Aller au contenu principal

À mon testament.

mars 5, 2020

À mon testament

J’accroche à coups de bec
la liberté aux portes des églises
je cimente à leur portique
une pouffée de rires et de boutades.

Avec mes dents usées
je sculpte en toi mon devenir
je sème dans tes yeux
des forêts d’encens stone
des chantiers de lilas.

Je bois à ta bouche
des coupes de vie
des vertiges de neige.

Sur ton ventre
valsent les fleurs avec le vent
virevolte le temps d’un pas à l’infini
dans un tango de joie universelle.

Dans des mers célestes
je nage nu
je fugue au-delà de la mort
je plante une jacinthe
en plein cœur de mon parc
un si beau ventre.

Les caresses étangs de mes mains nagent
sur les  ventres bleu d’amour
les nuages se métamorphosent château de glace
nos rires s’étirent jusque dans l’éternité
à grandes glissades d’euphorie
partagée, illimitée de ballades musicales.

Dans mon testament j’inscris :
« Le temps est proche
où nous serons enfin des hommes libres,
des Amourajeux. »

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :