Aller au contenu principal

À tous les ti-culs du monde.

février 26, 2020

À tous les ti-culs du monde
Tu m’es apparue, liberté, et j’ai voulu te saisir
il est des SOS qu’on lance à la face de la nuit
des volutes de braises pour y voir jaillir les flammes du désir.

Rien n’est plus difficile que d’inventer les mots qu’il faille pour décrire ce que nos mains tentent de créer, d’exprimer; ces mains anathèmes, bandits; ces mains proclamations, touche de vie; ces mains résurrection, sensation de soleil.

Infiltrées dans la peau; ces mains besoin de rire; ces mains cicatrices; ces mains sculpteurs d’instincts; ces mains quand elles s’acharnent à l’antre de tes cuisses ruisselantes d’hommages.

Il est un langage du geste, un langage spontané que ne saurait traduire la forme des voyelles, un langage hélas prison, plaisir castré, pourtant module de vie.

La guillotine s’abat sur mes poignets et le sang coule vers toi
telle une éternelle obsession à refuser de mourir.
Tu es le soleil dans ma main.
Laisse-moi te porter à ma bouche.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :