie. Nous nous adorons. Qu’est-ce que ça change pour vous?

Je travaille, moi, je gagne honorablement ma pitance. Je ne suis pas un religieux. Je ne me fais pas vivre par les autres. Ma liberté, je la gagne et je l’assume. Je suis un travailleur de la mine des marais et j’en suis fier. Regardez ces mains, elles ne sont pas inutiles.

Tite Tite a perdu ses frères à la mine dans un accident organisé par le patron. Elle est seule au monde ; maintenant , elle peut compter que sur moi. Je vais vivre avec elle. Tous les deux, nous nous achèterons notre lopin de terre et nous serons heureux parce qu’on ne devra rien à personne . On pourvoira seuls à nos besoins.

Ypontife

Quelle honte ! Quel sacrilège ! Vous vous exposez au péché de la chair.

Diogène

Qu’est-ce que vous racontez? Les péchés de la chair, ça n’existe pas. C’est une invention religieuse pour établir une mésestime de soi chez tous les êtres humains. C’est un moyen de forcer les gens à se croire pécheurs.

C’est payant pour les religions d’amener tout le monde à devoir se racheter pour échapper à la culpabilité d’être humain. Ma mère m’a dit que les religieux seraient mieux de s’en tenir à la lecture de leurs textes sacrés plutôt que de les interpréter et y joindre toutes leurs phobies, pour ne pas dire leur folie.

Tite Tite (qui se sentait libérée)

Croyez-vous réellement qu’un enfant puisse naître dans un état de péché ?

Ypontife

Silence ! Les femmes sont responsables du mal sur terre. Elles le portent dans leur sang. Elles n’ont rien à dire.

Diogène

C’est faux. C’est une des bêtises enseignées par les religions. Je suis gai, mais je respecte les femmes. J’ai même ma part d’amour avec elle.

Platon

Tite Tite a raison. C’est de la démence de croire qu’un enfant puisse avant de naître commettre un péché. Un enfant imite les adultes. Un enfant ne peut pas connaître le mal. Il lui apparaît à travers la vie. Pour le petit, la sexualité est strictement une différence physique qu’il ne comprend pas, d’où sa curiosité. C’est ainsi jusque vers six ans. De six ans à environ dix ans, c’est l’indifféren ce totale envers le sexe.

Ce sont les adultes qui sont assez pervers pour croire qu’il faut leur cacher la vérité. Ce sont les adultes qui ont commencé à prétendre que la vérité a quelque chose de vulgaire.

Virus

Les adultes sont simplement trop hypocrites pour se rappeler comment ils se sont découvert les uns, les autres. Pour un enfant, le sexe n’est que curiosité, un jeu comme les autres, un sujet interdit par les adultes. Ils ne savent pas et ne comprennent pas pourquoi c’est si important chez les adu ltes. Les adultes y attachent une telle importance, qu’à leurs yeux d’enfants, ce doit être affreusement grave.

Les jeunes ne peuvent percevoir la sexualité qu’à travers des jeux d’imitation, de curiosité. Il en est ainsi, strictement parce qu’ils ne sont pas encore envahis par les hormones, la testostérone ou tout ce qui influence les adultes. Même leur cerveau n’est pas encore assez développé pour comprendre comment les enfants sont créés et viennent au monde. Un jeune pense que le pénis ne sert qu’à uriner, comment pourrait-il en être autrement?

Même sur le plan intellectuel, la symbolisation n’est possible qu’après douze ans et souvent plus. Les jeunes ne perçoivent pas le monde comme les adultes. Est-ce qu’ils sont plus débiles pour autant? Non, ils comprendront quand ils seront assez vieux pour en avoir besoin. Quand ils seront capables d’assumer les responsabilités qui vont de pair avec l’éveil de la sexualité. Quand leur corps changera et pourra se donner une vocation d’adu lte : apporter du plaisir et procréer.

Les plus évolués sont ceux qui demeurent sur une ferme parce qu’ils voient ce qui se passe chez les animaux.

Diogène exulte dans le salon. Il rit, il danse et applaudit.

Diogène

En voilà un, enfin, qui n’a pas froid aux yeux et qui n’obéit pas aveuglément aux règles stupides de la majorité. Viens que je t’embrasse, ma belle crotte!

Virus

Tu peux garder ta salive pour toi.

Diogène

Tu as raison, mon garçon, on ne commence pas à aimer seulement quand on a 27 ans. On ne choisit pas qui nous attire. On n’aime pas n’importe qui. T’aie-je déjà chanté la pomme, mon amour ?

Moi, je m’amusais avec mes petits compagnons à six ans. J’ai tout essayé. Nous aimions bien nous sucer, nous masturber, nous caresser, mais c’était un jeu comme un autre, juste pour connaître une sensation nouvelle.

Notre sport favori était de nous caresser et d’enfiler notre petit drapeau bien bandé sous le scrotum de l’autre. Celui-ci serrait les cuisses pendant qu’on se promenait d’avant-arrière.

A vrai dire, c’est quand je fus un peu plus vieux, quand j’ai pu éjaculer pour la première fois, que je fus transporté au ciel. Quel délice ! Ça tortille dans le ventre, ça étourdit. Le choc est magnifique. Pas de danger d’avoir un enfant. Pas de danger de te la ramasser plein de merde. Juste le plaisir de venir. La femme, c’était celui qui se serrait le mieux les cuisses.

Donnez-moi une raison pourquoi, ces expériences seraient vilaines ou perverses. Ce sont ceux qui y voient du mal qui sont pervers.

En tout cas, quand j’étais jeune, j’adorais me comparer. Puis, j’ai vu un vieux monsieur embrasser une de ses petites esclaves et j’ai voulu savoir ce que ça faisait. C’est ainsi que j’ai découvert que l’homme intelligent est un chercheur né. C’est ainsi que j’ai décidé d’essayer les deux sexes. Et, aujourd’hui, je n’en suis que plus heureux.

L’oracle

Profites-en. Quand tu seras esclave, j’espère que tu te rappelleras que je t’avais averti.

Diogène ne comprenait rien à ce charabia de voyant, mais il sentit un coup dans le ventre, juste un petit signe, indiquant que le moment où les hommes comprendraient les femmes arriverait pour vrai un de ces jours. Ce qui fut d’ailleurs le cas, mais des siècles plus tard.

Virus en tabarnouche contre Ypontife !

Virus était très fier que ses trois meilleurs amis tiennent tête aux religieux. Il ne comprenait vraiment pas l’intérêt de ces hommes pour leur sexualité. Qu’est-ce que ça changeait dans sa vie que Virus aime une petite fille? Qu’est-ce qu’ils connaissent, les religieux, de la vie ordinaire ? En quoi sont­ ils mieux que les autres pour interpréter les règles, venant des dieux?

Virus ne connaissait pas encore l’hypocrisie des religieux qui prêchent l’abstinence sexuelle, mais entretiennent des «bonnes». Parfois même, des temples entiers ont l’obligation de répondre à leurs caprices.

Évidemment, ce ne sont pas tous les prêtres, qui développent un goût pour l’hétérosexualité, mais c’est une possibilité qui s’est avéré souvent une réalité.

Un religieux peut-il ignorer le bâton qui  lui  pousse entre les cuisses quand il se sent excité ? Serait-ce, là, le véritable appel de la nature ? Ne serait-il pas normal qu’un individu connaisse toutes les formes de rapports entre les humains avant de choisir ceux qui lui permettront  de mieux se réaliser ?

En d’autres termes, un individu normal peut-il à prime abord être potentiellement de toutes les orientations sexuelles ? L’orientation sexuelle est ce par qui tu es attiré. Ces tendances existeraient-elles dans le cadre du développement de chacun ?

Ypontife était bleu-noir de rage. Il avait dépassé le rouge depuis très longtemps. C’est d’ailleurs, en le regardant, que Pythagore, un grand mathématicien, songea pour la première fois à la pertinence de créer un spectre.

« Ainsi, songea-t-il, il sera possible de mieux comprendre les humeurs ». Il ne savait pas encore que le spectre servirait aussi à l’étude des étoiles.

Ypontife ne voulait pas abandonner la partie aussi facilement. Il se tourna vers Platon et le traita de père dégénéré.

Ypontife

Comment un grand philosophe, comme toi, peut-il admettre que son jeune protégé tourne le dos aux petits gars et prenne le risque d’une paternité prématurée, en tombant en amour avec une Ève, pire avec une étrangère ?

Comment un si charmant petit bonhomme peut-il s’attacher à une petite esclave après avoir appris à jouir avec Croisos?

Ypontife ne le disait pas, mais il aurait voulu que Virus soit son amant.

4 – amourajoie : pédérastie.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :