Aller au contenu principal

Radioactif 238

décembre 24, 2021

Radioactif 238

Les psychologues.          

Pour échapper à la possibilité de devenir un  danger pour les garçons que j’aimais, j’ai essayé de suivre des traitements différents (psychologues, psychothérapeutes, etc.), mais je m’en suis lassé.

Ils essayaient toujours de me faire croire que j’avais une réaction anormale face à des parents « sadiques » Idée que je ne partageais pas.

 Au contraire,  je les adorais et même si on ne partageait pas toujours le même point de vue, ils n’avaient rien à se reprocher et ils avaient souvent raison.  Ils réagissaient, selon leurs connaissances, à ma pédérastie qui était alors vue pire que l’homosexualité. 

Ma pédérastie ne venait pas d’eux. Ils en souffraient déjà assez sans que j’ajoute cette maudite manie que l’on a de toujours d’essayer de trouver un coupable en dehors de soi pour minimiser sa propre responsabilité. 

 À vrai dire, je ne trouvais rien de répréhensible à avoir une relation sexuelle avec un plus jeune en autant que l’autre soit bien d’accord.  J’avais peur d’avoir peur.  J’avais peur que la peur me rende violent.  On ne sait jamais jusqu’à quel point la prison peut te rendre fou. 

D’autre part, je considérais les adultes complètement pourris de ne pas voir tout le bien que nous apportent de telles relations.  Personne n’est tué, ni blessé ; bien au contraire, c’est très agréable et ça ne prive personne de quoique ce soit. Ceux qui y voient du mal sont les pervers.   

Les adultes ne peuvent pas sortir de leurs perspectives d’adultes avec leur péché, ce qui n’existe pas dans la tête d’un petit gars, à moins qu’on y enfonce ce jugement.  Les adultes pensent la sexualité en adulte plutôt que d’essayer de la comprendre dans sa vraie dimension créative.   

09 Novembre 2007

Roy – Rousseau.  

Pour en avoir le cœur net, je suis allé en institution. J’ai cru qu’en allant à un hôpital psychiatrique, eux, mieux que quiconque, pourraient me dire si j’étais fou. 

On m’a affirmé que mon problème était plutôt mon quotient intellectuel élevé et que je devrais essayer de devenir homosexuel pour éviter de trop souffrir de la haine sauvage de la société. 

Je ne les ai pas trouvés très forts, en ce sens que tu ne choisis pas ceux qui t’attirent.  Pour être homosexuel, il me faudrait être attiré par les hommes. Ce qui était loin d’être le cas.  On passait déjà un temps énorme à nous faire peur avec les inconnus.  J’avais attrapé cette paranoïa.  

Par contre, ils m’ont complètement rassuré quant à ma peur fondamentale : de la façon que ça se passe, tu ne seras jamais un danger pour un petit gars, mais la société en sera toujours un pour toi.

On me demanda ce que je lisais. À leur avis, même si le livre de Freud sur le développement de la sexualité était une lecture aride,  je pouvais la comprendre. 

09 Novembre 2007

Effets divers …       

Qu’on le veuille ou non, à cette époque, j’étais encore écrasé par la culpabilité. 

En fait, j’avais surtout peur de devenir fou comme un certain Dion qui avait tué trois petits gars, à Québec. 

Ma peur était celle de tuer des petits gars en devenant fou.  La peur qu’après une relation sexuelle,  ils me fassent chanter en me menaçant de dénonciation et que je prenne peur.  La peur que cette peur soit telle qu’elle me fasse perdre les pédales.  Quand on devient fou, on ne sait pas qu’on est fou. 

C’est une peur qui peut sembler stupide pour quelqu’un qui n’a jamais goûté à la prison, mais elle est bien là.  La prison ne produit pas toujours les mêmes effets.  Tu peux devenir complètement culpabilisé et tenter par tous les moyens de te racheter ou te détruire.  C’était ce que je vivais alors. 

Tu peux aussi avoir peur de la révolte engendrée parce que la vie en-dedans est loin d’être toujours facile.  Cette révolte se construit aussi sur la certitude que la punition que l’on t’impose est injustifiée ou disproportionnelle à la gravité des événements. 

J’avais peur de devenir comme ce Dion que je ne comprenais pas.  Pourquoi vouloir tuer quelqu’un que tu adores ? Comment peux-tu aimer un jeune ou peut-il t’aimer si tu es méchant avec lui ?  Pour moi, pédérastie veut dire amour absolu, sans violence et le fun.  Mais, la peur, c’est tellement fort…ça peut te ravager d’un coup.

10 Novembre 2007

Jean-Pierre Patrice.         

J’avais tellement honte de ma pédérastie que je voulais porter un pseudonyme.  Ainsi, sans révéler ma nature, je pourrais rendre hommage à Patrice que j’avais tant aimé et parler de ma nostalgie émotive : Jean-Pierre Patrice.  

Le jean, c’était moi.  Jean-Pierre, c’était le prénom de l’aîné d’une famille française.  C’est avec lui que je me tenais le plus quand je me rendais pour y rencontrer son petit frère, Patrice,  de qui j’étais follement amoureux. 

Tout le monde pouvait s’en apercevoir tant je changeais de «  manière de regarder» quand le petit Patrice arrivait.  C’était à lui seul une raison suffisante pour que Dieu ait créé l’univers

Malheureusement, pour moi, Patrice après avoir habité Barnston, a déménagé à Montréal avec sa famille.  Une séparation très pénible; mais c’est la vie. 

Dieu t’a tout donné et tout enlevé, me clamait ma philosophie. Ce qui nous arrive est toujours pour nous préparer à autre chose.  Rien n’arrive pour rien. 

J’adorais Patrice quand j’avais 16 ans et malgré son départ, il hantait toujours mes rêves.  Patrice c’était l’amour incarné.   Puisque je ne l’ai jamais touché, on peut dire que cet amour platonique était aussi grand qu’il était pur. C’est ce sentiment qui pour moi est fondamentalement la pédérastie.

Le rapport sexuel n’est que la cerise sur le sundae. Il nuit plus qu’il ne nourrit la transcendance corporelle. C’est drôle de dire ça puisque je ne partageais pas ce point de vue avec Platon parce que je croyais que la pédérastie est d’abord et avant tout l’amour, la fascination d’un corps jeune et beau.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :