Aller au contenu principal

Pendant qu’on libère des gens du crime organisé, à cause de la loi Jordan, je suis en sursis d’un an pour une affaire sexuelle vieille de 1995. Bizarrement, en 1994, un an avant le référendum pour l’indépendance du Québec, mon fils se suicide parce que sa blonde l’a laissé. Une connaissance me dit que je devrais réfléchir au fait qu’il est musulman et que les musulmans ne se suicident que pour protéger quelqu’un. Cette même dame organise chez elle une rencontre, sous prétexte de m’aider, afin d’avoir ma version. Elle me dit que si je reconnaissais ma culpabilité, elle pourrait se rendre à Ottawa en limousine. Je commence alors à penser comme mon ami Pierre, un ancien policier, que l’accusation est un coup monté et comme le disait mon avocat éminemment politique. Je perds mon emploi de professeur deux ans plus tard et je vais résider chez un ami à Montréal, mais à condition que je ne parle jamais de politique. Vingt plus tard, c’est le même manège, sauf que cette fois, je suis en sursis. Je ne peux rien faire puisqu’après deux ans, j’ai perdu à peu près tous mes contacts sur internet. Et, encore plus bizarre, la maison d’édition qui me publie à Paris résilie son contrat. Est-ce que mon accusation a un seul but : me faire taire et empêcher la publication de mon livre Dieu et le sexe? Mon co-accusé s’en sort en étant reconnu incapable de subir un procès. C’est le même que celui chez qui je me suis réfugié 20 ans plus tôt à la condition de ne jamais parler de politique.

mai 23, 2019
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :