Aller au contenu principal

TUAN

mars 5, 2020

Tuan

À l’aube de ton œil
juste sous la paupière
je dansais au vertige
d’un temps tué de désir.

Tu étais là
toi que ma voix a rejoint
à l’autre bout du monde
à travers les obus, triste à mourir,
un cri de désespoir et de révolte
un cri de pas éclatés
qui t’a fait marcher jusqu’à moi.

Le creux de tes mains portait
nos vies, nos espoirs, nos hantises
ces mains si petites, si frêles,
sous le poids de vivre
tu nageais sur la mort
oublié sur une plage entre les cadavres
et l’écho de ton nom crié sans te connaître
t’a fait naître ici dans le plaisir.

Et nous avons bien ri d’avoir déjoué
enfin, malgré nous, un destin
qui se prenait pour un autre.
Que ferons-nous maintenant
de ta jeunesse, réunis dans la vie?

À pas feutrés sans l’ombre d’un doute
nous plongerons nos doigts dans la vie
nous jouerons sur la plage au soleil
nous rirons à la folie et boirons l’ivresse
de nos corps retrouvés dans un autre temps.

Dans un autre pays, sous une autre main
une caresse tendre
sans frontières à nos rires
sans murs entre nous
nous installerons dans la vie
la semence d’un âge d’or.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :