Aller au contenu principal

Radioactif 104

juillet 24, 2021

Radioactif 104

07 Septembre 2007

Enfance heureuse.          

Disons pour boucler la boucle que j’ai eu des parents extraordinaires, dévoués.  J’ai vécu une enfance toute heureuse. 

Émotivement,  je m’attachais un peu trop vite et très profondément aux femmes plus âgées qui m’entouraient.  Ce n’était pas physique, mais émotif. 

Malheureusement, au Québec, à cause de l’Église qui ne cessait pas de nous casser les oreilles avec ses règles sur la sexualité, nous avons toujours été un peuple qui a peur de se toucher.  C’est comme si l’affection faisait partie des interdits. 

Enfant, je ne pouvais pas identifier ce manque, mais ce fut tout autrement avec l’adolescence.  Comme tous les jeunes, j’avais des blondes pour être normal, mais je préférais de beaucoup les garçons à cause des jeux. 

Le partage filles/gars c’est encore une idée d’adultes.  L’important, quand t’es jeune, c’est le jeu, le plaisir.  On nous divisait selon le sexe, même dans la cour de récréation.  La peur du sexe est une maladie d’adulte.  Une des plus profondes maladies au Québec.

08 Septembre 2007           
Le scrupule.           

Ce ne sont pas mes parents qui étaient trop scrupuleux. La société était ainsi très malade.  Il ne fallait pas parler de sexe.  On craignait que ça scandalise les enfants, mais en réalité on empêchait les enfants de comprendre que la sexualité est une réalité tout aussi noble que de prier.

Il ne fallait tout simplement pas en parler.  Dès que tu demandais une question sur le sujet, t’étais un cochon.  Alors, imaginez l’effroi d’essayer de voir un corps nu? 

Là,  t’étais un monstre, un pervers, un individu condamné au pire avenir possible.  Nous vivions dans une société totalement  perverse, car le mal existe que dans la tête des pervers

Nous avions une peur démesurée de la sexualité ou du jugement des autres.  On avait beau aller à la messe à tous les dimanches, il n’était pas question de voir un bâtard comme un être ordinaire, innocent. 

Je n’ai pas connu ce problème, mais mon ami Gilles avait eu le malheur d’en être un.  Il ne fallait pas respecter un petit bâtard.  À 60 ans, il cachait encore cette réalité comme s’il en était responsable. 

Notre charité était à l’étroit dès qu’il était question de sexe.  Le scrupule se répandait par le non-dit.  Les exclamations pour maudire toute forme de plaisir.  Et, pourtant, à la cachette, nous avons tous vécu de très belles expériences.

24 juillet 2021

Les pédérastes Grecs de l’époque de Platon avaient raison : rien n’est plus beau que le corps nu d’un jeune homme  ou d’un garçon. Si j’étais une fille je dirais certainement le corps nu d’une jeune fille. En réalité, les deux sont de toutes beautés dans leurs particularités.

Malheureusement, pour nous les plus âgés, notre beauté éclate avec notre bedaine qui ne cesse de gonfler. Pourtant, il existe une foule de jeunes qui tombent à genoux en prosternation devant un vieillard nu. Je reçois chaque jour des compliments sur ma prétendue beauté. Ils doivent être aveugles, mais ce n’est pas moi qui les priverai de leur plaisir.

Il fut un temps dans l’interprétation de ma réalité où j’ai cru qu’être disponible à l’autre, sans rien demander en retour, était une forme de grande charité, surtout quand l’autre était de toute évidence un frustré.

Je demeure persuadé qu’un jour les humains comprendront  que la haine du corps est la trouvaille des religions pour entretenir l’esclavage émotif universel. Tant que tu les crois, tu acceptes de répartir les humains en catégories à partir de leur orientation sexuelle.  Cette forme de pensée bourgeoise te permet de te croire supérieur aux autres et c’est ce genre de stupidité qui a donné naissance à l’esclavage et aux commerces d’êtres humains.

Les autochtones avec le respect de la nature sont ceux qui ont la meilleure philosophie : nous sommes qu’un élément de la nature comme la pierre ou l’animal. Si on pense à l’infiniment petit quant à la structure de notre univers on est qu’un mélange de particules, donc, qu’est-ce qui peut  justifier que l’on se croit si important.

Ceux qui ont encore le goût militaire comme Poutine et ses semblables sont des dangers pour l’humanité.  Comment pourrait-on empêcher ces gens d’armer davantage les pays en entretenant une compétition qui nous mène à notre destruction.

Augmenter plutôt le salaire minimum à la grandeur de la planète. La pauvreté ne devrait pas exister depuis longtemps.

On devrait tous comme citoyens refuser qu’il y ait de l’argent qui serve à s’armer. On devrait refuser des payer la part d’impôts qui est destiné à jouer les gros bras. Pas d’argent pour les armes, partout, dans tous les pays.

Par contre, les armées peuvent être un moyen efficace pour faire  face aux dangers qui se présentent. La pandémie, les feux de forêts prouvent que le service militaire peut être essentiel au bien-être d’un pays.

Mais, les armes ont en a pas besoin, au contraire, c’est entretenir un commerce de riches qui justifie le colonialisme visible et invisible.

Tant pis pour ceux qui rêvent d’être dictateur. La tendance  deviendra la solidarité face aux dangers de la disparition de l’être humain à cause des changements climatiques. Nous n’aurons pas un autre choix, il faudra se solidariser davantage.

Il faudra pour cela combattre toutes les formes de prosélytisme et toutes ces théories qui engendrent la division entre les individus. Puisqu’être trop gros empêche d’agir avec efficacité, il faut que la notion de pays et de nation soit à nouveau revalorisée. Le pays est responsable de chacun de ses citoyens.

Il y deux modes de vie actuellement. Le premier  se confond à la richesse matérielle et l’autre à la richesse de chaque individu. Le premier cherche le pouvoir, le second cherche la tendresse et le bien-être pour tous. Quand nous mourrons, on n’apportera rien avec nous. Pourquoi chercher à tant devenir plus riche?  L’important c’est le moment présent. La richesse c’est d’être bien dans sa peau.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :