Aller au contenu principal

Mario 8

décembre 11, 2020

Mario 8

2è partie  

Je suis entré en prison : ivre de remords. Même si on m’a brisé en me faisant croire en ma culpabilité. Je renais dans ma liberté, plus fort, plus pur, qu’au temps des cauchemars. On m’a tué en me faisant croire un monstre. C’est peut-être ça la monstruosité : être amant du Soleil. Le vrai Soleil, non les lumières artificielles des villes. La monstruosité est peut-être de juger les autres.

                               Seuls les enfants sont des Hommes!        

Le seul péché que je connaisse est de se prostituer à la pollution. Le pouvoir et l’argent. Êtres de la pollution. L’amour est notre oxygène. Tabarnak! Qu’il faille être aliéné pour croire que l’amour ne confère pas presque tous les droits. Seule la violence doit être éliminée. Aussi, donc, de par la vie et à cause de la vie :     
 
Je proclame la vie. Malgré les barreaux.          

Je proclame la pureté. Malgré les tâtonnements pernicieux de la chasteté.        

Je proclame l’Amour. Malgré les tâtonnements, les exigences. Un grand souffle de responsabilité.            

Je suis comme la terre; on y sème l’avoine de l’avenir. Et les hommes libres ratisseront leurs haines pour les faire brûler.          

Malgré les fers qui m’ont marqué aux poignets et m’ont imposé le geste de me trahir en refusant la sève en moi, je demeure libre. Ma candeur proclame l’Amour au-delà de baisers malheureux. Ma cellule s’est mutée en immense vestibule de rêves.

                           Je crois dans la délivrance.     

                                     Je suis libre!          

                   Je suis un enfant et mon langage est la Liberté.

                            Je suis de non-violence absolue!     

J’ai la liberté de faire et de dire ce qui me plaît tant qu’il n’y a pas de violence et le respect des autres. La liberté de créer ce que je veux.   

La Liberté de me taire ou de crier pour autant que mon cri soit celui de la non-violence pour ceux que j’aime.   

J’ai choisi l’amour malgré la peur qui m’étrangle. J’ai choisi la passion malgré la répression. J’ai choisi la Liberté pour assurer Ta Liberté.  

À tous ceux qui proclament que l’Amour tue, je leur flanque à la figure la résurrection. Je ne crèverai point. Je suis déjà mort à la Vie, grâce à l’hypocrisie de vos lois de bourgeois-exploiteurs.     

Je suis le dernier de cette race pour qui la Vie est plus importante que la survie, que l’argent.    Pour qui la passion est plus importante que la prison qu’elle réserve à coup sûr? Je t’aime Mario! Je t’aime, car maintenant les étoiles parlent d’amour. Mon Mario- Réjean! Mon Mario-Québec!         

Kalvair! Je t’adore, mon petit Mario. J’adore ton corps et sa façon de se déhancher. Tes petites fesses bien rondes et ta petite, toute petite queue bien raide. Je t’adore mon petit Québec à moi. Libre de tout. Je t’aime malgré tes yeux croches et la prison.           

Chez nous certains prétendent qu’il est mal d’aimer ainsi l’amour. Contre la loi sénile qui te prive de ton droit d’être maître de ton corps. Contre les si nécessaires caresses. La Vie n’est pas enfermée dans les lois pour y étouffer.   En principe, les lois sont là pour nous protéger des exploiteurs. La Vie ne se laisse jamais séquestrer. La vie court dans les champs. La vie est un équilibre.           

J’en ai plein les yeux de sa beauté. Être libre, c’est être soi-même. Authentique. Franc. Sincère. Bien vivant.           

Ô Québec, comment peux-tu supporter le joug de l’argent? De la bourgeoisie? Pourquoi survis-tu plutôt que de vivre? Un jour viendra, crois-moi, où nous serons libres. Notre joug sera bientôt chose du passé, éternellement fini. Les temps des barreaux seront oubliés et viendra le temps des mots magiques. Des baises.

 Je t’aime sera notre credo. Tous les deux nous serons un. Nous serons des enfants. Ils ne comprennent pas encore Mario. Ils ne peuvent savoir que le temps ne nous touche pas. Les jeux ne nous fatiguent guère.   Je t’aime, malgré les lois, la police et sa pègre, malgré le système pourri.    Le système est une mafia légale, une institution de riches pour leur permettre l’exploitation des plus pauvres. Je n’obéis pas. Ma sincérité est la même envers toi. Ma foi en toi est complète. Je crois en toi, Mario-Québec. Je crois dans la lutte à la pauvreté, dans l’égalité des chances. Nous sommes là pour apprendre la beauté du Dieu-créateur, une énergie purement immatérielle.      

             Il n’y a qu’une Vie : la Liberté en Amour.        

             Il n’y a qu’une route qui conduit à la vie : l’Amour.   

Mario, je suis toi, comme tu es moi. Pourtant, je suis impuissant à te dire. J’ai été forgé dans la peur des faussetés religieuses, de règles sexuelles bourgeoises et stupides. Mon amour. Je te veux plus libre que moi. Je te veux en pleine splendeur et non malade. J’ai peine à te dire, tu es trop beau. Un jour viendra où nous aurons conquis notre indépendance. Ce jour-là est proche. Il est déjà en nous. Restera notre Liberté… notre responsabilité. Nous sommes sculptés à la musique… L’amour est plus important que l’argent, le statut social. La Vie sert à créer la paix. Le paradis sur terre sera créé quand les hommes obéiront à leur coeur et non à l’avidité de leur portefeuille. Le coeur est parfois plus important que l’intelligence.          

Je souffre une vie entière dans un espace quelconque, dans un temps si court. J’ai mal de vivre ma vie, qu’elle me conduise à la déportation ou à être fusillé. Si un jour la pollution prend la terre d’assaut et sort vainqueur : c’est la mort. Je suis prêt à franchir le temps pour te demeurer fidèle. Même la prison ne peut m’arracher cette hantise. Comment puis-je te trahir? Pouvons-nous vivre nos rêves?

J’aimerais que partout, comme nous, nous nous aimions tous. Qu’à jamais l’envie soit déracinée en nous. Que la suffisance de notre bonheur individuel soit notre vie et non la recherche d’un bonheur illusoire de pouvoir et de domination.   

Il y a eu trop de Vietnam et de Tchétchénie! Maudit impérialisme! Tout peuple a le droit à sa liberté. Il y a eu trop de guerres. Le monde est assoiffé de paix. Pour avoir la paix, il faut le droit à la passion. Dépasser les frontières des langues, des races et des religions.   

Je t’offre mes lèvres. Je t’offre mes mains. Je t’offre mon corps, mon pénis, mon cerveau. Tout. Mario, utilise-les comme tu veux. Dicte paroles et gestes. Et par la suite… advienne que pourra. Ce sera pour nous le paradis ou la pollution. Ce sera pour nous la campagne ou la ville, le cheval ou l’auto, la victoire ou la prison. La liberté ou l’exécution    .

J’ai foi en vous. La Liberté sera notre Amour. Notre vie sera celle que nous aurons choisie. Il n’y aura plus de « démocrassie » capitaliste ou d’autoritarisme communiste, mais une participation de tous à sculpter ton corps, notre corps, notre propre épanouissement et notre propre destinée. Nous serons tous un même JE dans une gamme que l’on ne saura jamais détruire. La démocratie sera d’être tous nous-mêmes, au service de tous, selon notre propre vie, nos talents et nos possibilités. Si je dois mourir pour avoir le droit de t’aimer qu’on me tue.

Mario. La Liberté aura vaincu l’espace et le temps. Il n’y aura plus de capitalistes, de communistes, de socialistes, il n’y aura plus de mahométans, de bouddhistes ou de chrétiens;  il n’y aura plus d’hommes et de femmes, mais des HUMAINS… des HOMO-FEMMES-ENFANTS , des HUMAINS libres, assez intelligents pour vivre au-delà de tous ces rackets, de toutes ces formes de violence, de vivre la VIE pour VIVRE.         

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :