Aller au contenu principal

Virus 4

juin 26, 2020

La chicane poigne avec Diogène.

Aristote n’était pas encore entré dans le salon que Diogène l’apostropha de plus belle au sujet d’une nouvelle loi, dont venait de disposer le parlement du peuple : la propreté.

Diogène

J’aimerais bien savoir, Monsieur Aristote, pourquoi on interdit dorénavant de cracher dans la rue.

Aristote

L’hygiène, mon vieux, l’hygiène.

Diogène

Et les égouts à ciel ouvert, eux. Ils sont hygiéniques, j’imagine.

Pourquoi le gouvernement ne prend-il pas l’argent dépensé dans le régime militaire pour améliorer l’état des égouts et des rues? L’argent du peuple doit servir à améliorer les services. On devrait cesser de payer des impôts, si on s’en sert pour des fins militaires.

Dans certaines rues, on a l’impression de prendre des tours de bateaux sur les étrons. On a des centaines d’oboles pour organiser un party pour Alexandre le Grand, mais pas une tortue pour avoir des balayeurs qui nettoient nos rues.

Aristote

Peut-être que tu devrais t’arranger pour que le fond de tes barils ne frotte pas au plancher ou que t’apprennes à les soulever. Mais, ce doit être trop fatigant pour toi ? Tous les efforts te sont insupportables.

Diogène

C’est faux. Il faut même avoir de plus longs barils, car  on a maintenant des imbéciles qui essayent de nous les dérober. Plus ils sont longs, plus ils sont difficiles à voler.

Aristote

Ton « baril tutu » doit déjà être disparu.

Penses-tu aux étrons laissés sur place, venant de sous ton baril, quand tu changes d’endroit?

Tu penses qu’on ne le sait pas que tu ne te promènes pas avec ton sac. Tu es loin d’être un petit Fido qui va faire sa crotte dans un parc érigé à cette fin.

Monsieur Diogène est tellement propre qu’il se lave une fois par mois. Tu peux bien critiquer la propreté de nos rues.

Dans ton cas, mon Diogène, il ne faudrait pas seulement t’acheter une pelle pour ramasser ta merde. Il faudrait aussi inventer une usine pour changer l’air ambiant, parce que partout où tu passes, le monde manque de mourir étouffé. Gros salaud !

Platon

Les nerfs vous deux. Y a des choses plus importantes que votre merde.

Diogène

Il faut bien leur parler dans la face à ces maudits aristocrates.

Virus et Croisos s’approchèrent, saisirent Diogène par les bras et l’amenèrent à l’extérieur.

Yvoitou

Un écologiste avant le temps! Un jour, nos sociétés seront tellement régentées qu’il faudra demander la permission pour poser le moindre geste. Pas moyen de changer sa toilette sans avoir un permis.

Les fonctionnaires doivent créer des règles s’ils veulent avoir une raison d’exister. Aussi, plus il y a de règles, plus il y a d’amendes à ramasser.

Sans faire de bruit, Diogène s’introduit à nouveau dans la maison.

Les riches ne comprennent pas les pauvres …

Diogène était sonné d’entendre Aristote parler de sa propreté, car, à son avis, il existe une propreté intérieure beaucoup plus fondamentale chez les humains : l’honnêteté, la fierté et la solidarité.

Diogène

Je ne suis peut-être pas aussi propre que toi, Monsieur Aristote, mais moi, je n’exploite pas une centaine de pauvres pour nettoyer ma salle de bal, le lendemain d’une réception.

Évidemment, vous, les riches, vous vous imaginez que les autres humains ne sont pas dignes de vous approcher. Vous avez peur d’attraper leurs bibittes, mais vous avez l’âme noire, plus sale que les tuyaux de poêle.

Pour de l’or, vous n’hésitez pas un instant à voler des pays entiers, à fomenter des guerres, à forcer des populations à crever de faim ou de soif pendant que vous habitez vos palaces. Vous embauchez même des enfants comme soldats, et, vous nous faites la morale, alors que vous n’en avez aucune !

Les gens du peuple ne sont pas violents, eux, ils ne font pas de guerres, ils ne volent personne. Ils sont contre la violence. Comment peut-on être méchant quand on est contre la violence ? Pourquoi ne dit-on pas aux pauvres travailleurs que, sans eux, les riches crèveraientlittéralement de faim? Un plombier est aussi important qu’un religieux.

Virus

Un pompier n’est pas un parasite comme un religieux.

Aristote

Beaucoup de religieux font du bénévolat, juste par amour. Tout n’est pas mal.

Croisos

Diogène a raison. Les riches font des lois qui ne les touchent  pas vraiment.

C’est quoi, pour eux, de payer une amende quand ils peuvent fournir tout ce dont le gouvernement a besoin ? Qu’est-ce que ça leur fait d’augmenter les coûts des services puisqu’ils ont les poches bourrées d’argent? Pour le riche, ce n’est rien ; mais pour le pauvre, cette faible augmentation à payer, c’est exactement le priver du seul loisir qu’il pourrait avoir. Il faut de l’argent à la minute même, pas des crédits d’impôt à venir.

Pourquoi un homme devrait-il travailler, durant toute sa vie? Qu’est-ce qui justifie qu’un tel soit un esclave, et non, un homme libre ?

Le système fait que tu ne peux pas survivre seul, mais il s’arrange pour que tu doives travailler de la naissance à la mort , permettant à ceux qui sont plus riches de s’en mettre encore plus dans les poches.

Virus

Je le pense aussi. Quand on travaille, les patrons veulent nous payer le moins possible et si nous nous réunissons à revendiquer davantage, ils trouveront tous les moyens pour briser cette solidarité . C’est normal, parce qu’ils veulent payer le moins possible pour faire le plus de profits possibles. On n’a pas besoin d’être des génies pour comprendre ça.

Les différences entre Aristote et Diogène.

Platon savait qu’une rencontre entre Aristote et Diogène ne pouvait pas être de tout repos, mais il n’avait pas prévu que Virus et Croisos, ses deux petits amants, feraient partie du décor.

Platon était un peu gêné de voir ses enfants prendre parti pour Diogène, le chien, le sans-morale, contre son ami, le génial Aristote.

Par contre, le philosophe savait inconsciemment qu’un jour, on passerait de la lutte des classes à la lutte des droits. Que Virus travaille à la mine des marais rendait les choses inévitables.

Virus était assez intelligent pour comprendre ce qui s’y passait.

Il savait que règle générale, les patrons essaient d’étrangler les travailleurs, si ce n’est pas par des salaires minables, comme c’était le cas à la mine pour les affranchis, c’était par un travail à temps partiel pour ne pas offrir de permanence, ce qui permettait de ne jamais devoir augmenter les salaires.

Virus

Tu n’es pas content, on te change d’équipe de travail, d’où l’intérêt des contrats à court terme. Une astuce des patrons pour profiter des gens et éviter la possibilité de voir naître un syndicat.

Comme le concevaient tous ceux qui prenaient part à la discussion: il n’y aura jamais d’entente entre le patron et l’employé, parce qu’ils cherchent à répondre à des intérêts différents, voire opposés, sauf si tu crées une coopérative, une notion qui n’existait pas encore.

Virus savait que ces luttes de pouvoir finissaient par payer autant les patrons que les syndicats.

Diogène

Dans le seul but d’augmenter les profits des plus riches, toute crise économique a pour but de diminuer les dépenses, en forçant les travailleurs à accepter des salaires moindres. Le système tient tous les individus à la gorge, car chacun doit survivre et surtout, faire survivre sa famille.

Les révolutionnaires qui crèvent de faim ne sont pas très efficaces, ni très fidèles.

L’hommerie ! Un mal inévitable ?

Loin des préoccupations de Virus, Aristote était obsédé par le désir d’Alexandre de conquérir le monde.

Si Alexandre veut agrandir encore son empire, Aristote croit, lui, que l’avenir d’Athènes tient plutôt dans le raffermissement du pays dans les limites géographiques de la péninsule et les services offerts aux citoyens.

Aristote

La première chose dont doit se doter un gouvernement, c’est une constitution et des institutions capables de la faire respecter. Les droits et les libertés des individus et des sociétés ainsi que leurs obligations doivent être clairement définis . L’armée et la police doivent être incorruptibles et assurer la défense de la population, et non, celle d’un roi, d’un tyran ou d’une oligarchie. Le parlement est la voix du peuple. Il doit être absolument souverain et démocratique.

Le gros problème avec les institutions commerciales est que le profit passe avant le bien-être des humains. « Une aberration », affirma Aristote. Ce qui fut vite appuyé par Platon.

Platon

À mon avis, les structures nationales sont plus importantes que celles d’un empire qui sert à enrichir les marchés, le commerce, l’économie. Une mafia sans âme, ni humanisme.

L’économie est de l’ordre des moyens et non une fin en soi. L’économie peut créer une certaine justice sociale, si elle répartit les avoirs.

La souveraineté des pays est plus essentielle que l’économie et ses marchés.

Pourquoi importer des denrées que l’on peut produire localement, à de meilleurs prix et meilleure qualité ?

Avec les marchés, ce sont toujours les mêmes multinationales qui en profitent, qui créent des monopoles et exploitent la rareté de leurs produits aux dépens de la population. Si ça ne paye pas assez à un endroit, elles changent d’endroit pour toujours pouvoir exploiter les travailleurs au maximum. Ce sont toujours les mêmes qui profitent des conquêtes et du marché mondial.

Les banques créent la fluidité des argents. On veut prendre un gouvernement à la gorge, le faire taire, on fait appel aux banques qui, elles, déterminent le pouvoir financier du pays, selon son ouverture à lui prêter l’argent.

L’argent, toujours l’argent. On ne se lance pas en guerre contre les autres pour demeurer esclaves, mais pour profiter de la richesse du pays conquis. Voler un espace économique, c’est aussi un viol. La concurrence déloyale, c’est déjà un geste de guerre .

La guerre justifie que tu deviennes un salaud, car elle est un phénomène né de la stupidité, de l’absence de conscience de certains humains.

La guerre est en soi un geste immoral auquel même les religions souscrivent, car elles prétendent que leur dieu est tout-puissant et qu’il leur confère son pouvoir. Quel  orgueil ! Chaque système a son dieu.

Diogène

Les dieux sont bien dans leurs cieux.

Malheureusement, ce sont toujours les plus riches, les obsédés du pouvoir, qui dirigent. Où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie.

Aristote

Alexandre prétend que le meilleur moyen d’être le maître absolu, c’est de dominer le système monétaire du pays conquis. Il doit pouvoir imposer son argent aux autres peuples comme mesure étalon pour ne pas se ruiner, en les assiégeant.

Virus (qui pense toujours à son problème personnel)

Comment Alexandre y arrivera-t-il, s’il ne peut même pas imposer ses règles à un seul multimilliardaire ? Titus Paulus le mène déjà par le bout du nez.

Je ne lui demande pas qu’il dépense un sou pour aider les travailleurs de son propre pays, je veux seulement qu’il établisse des normes pour empêcher que d’autres jeunes esclaves soient tués.

Ce n’est qu’une question d’humanité. Peut-être faudrait­ il que je m’adresse aux temples. Ils ont probablement plus de cœur qu’Alexandre.

Virus ne savait pas encore que chaque temple avait déjà créé un semblant de système bancaire et que la religion était déjà assez riche pour effectuer tous les changements de devises voulus, et ce, à travers le monde. Les religions cherchaient déjà à dominer partout, en nourrissant les banques. Comment Virus pouvait-il savoir que la religion est l’institution économique fondamentale par excellence ?

Aristote

Tu as raison Virus, la morale devrait s’intéresser à ce problème, mais elle est obsédée par le sexe. Un moyen de distraction. L’homme n’a pas évolué émotivement.

Yvoitou

La morale est un moyen de dominer les individus, en s’appropriant leur cons cience . C’est ce qui arrivera dans quelques siècles. Mais, il faut faire une différence entre la religion et la spiritualité.

Les religions sont des rêves de pouvoir, des moyens de contrôler les individus. Les religions ne sont que des rites et des règles. Les rites servent à dénombrer les fidèles afin de devenir un pouvoir politique. L’uniformité de la morale est au centre des mesures sociales qui en découleront. Les religions nourriront toujours les discriminations. Les règles servent à créer une culpabilité qui doit être rachetée par la plus grande générosité possible.

Diogène

Les hommes devraient vivre pour s’aimer et  être heureux, pas pour s’entretuer . Pourquoi  ne  pouvons-nous pas nous contenter de ce que nous avons ? Pourquoi ne savons-nous pas partager? Pourquoi la cité regorge-t-elle d’itinérants ? Où est la justice sociale ?

Platon

Diogène a raison. Plus les systèmes prennent de l’âge plus ils sont pourris. L’antidote le plus efficace est la transparence et le renouveau.

Plus le territoire que tu dois gouverner est immense, moins tu peux savoir avec exactitude ce qui s’y passe. Plus

ton territoire est grand et occupé, plus il y a de bandits.

Tous les systèmes sont bons au départ et fondés sur la vertu et l’amélioration, mais tous les systèmes sont vite récupérés et corrompus par ceux qui les dirigent. Question de pouvoir et de richesse.

Diogène

On attache trop d’attention au sexe et pas assez à l’honnêteté. La chasteté n’a rien à voir avec la pureté.

Un vol crée plus de mal qu’une bonne fellation ; mais on punit davantage l’acte sexuel, fruit de l’obsession des religions qui voient la sexualité comme un danger.

Yvoitou

Un jour, on reconnaîtra que les femmes sont égales aux hommes, quoique parfaitement différentes. Juste cette réalité bouleversera les sociétés qui devront apprendre que chaque individu est un trésor en soi.

Diogène

L’individu qui est habitué à vivre dans la richesse n’apportera aucune réforme qui le replongera dans une plus grande pauvreté. Les pays riches n’ont aucun intérêt pour les pays en voie de développement, sinon pour y trouver des richesses naturelles à exploiter ou de nouveaux consommateurs. Il faut cesser d’être hypocrites.

Le bien du peuple ne coïncide pas avec celui des multinationales, car elles sont là pour faire le plus de profits possible. Elles doivent rapporter le plus de profits aux investisseurs. C’est la loi de l’investissement.

La richesse est une très bonne chose, tant qu’elle est partagée équitablement. Tous les pays ont besoin de leaders, de créateurs.

Platon

Notre langue est notre unité. Il ne faut pas oublier que la culture est l’âme d’un peuple. La culture, c’est le but que l’on se fixe ensemble. C’est le besoin de s’entraider, de se faire rire, de créer son esprit, sa vision de la vie. On reconnaît une nation à son esprit. Il y a les pacifiques et les assassins.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :