Aller au contenu principal

Journal de bord d’une âme en peine

mars 10, 2021

JOURNAL DE BORD  D’UNE ÂME EN PEINE

1 novembre 2004

Quand j’étais professeur de français, j’ai fondé toute ma pratique dans «le journal de bord».  C’était non seulement un moyen privilégié de rechercher les fautes, d’apprendre à composer, mais surtout, l’outil par excellence pour entrer en communication avec mes élèves.  Le jeune pouvait dire tout ce qu’il voulait, la seule chose proscrite : les fautes.  Cette liberté m’a permis d’entrer en communication avec des jeunes que personne ne pouvait approcher et je peux me vanter que certains ne sont pas suicidés, grâce à cet œil, qui loin d’être inquisiteur, leur permettait enfin la liberté : il faut d’abord pouvoir crier son mal pour le déraciner…

Un dialogue très riche, qui pouvait facilement me coûter mon emploi, car les Québécois, surtout les Québécoises, sont encore très profondément aliénés aux mensonges religieux , particulièrement, sur la sexualité et tout l’hypocrisie qui entoure cette notion que l’on vit comme si on était encore au temps des cavernes.  Ce scrupule a savamment été entretenu par la psychose, la phobie du sexe chez certaines féministes.

Je me rappelle qu’une fois, un étudiant m’avait écrit que personne ne l’aimait…Que dire ?  Si tu restes silencieux sur une telle affirmation, t’es complice du suicide qui infiltre ce petit être.  J’ai ainsi décidé, au diable la « job », et de lui écrire que c’était faux puisque je l’aimais.  Il est passé de dix lignes à une page par jour.  Finalement, il s’en est sorti. Il vivait de graves problèmes avec son père : il voulait se sentir aimé, mais dans notre monde, un homme n’aime pas un petit gars…c’est la pire maladie psychique et mentale que nous avons eu en héritage des religions. 

Nous ne sommes pas les seuls, aucune religion, exceptées certaines formes de bouddhisme, ont l’intelligence de considérer la sexualité comme un élément constitutif positif chez les humains.   La maladie du péché de la chair est le pire ennemi de l’égalité entre les humains.  Elle justifie tous les racismes, tous les trips de supériorité, car un pur peut condamner, rejeter, exploiter un impur…c’est la base même de toutes les prétendues paroles divines…   C’est d’ailleurs le seul point de vue que je ne partage pas avec les féministes.  C’est aussi la base angulaire de l’inégalité entre les hommes et les femmes…

On parle de démocratie, mais c’est toujours celle de ceux qui mènent et s’enrichissent aux dépens des plus démunis.  Si on croit tellement dans la démocratie : pourquoi peut-on refuser de changer le mode de scrutin actuel par un vote qui veut dire quelque chose ?   Pourquoi  peut-on me refuser d ‘affirmer qu’il y a une différence entre la pédophilie et la pédérastie ?  Peut-on justifier que l’esprit des pourfendeurs de la démocratie  anime les commandites ?   Notre ciment social est-il autre chose que de l’hypocrisie ?  Est-il vrai que les vrais « boss » dans nos gouvernements soient les hauts- fonctionnaires et non ceux que l’on place au pouvoir ?  Serait- ce pour cela que l’on vit cycliquement le même merdier social ?  J’ai l’impression de me retrouver quelque 35 plus tôt.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :