Aller au contenu principal

Radioactif 9

avril 15, 2021

Radioactif 9

18 Juillet 2007

Mort de Rouhed 1.

Quand Rouhed s’est suicidé, j’ai vécu toutes sortes de phénomènes bizarres.  

Le soir, avant de l’apprendre, je suis allé souper avec l’écrivain, Jean Ferguson, à Val-d’Or.  Curieusement, il me trouvait dépressif.  Je lui ai lancé, sans même savoir pourquoi, c’était loin d’être mon genre : des fois je pense que Rouhed a raison : la vie ne mérite pas d’être vécue. 

J’ai passé de nombreuses minutes par la suite à discuter avec lui, dans ma tête, de l’aide dont il avait besoin. Il terminait en me disant dans ma tête, après avoir parlé de ses problèmes de finance : «comme ça je ne peux pas financièrement compter sur toi.» 

Plus tard, dans la nuit, on me téléphonait pour me dire qu’on l’avait trouvé pendu.  J’espérais qu’il vive, mais je le savais mort. J’étais tellement ahuri que j’en avais mal dans le cou.  Je voulais partager sa douleur. Il s’était pendu deux jours plus tôt.  Je lui avais parlé le dimanche.

Le premier soir, à l’appartement à Montréal, au 2240 Quesnel, où il demeurait, je n’ai pas pu dormir. 

Je voyais des signes et des chiffres qui apparaissaient pour former un 9. Un vrai vertige.  Et, le plus curieux, j’entendais une chanson inconnue, sans connaître qui la chantait.  Il m’a fallu des semaines avant de le découvrir — je l’ai entendu à la radio et j’ai téléphoné pour savoir de quoi il s’agissait.  C’était la chanson The body guard, de W. Houston.  Je l’ai pris personnel en entendant les mots.  Quel message !  Quelle souffrance !  Quand je l’entends maintenant, je le sens tout près de moi.  Avec Rouhed, j’ai appris le vrai sens de l’amour pur.


18 Juillet 2007

 La mort de Rouhed 2.    

Un an après sa mort, la sorcière blanche décida d’organiser une cérémonie pour entrer en contact avec l’âme de Rouhed. Peu après avoir commencé la cérémonie, je ressentis le désir qu’un de mes petits cousins prenne la place de Rouhed, ça me choquait, mais c’était ce que je ressentais.  Je ne comprenais pas pourquoi Rouhed voulait que le petit prenne sa place. 

Puis, on nous fit échanger les places qu’on occupait.  Le petit cousin se tenait maintenant à côté de moi et me tenait par la main.  Soudain, apparut une espèce de nuage noir qui enveloppa mon cousin avant de disparaître.  J’ai compris que Rouhed venait d’arriver en lui.  J’étais sidéré, car je suis un genre plutôt incrédule.  Je me disais que c’était impossible, que si c’était Rouhed, il pleurerait.  Le petit a fondu en larmes.  Je ne savais plus que faire.  Je parlais à Rouhed dans ma tête.

J’étais bien trop gêné pour parler tout fort pour le consoler. Je me disais que si c’était lui il comprendrait mon message.  Le petit s’est totalement calmé.  Puis, un individu que je ne connaissais pas a fondu en larmes. 

Le soir, quand tout fut terminé, ce gars m’expliqua qu’il n’avait pas su se retenir, sentant que je ne pleurais pas assez. 

Ce fut une période où j’aurais pris la place du fiston. Quand j’y pense, plus de dix ans plus tard, j’en braille encore.  Que voulez-vous quand je tombe en amour, je tombe en amour … Ils deviennent même plus important que ma propre vie. .. avec ou sans sexe.

21 avril 2021

Quarante ans plus tard quand je refais face à cette situation je pleure, je pleure. Je ne sais pas pourquoi, c’est ma seule réaction.

J’ai appris avec Rouhed  (puisque Shuhed a été récupéré par son père pour travailler et ainsi rapporter un peu d’argent, selon ce que je pensais), que l’amour paternel est bien différent de l’amourajoie. C’est plus puissant.

La paternité est une responsabilité alors que l’amourajoie est le partage de plaisir. Le lien paternel en profondeur s’établit dans le temps, dans les actions partagées, dans la peur qu’il arrive quelque chose de négatif au petit,  autant que la joie qu’il nous cause par leur simple présence. L’amourajoie, c’est le désir, la beauté, le plaisir et la courte existence de ce miracle. L’amour est bien plus profond, plus stable.

Je me sens très coupable de ne pas avoir toujours été avec Rouhed plutôt que de lui fournir un appartement et un gardien quand il était plus jeune. Mais, c’est Rouhed qui ne voulait pas venir avec moi vivre là où je travaillais. Il avait ses amis et je respectais son choix. Quant à moi, j’avais et j’ai toujours eu tellement de dettes que je ne pouvais pas refuser les emplois que l’on m’offrait. Je me reproche d’avoir été trop égoïste. Pourtant, j’ai tout fait pour que Rouhed préfère venir me retrouver à vivre dans mon appartement à Montréal. La mère de la blonde de Rouhed me dit que bien des pères n’ont pas assumé leur paternité autant que moi.

Rouhed adorait Renaud. Quelques mois avant sa mort, nous étions allés voir un film Germinal, de Zola, dans lequel Renaud jouait. Ce fut à cette occasion qu’il me parla pour la première fois de suicide. Venant de lui, c’était terrifiant parce qu’il était un gars entier, radical. Il nous reprochait Québécois d’être des lâches quant à la défense de notre langue. Il ne manquait pas de me rappeler que le Bangladesh a fait une guerre pour défendre sa personnalité.

Pour moi, Rouhed c’est la jeunesse. Il me manque.

Je le soupçonne d’avoir consommé de la drogue avant de se tuer, ce que je confondais avec une dépression nerveuse. J’aurais dû le forcer à consulter, je saurais aujourd’hui quelle place la maudite drogue a eu dans ce drame.  J’imagine que ça faisait mon affaire que Rouhed ne consulte pas puisque je n’avais pas à payer et que j’étais toujours cassé.  Je me demande souvent si au-delà de la belle image que je me fais de moi, je ne suis pas un cheap, incapable de sortir de son gros nombril difforme. Mais, je dois dire à ma décharge que j’avais même entrepris les démarches pour retourner enseigner à Montréal dans le seul but de me rapprocher de Rouhed.

Quand un de tes enfants se suicident, tu t’auto-flagelles, c’est impossible de faire autrement, tu trouves quelque chose que t’aurais dû faire autrement pour empêcher ce drame.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :