Aller au contenu principal

Radioactif 187

novembre 2, 2021

Radioactif 187

07 Octobre 2007

Sexe et sondages.           

La réaction des Québécois dans les derniers sondages démontrent clairement que la sexualité, à cause de son aspect émotif, demeure un sujet «préjugé ou une croyance dont on ne remet jamais en question le bien-fondé». 

On aborde la sexualité automatiquement d’une façon affreusement négative, comme l’Église nous l’a appris.  Notre société développe encore la peur de la sexualité.  

Même si cette peur est irrationnelle, elle anime toute notre conception de la sexualité.  Puisqu’on ne peut plus faire porter cette peur sur les épaules des femmes, on l’identifie maintenant à la protection des ados. 

Même si nous ne fréquentons plus l’église, nous sommes encore prisonniers de son mépris de la sexualité.  Nous refusons qu’un humanoïde soit nécessairement sexué.  Nous en tremblons de peur et nous exigeons que ce mal ne se transporte pas d’adultes à ados.  

Cette «empreinte primaire» a beau être dépassée, nous maintenons l’ignorance qui justifie cette approche de la sexualité. 

Non seulement notre société n’a pas réussi à modifier notre comportement au fur et à mesure que l’ignorance religieuse a été démentie par les découvertes psychanalytiques, mais le monde judiciaire s’impose comme une prolongation des interdits religieux et les campagnes de nos médias sont une mutation de la chasse-aux-sorcières du Moyen-âge. 

Le nudisme.           

Quand je pense à la nudité, je ne peux m’empêcher de visualiser Wreck Beach , une plage de nudistes à Vancouver.  Pour s’y rendre, il fallait descendre une falaise, derrière l’université. 

Quand j’y suis allé pour la première fois, je n’avais pas l’intention d’être un des leurs, mais voir à quoi ça ressemblait.  C’est facile de dire qu’on est pour le nudisme, c’est une toute autre chose que de le vivre. 

Ma première surprise fut de voir que ces gens se fichaient complètement d’être nus. C’est exactement comme s’ils avaient été habillés de la tête au pied, le voile inclus.  Je ne comprenais pas.  Je croyais que d’être nu ça te rendrait sexuellement surexcité. 

Avec le temps, j’ai décidé que je n’avais rien à perdre et qu’au contraire si je n’essayais pas,  je ne saurais jamais ce que ça fait.  Pour les quelques premières minutes, effectivement, t’as le reflexe mental d’être gêné et de regarder ce que tu ne peux généralement pas voir sans mourir. 

À ma grande surprise, très vite , tout devient normal et tu ne penses même plus à regarder ailleurs que dans les yeux.  Les conversations se font sans arrière-pensée.  Et, je dois avouer que tu te sens cent mille fois mieux.  C’est comme si tu n’avais rien à cacher. 

La conversation est empreinte de transparence.  J’ai absolument changé d’avis et j’ai commencé à comprendre pourquoi les nudistes détestent les gens qui restent habiller par pudeur et qui regardent hypocritement par-dessus leurs lunettes. 

Les vrais cochons sont ceux qui vont voir pour se rincer l’oeil, mais qui sont trop conformistes pour se dénuder. 

Je peux vous assurer qu’il est beaucoup plus plaisant de nager nu.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :